Interlude

Je suis partie dimanche 16 chez mon père et revenue juste à temps pour poster ce nouveau billet. Alors je vous invite à m’accompagner dans le parc où je me suis baladée le 5 février.
I left Sunday 16 at my father’s and returned just in time to post this new chronicle. So I invite you to join me in the park where I went for a walk on February 5.

On l’appelle à tort pommier du Japon, il s’agit d’un cognassier du Japon.
It is wrongly called Japanese apple tree, it is a Japanese quince tree.


Un peu partout, les oiseaux ont abandonné une plume. Je fais une nouvelle collection.
Almost everywhere, the birds have abandoned a feather. I make a new collection.

Je récolte aussi quelques diamants…
I also collect some diamonds…

 …qu’il faut regarder de très près.
… that you have to watch very closely.

…puis de loin…
… then from afar…

Bête comme chou !
As stupid as a carbadge!

érable-canelle, arbre de Judée, framboisier à contre-jour
maple-cinnamon, Judas tree, raspberry against the light


 

arbre de Judée



Les fraisiers seront nettoyés.
The strawberries will be cleaned.

Les framboisiers seront taillés.
The raspberries will be pruned.

Les oeillets d’Inde ne sont plus décoratifs.
Indian carnations are no longer decorative.

L’oseille est minuscule.
The sorrel is tiny.

La rhubarbe commence à poussser.
The rhubarb begins to grow.

Le fenouil aromatique aussi.
The aromatic fennel too.

 Parfois le gris d’hiver se colore.
Sometimes winter gray is colored.


Il n’y a plus de neige (une seule fois le 15 novembre, avec pas mal de dégâts), les perce-neige sortent de terre, pas du fameux manteau blanc. Les jonquilles ne tardent pas.
There is no more snow (only once on November 15, with a lot of damage), the snowdrops come out of the ground, not of the famous white coat. The daffodils are not long in coming.



La mouche c’est un coup de chance, je ne l’ai même pas vue en l’emprisonnant dans la boîte !
The fly is a stroke of good fortune, I have not even seen it trapped in the box!
Il a neigé encore une fois sur Innimont.
It snowed again on Innimont.

Bientôt le printemps…
Soon spring…

Par-ci par-là — Here and there


Par-ci — Here

Si je continue à raconter nos séances de bûcheron, mes lecteurs vont s’endormir d’ennui… Je souhaite quand même vous montrer la technique de Claude. Quand j’essaie de refendre le bois, je vise soigneusement, et paf ! la hache tape à côté. J’ai toujours évité de la recevoir sur le pied, mais je ne réussis jamais à taper où je veux… Alors j’admire Claude, mais aussi Paul et tous ceux qui sont capables de taper correctement.
If I go on telling about our lumberjack sessions, my readers will fall asleep from boredom … I still wish to show you Claude’s technique. When I try to split the wood, I aim carefully, and wham!, the ax hits next to it. I always avoided getting it on the foot, but I never managed to beat where I want … So I admire Claude, but also Paul and all those who are able to beat correctly.

Voici comment Paul affûte sa goyarde (c’est presque une serpette). Il déclenche un tout petit tout joli feu d’artifice.
This is how Paul sharpens his « goyarde » (it’s almost a pruning hook). It sets off a tiny little firework.


par-là — and there
Juste avant la manifestation que j’ai racontée en détail il y a deux semaines, j’avais un rendez-vous post-opératoire avec le chirurgien. C’était l’occasion de faire une visite à Bernadette, et pour Paul de parler généalogie avec sa sœur ; les générations suivantes s’y intéressent, cela réveille l’enthousiasme de Paul et Bernadette. Profitant de ce court séjour à Grenoble, c’était l’occasion aussi de revoir Badette et Emma, perdues de vue pendant quelques décennies et retrouvées, nos rencontres nous font toujours un grand plaisir !

