Déchirure spatio-temporelle – Spatiotemporal tear

C’était en avril (je rêve de printemps). En coupant des herbes sèches, j’avais endommagé un nid d’araignée. La coccinelle jaune aussi affrontait de grands dangers.

It was during April (I dream of spring). Cutting dry grass, I damaged a spider nest. The yellow ladybug also faced great dangers.

Malheureusement, les oeufs de l’araignée, sans protection, ont été détruits par le froid.

Unfortunately, the cold destroyed the eggs of the spider, without protection.

Quelques jours après, la mésange à longue queue a vu son reflet dans la fenêtre : elle a passé des jours entiers à lutter contre ce terrible « rival ».

A few days later, the long-tailed tit saw its reflection in the window: it spent whole days fighting against this terrible « rival ».

Ceci sont les petits événements du passé proche. Au présent, le quotidien banal continue. Paul rédige souvent des chroniques pour son blog, la saison est favorable, les idées fourmillent. J’essaie d’écrire mon roman, c’est difficile. Il joue de l’accordéon, moi du piano. Nous préparons les chantiers du printemps, les artisans passent voir ce qu’ils auront à faire.

These are the small events of the recent past. At present, the everyday activities are going on. Paul often writes chronicles for his blog, the season is favorable, ideas abound. I try to write my novel, it is difficult. He plays accordion, I play piano. We are preparing spring works, artisans visit us to see what they will have to do.

Nous sommes allés écouter Audrey Antonini et GIlles Servat en concert : une fort belle soirée ! J’avais découvert Audrey à Barjac l’été dernier, quant à Gilles nous le connaissons depuis très longtemps.

We went to listen Audrey Antonini and Gilles Servat during a concert. A very nice evening! Last summer, I discovered Audrey at Barjac,and we know Gilles since many yers.

Après Claudi, c’est Tom qui vient d’arriver : je vous raconterai. Il est très sympathique.

There was Claudi, now there is Tom: I will tell you, he is very sympathetic.

Je pars pour quelques jours le premier février, chez mon père. Mais je passerai aussi voir notre amie écrivain, Cathy Ytak, au salon du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Elle ne le sait pas !

Voilà pour le futur proche.

The first of February, I will go during a few days, to visit my father. But I’ll also meet our friend, who is a writer, Cathy Ytak, at the book fair of Saint-Paul-Trois-Châteaux. She does’nt know it!

This is the near future.

Mon titre reste étrange ? Eh bien… je navigue entre passé et futur. Notre vie quotidienne nous plaît, mais elle manque d’histoires palpitantes à partager !

My title is strange? Well … I am going between past and future. We like our daily life, but there are not exciting stories to share with you!

L’hiver continue – Winter is going on

Au Charbinat, Claudi a connu le froid, mais c’est le jour de son départ que le pire est arrivé : la neige s’est mise à tomber au matin, et les routes sont devenues très difficiles.

It was cold when Claudi was at Charbinat, and the day of her departure was the worst. Snow came in the morning, it was very difficult to drive.

Elle est maintenant retournée au Cap. Le départ a été compliqué par la neige. Je ne sais pas si nous irons chez elle un jour, mais nous serons heureux de la revoir. Les « helpers » sont magiques !

She is now back in Cape Town. The departure was more complicated because of snow. I don’t know if we will visit her one day, but we well be happy by meeting her again. « Helpers » are magical!

- 38° C à Ottawa et Montréal, – 40 à Québec ! Ce froid est exceptionnel et nous adressons nos pensées à tous nos amis. Chez Joel et Janet aussi, il doit faire très froid. Mais au pays de Claudi il fait très chaud.

- 38 ° C in Ottawa and Montréal – 40 in Québec City! This cold is exceptional and we think of all our friends. Janet, Joël, what is the weather in your region? In Claudi’s country, it is very warm.

Sous la serre, les salades ont affronté le froid : Claudi nous a aidés à les protéger, mais ce sont des rats affamés qui s’y sont intéressés..

In the gardenhouse, the salads had to face up to the cold. Claudi helped us to protect them. Then the hungry rats came…

Les arbustes ont été « habillés » avant les plus gros froids…

Shrubs were « dressed » before the biggest cold …

Comme tous les helpers, Claudi a fait parfois des travaux fastidieux et ennuyants. Mais nous avons fait aussi un peu de tourisme, et nous avons découvert son talent de dessinatrice.