I had a post-operative appointment with the surgeon just before the protest that I described in detail two weeks ago. It was an opportunity to visit to Bernadette, and for Paul to talk about genealogy with his sister; the following generations are interested in it, it awakens the enthusiasm of Paul and Bernadette. Taking advantage of this short stay in Grenoble, it was also an opportunity to see Badette and Emma, lost for several decades and found, our meetings are always a great pleasure!

L’heure de mon rendez-vous approche, alors je côtoie dans le TAG (tramway de Grenoble) des gens repliés sur eux-mêmes. Je m’intéresse au paysage : il doit bien y avoir des photos à faire…
The time for my rendez-vous is approaching, and I meet people who are withdrawn on themselves in the TAG (Grenoble tramway). I’m interested in the landscape: there must be photos to take …

Je trouve toujours une occasion d’échanger quelques mots, mais la majorité des passagers restent isolés. Ce n’est pas mieux à la campagne d’ailleurs. Pas besoin de tramway pour montrer un visage fermé.
There is always an opportunity to exchange a few words, but the majority of passengers remain isolated. It’s not better in the countryside. No tram needed to show a closed face.



La visite avec le chirurgien se passe bien, tout va parfaitement du côté de ma main opérée et je peux poser toutes mes questions. Nous passons plus de temps à refaire le monde : les inquiétudes environnementales reviennent toujours dans les discussions avec les uns ou les autres.
The visit with the surgeon is going well, everything is going perfectly on the side of my operated hand and I can ask all my questions. We spend more time remaking the world: environmental concerns always come up in discussions with one or the other.

Au retour la nuit n’est pas loin.
When I come back night is not far away.

Par-ci — Here
Trois jours plus tard, nous allons chez Arlette et Bernard écouter un concert. On est serrés dans leur salle à manger, dans une ambiance vraiment plaisante. Mex, un gars du coin, est accompagnée par Marie Pouvesle, et dépanné à la guitare par Raphaël pendant que le bras cassé de Mex finit de se réparer.
Three days later, we go to Arlette and Bernard’s house to listen to a concert. We are tight in their dining room, in a really pleasant atmosphere. Mex, a local guy, is accompanied by Marie Pouvesle, and helped on the guitar by Raphaël while Mex’s broken arm finishes repairing itself.

Nous avions entendu Mex à Rives en janvier il y a un an, huit artistes au programme, cela ne lui avait pas laissé beaucoup de temps. Il avait repris la fameuse chanson de Brassens adressée à un cambrioleur : Mex a écrit la réponse du monte-en-l’air, je la reconnais avec plaisir.
We had heard Mex in Rives in January an year ago, eight artists on the program, that had not left him much time. He had wrote again the famous Brassens song addressed to a burglar: Mex wrote the answer of the robber, I recognize the song with pleasure.

Par-là — and there
La Compagnie « le Petit Bastringue » a joué « l’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono. Ce n’est pas une pièce de théâtre. L’acteur et metteur en scène Michel Durantin en a « avalé » les trente pages et a mis en scène ce récit de façon remarquable. Sa sœur, Véronique Durantin, artiste peintre, lui donne la réplique par des illustrations qu’elle projette avec un vidéo-projecteur. Le narrateur parfois se tourne vers ces illustrations, des formes ébauchées mais très parlantes, qui m’ont le plus souvent laissé une impression paisible.
The Theatre Company « le Petit Bastringue » played « l’homme qui plantait des arbres » by Jean Giono. It is not a play. The actor and director Michel Durantin « swallowed » the thirty pages and staged this story in a remarkable way. His sister, Véronique Durantin, painter, replies with illustrations that she projects with a video projector. The narrator sometimes turns to these illustrations, rough but very meaningful shapes, which most often left a peaceful impression on me.