Like all helpers, Claudi had sometimes tedious and boring work to do. But we could visit some places with her. We discovered that she is talented, she made very nice drawings.

Ici, ce n’est pas l’hiver qui a frappé, mais un paysan étroit d’esprit. Insensible à la beauté de ce mariage mystérieux entre la pierre, le bois et le fer.

Here, winter did not pass, but a closed-minded farmer. He could not feel how beautiful was this mysterious marriage between stone, wood and iron.

Rappelez-vous…

Je cherche une photo meilleure que la mienne ci-dessous. Quelqu’un en aurait une ?

Remember…

I am looking for a photo better than mine below. Who could have it?

Quand il y a une belle lumière, c’est le moment de faire des photos…

Merci à ceux qui nous écrivent. Vous pouvez aussi donner des nouvelles en commentant ce blog, pour renforcer le lien entre nous tous…

Thank you to those who write. You can also write the news here by commenting to consolidate the link between all of us …

Intense déploiement d’activité sur le terrain – Deployment into hazardous activities

Pendant que Paul est aux petits oignons…

While Paul takes care of onions (in French there’s a joke !)…

…des choses étranges s’empilent sur la table.

…strange things pile on the table.

Vous pouvez jouer au jeu des intrus…

You can play the game to find intruders …

Réponse : l’appareil de photo et le thé ne sont pas obligatoires pour brasser…

Answer: The camera and tea are not necessary to brew …

Mais le mixer, si !

But the blender is!

Un travail long et compliqué…

A long and complicated work…

…que Solenn a terminé toute seule quand Sébastien est parti au travail.

…that Solenn ended alone when Sébastien went to work.

À la fin BULLES !

At the end, BUBBLES!

J’ai parlé de table.

I talked about a table.

Elle est belle, unique au monde.

It’s nice, there is only one in the world.

Et grande ! Trois mètres cinquante avec ses rallonges !

And big! Three meters and a half with its extensions !

Beaucoup plus petit : un déshydrateur à fruits.

Much smaller: a drier for fruit.

Quelques heures de travail, mais pas pour nous, pour la centrale nucléaire du coin :

Work for few hours, but not for us, for the regional nuclear factory:

C’est excellent !

It’s excellent!

Merci Philippe pour ta carte.

No translation : those who speak English can guess, I think…

 

Claudi’s interview

En français, après…

Claudi :

It started with a hunger to experience a new world and ended with being one of the best choices I have ever made.

Once you realise that we are all the same, everything simplifies, fear gets pushed aside and one is left with a desire to talk to strangers. Without being too optimistic, there has been challenges and constant tests but if I didn’t take this chance, I would not have learnt about a different culture and all it has to offer.

I am astonished by how fast the human brain can adapt, after a few days everything seems normal, as if I have lived here all my life.

Then, I go to a Christmas concert in a tiny town hall or sit and have a meal with everyone speaking French and I have a crashing realisation just  how lucky I am.

Medieval cathedrals, quaint roads covered in cobblestones and detailed architecture is beautiful, but what is a photograph without a person in it, dead essentially. It’s all the strangers I have met along the way that has made this trip so magical. I return with new friends and incredible tales.

Kaly

It is the first time when I am considered to be a stranger in my home. But, after reflection, why not?

2012 was the year of our first experiences with « Help x », 2013 is already one of its promises of wonder and joy.

Claudi came to our home on January the 2th, for two weeks. Previously, the process of obtaining a visa from South Africa was a real fight, but she was determined and nothing could divert her from her project.

But she is not afraid of anything, neither petty administrative annoyances, nor of chainsaw, nor of traveling alone. Or of eating French cheese!, and all of this gave us a very pleasant company.

There is few work in the garden, only picking salad and harvesting carrots. But we must cut down trees, shape the wood, sort it and store or grind it. Claudi discovers the « goyarde ». She likes to run, but here the muscles of her arms will grow more than her legs!

She will be made of iron !

The neighbors bought firewood that was delivered: we were seven to form a chain for storaging it so fast!

Claudi is everywhere to participate to all of this. She discovers the farm that all helpers discover one day, she sees the Mont Blanc, which is rare, when the days are cloudy on January.

Paul and I spent a day with her in Lyon. Grenoble is also planned.

Musée de la miniature et du cinéma

Claudi has prepared an excellent milktart, and she is now making a curry: we wait for it impatiently!

I am happy for the interest that she gives to the French songs, that are difficult to understand. She plans to go and listen to Rémo Gary at the Limonaire in Paris, the day when she departs.

I know where Africa is, of course, and I have heard about Cape Town, Johannesburg, Pretoria… but I can’t say that I know them! A few pieces of this foreign and distant country come with her and maybe make it more known to me.

Claudi

Une fringale à expérimenter un monde nouveau à abouti à un des meilleurs choix que j’ai jamais faits.

Une fois qu’on a réalisé qu’on est tous les mêmes, tout se simplifie, la peur est repoussée et l’on se retrouve à désirer parler avec des étrangers. Je ne suis pas trop optimiste : j’ai dû constamment me confronter à des défis et des épreuves, mais si je n’avais pas saisi cette chance, je n’aurais rien appris au sujet d’une culture différente et de tout ce qu’elle a à offrir.

Je suis sidérée de la vitesse avec laquelle le cerveau humain peut s’adapter. Après quelques jours, tout semble normal, comme si j’avais passé là toute ma vie.

Ainsi, je vais à un concert de Noël dans une minuscule mairie, ou encore je m’assois et je prends un repas avec chacun parlant français, et je prends soudain conscience de la chance que j’ai.

Les cathédrales médiévales, les pittoresques rues pavées et les détails d’architecture sont beaux, mais une photo sans personne dessus est morte par essence. Ce sont tous les étrangers rencontrés au long de mon chemin qui ont rendu ce voyage si magique. Je repars avec de nouveaux amis et des histoires incroyables.

Kaly

C’est la première fois que je suis considérée comme une étrangère en étant chez moi. Mais à la réflexion, pourquoi pas ?

2012 a été l’année de nos premières expériences avec « Help x », 2013 tient déjà ses promesses d’émerveillement et de joie.

Claudi est arrivée chez nous le 2 janvier pour deux semaines. Auparavant, les démarches pour obtenir son visa depuis l’Afrique du Sud ont été un vrai combat, mais elle était déterminée et rien n’a pu la détourner de son projet.

Elle n’a peur de rien, ni des tracasseries administratives, ni de la tronçonneuse, ni de voyager seule. Ni de manger les fromages français !, et cela nous a donné une bien plaisante compagnie.

Peu de choses à faire au jardin, si ce n’est la cueillette de la salade et la récolte des carottes. Mais il faut abattre des arbres, façonner le bois, le trier, le ranger ou le broyer. Claudi découvre la goyarde. Elle aime courir, mais ici ses bras se développeront plus que ses jambes !

Elle aura des muscles d’acier !

Les voisins ont fait livrer du bois de chauffage : nous ferons la chaîne à sept pour le ranger à une vitesse impressionnante !

Claudi est partout pour participer à tout cela. Elle découvre la ferme que tous les helpers découvrent un jour, elle aperçoit le Mont Blanc qui est rare, quand les jours de janvier sont nuageux.

Paul et moi avons passé avec elle une journée à Lyon. Grenoble est aussi au programme.

Musée de la miniature et du cinéma

Claudi a préparé un excellent gâteau au lait, et elle va maintenant faire un curry que nous attendons avec impatience !

Je suis heureuse de l’intérêt qu’elle porte aux chansons françaises, pourtant difficiles à comprendre. Elle a prévu d’aller écouter Rémo Gary au Limonaire à Paris, le jour où elle va quitter le Charbinat.

Bien sûr je peux situer l’Afrique, et j’ai entendu parler du Cap, de Johannesbourg, de Prétoria… Je ne peux pas dire que je les connais ! Mais quelques parcelles de ce lointain pays sont entrés ici avec elle. Et l’ont un peu rapproché de chez nous.

Siècle XIX couleur sépia – XIXth century sepia colored

Claire est née en 1886. Eugène avait treize ans de plus qu’elle, et j’ignore quand elle l’a connu. À quel âge s’est-elle prise en photo dans le miroir ?

Claire was born in 1886. Eugene was thirteen years older than her, and I don’t know when she knew him. How old was she when she took photos of herself in front of the mirror ?

Je l’ignore aussi, mais ce qui est certain, c’est qu’à l’époque de la photo, Eugène et Jeanne étaient déjà les heureux parents d’Henry.

Still I don’tknow, but it is sure that the photo was done when Eugène and Jeanne were already the happy parents of Henry.

Novembre 1914 : je crois reconnaître l’écriture et les habitudes d’Eugène écrivant la date sur la photo. Peut-être Eugène connaissait-il déjà sa future seconde femme. Peut-être a-t-il ajouté la date plus tard…
Peut-être était-il le photographe…

November 1914: I think that I recognize Eugène’s habits, writing the date on the photo. Maybe that Eugène already knew his future second wife. Maybe that he added the date later …
Perhaps he was the photographer…

Le coeur de Jeanne a été brisé quand Henry a été tué sur le front en 1918. Elle est morte peu de temps après.

Jeanne’s heart was broken when Henry was killed on 1918 during the first world war. She died a few time later.

Plus tard, Eugène a épousé Claire. Ils ont eu une fille quand Eugène avait 52 ans, puis un fils quand il avait 54 ans, quelques années après l’armistice. Il les a nommés… Jeanne et Henry.

Later, Eugène married with Claire. They had a daughter when Eugène was 52, and a son when he was 54, a few years after the armistice. He called them … Jeanne and Henry.

Eugène a conservé beaucoup de documents. Dans une encyclopédie Larousse, à la page de Pierrefonds où est mort Henry « premier », il a placé l’histoire de la mort de ce fils.

Eugène kept a lot of documents. In an encyclopedia Larousse, he placed the story of the death of his son, at the page about Pierrefonds, that is the place where Henry « the first » died.

Je suis la fille d’Henry : Claire et Eugène étaient mes grands-parents. Eugène avait 79 ans quand je suis née, et Claire était morte. Je crois qu’elle avait 62 ans, et sa vie avait été difficile.

I am Henry’s daughter : Claire and Eugène were my grandparents. Eugène was 79 years old when I was born, and Claire was died. I think that she was 62 years old, ans her life had been dificult.

J’ai peu connu mon grand-père, cet homme vieux, usé, à la mémoire fatiguée… Mais je lui suis infiniment reconnaissante d’avoir gardé les courriers, les photos, que je peux consulter maintenant. Je peux lire les lettres qu’il écrivait, même une quand il était enfant.

I knew just a little my grandfather, that old, tired man, whose memory was reduced … But I am grateful a lot because him having kept the letters, photos, that I can see now. I can read the letters that he wrote, even one when he was a child.

Je pense qu’il faut penser à laisser des traces pour les générations suivantes. J’ai la chance d’avoir ces quelques lettres, ces quelques photos très anciennes. Un dessin de mon père quand il avait quatre ans. Ses premiers courriers à ses parents, d’une écriture enfantine. Un devoir d’italien que mon grand-père a trouvé, roulé en boule dans la chambre de mon père – son fils, adolescent – et annoté.

I think that we have to think off letting traces for the future generations. I am lucky, having those few letters, those very old photos. A drawing that my father draw when he was four years old. His first letters to his parents, childish handwriting. A half destroyed sheet of paper with an Italian exercise that my grandfather found in my father’s room – his son, beeing teenager – and annotated.

Les courriers désolés de Claire à Eugène quand celui-ci était en déplacement. Sa joie anticipée quand elle préparait son retour !

Sad letters that Claire wrote while Eugène was travelling for his job. And how happy she was before his coming back!

La vie est la même, d’une certaine façon : difficile pour beaucoup de gens. Pour eux, pour nous.

In some way, life is the same for most of people : difficult. For them, for us.

Eugène, Claire, auriez-vous accepté que je parle de vous ici ? Je le fais avec le plus grand respect. Avez-vous pensé un seul instant, quand vous lisiez avidement le courrier de l’aimé, que quelqu’un aurait envie de partager un peu de vous avec les autres ? De publier ces mots de tendresse qui n’avaient qu’un seul destinataire ?

Eugène, Claire, would you agree my talking here about you? I do this with the utmost repect. Did you think only once, when you read avidly the mail from your love, that someone would want to share a little about yourself with others? To publish these tender words that had only one recipient?

Une de mes photos favorites : Eugène, avec Jeanne sur les épaules et Henry à ses pieds.

One of my favorite photos : Eugène with Jeanne on his shoulders and Henry at his feet.

Je vous souhaite une bonne années 2013. Au moment où chacun se tourne vers le futur, je fais le lien avec le passé.

I wish you a happy new year 2013. While everybody watches the future, I make the connection with the past.