Un musicien du groupe électro La Reine Mab sonorise le spectacle par une musique d’ambiance, des chants d’oiseaux… Il se déchaîne quand le récit en arrive à la première guerre mondiale, et mon voisin trouve qu’il se lâche un peu trop : je lui réponds que c’est la guerre.
A musician from the electro group La Reine Mab sounds to the show with background music, birdsong… He is unleashed when the story comes to the First World War, and my neighbor says that he lets go a little too much : I answer him that it is war.

Je n’en dirai pas plus pour vous laisser la chance de découvrir ce spectacle si l’occasion se présente, lisez ou relisez le petit livre plein de sagesse de Giono, guettez le calendrier du Petit Bastringue et visitez le site de Véronique, une artiste sensible qui fait de fort belles choses.
I will say no more to give you the chance to discover this show if the opportunity arises, read or reread the little book full of wisdom by Giono, watch the calendar of Petit Bastringue and visit the website of Véronique, a sensitive artist  who does very beautiful things.

Le texte de Giono a été repris de façons fort diverses, je trouve l’interprétation par le Petit Bastringue vraiment excellente.
Giono’s text has been interpreted in very different ways, for me the interpretation by Le Petit Bastringue  is really excellent.

Par-ci — Here
En Chine le corona virus fait des ravages. Plus occupées au départ à traquer le lanceur d’alerte (décédé maintenant) qu’à lutter contre la maladie, les autorités ont perdu un temps précieux. Je me demande ce que va donner l’hôpital de Leishenshan construit en dix jours et qui couvre 21.9 hectares.
In China the corona virus is wreaking havoc. Busier initially tracking down the whistleblower (now deceased) than fighting the disease, authorities have lost precious time. I wonder how it will be going with the Leishenshan Hospital that has been build in ten days and covers 21.9 hectares.

Faudra-t-il « essuyer les plâtres » de cet hôpital ? Je vais parfois sur le site « expressio » qui décortique l’origine des expressions françaises : sur « essuyer les plâtres », je copie ceci :
Should they have to « wipe the plaster » of this hospital? I sometimes go to the site « expressio », which dissects the origin of French expressions: on « wipe the plasters », I find this:

Claude Duneton cite en effet un certain Louis-Sébastien Mercier qui dans “Tableau de Paris”, en 1783, évoque les nombreux inconvénients attribués alors au plâtre frais comme “des influences meurtrières, des paralysies et autres maladies” ; au point d’ailleurs que les maisons neuves étaient d’abord occupées par des filles publiques (car on se moquait bien de ce qu’elle pouvaient attraper, en plus des maladies vénériennes), dont Théophile Gautier rappelle qu’on les surnommait aussi des “essuyeuses de plâtres”.

Year 1783, Mercier talked about serious disadvantage due to fresh plasters. They were considered as so dangerous that new houses were first inhabited by prostitutes (because they made fun of what could happen to them, in addition to venereal diseases). Théophile Gautier reminds us they were also called « plaster wipers ».



Les hôpitaux ne sont pas des lieux où l’on se plaît, je n’aimerais vraiment pas me retrouver dans celui-ci en particulier, alors que toutes sortes de produits chimiques s’évacuent sans doute des matériaux…
Hospitals are not fun places, I really wouldn’t want to be in this one in particular, when all kinds of chemicals are probably leaking out of materials …

par-là — and there
Pendant ce temps, c’est à peine si on parle de la fièvre de Lassa au Nigéria.
Meanwhile, it’s barely talking about Lassa fever in Nigeria.

Partis là-bas — Left there
Je parlais d’enfants légalement maltraités. Je regarde peu la télé, quand je le fais je regarde Arte (je devrais regarder plus souvent aussi La Chaîne Parlementaire). Au hasard de ses émissions, je découvre un nouveau scandale, et je vais illico chercher plus de détails sur le web, précisément sur FranceInfo :
I was talking about legally abused children. I don’t watch often TV, when I do I watch Arte (I should watch La Chaîne Parlementaire more often too). Randomly from its shows, I discover a new scandal, and immediately I look for more details on the web, specifically on FranceInfo:

« Le roi Manuel du Portugal à la recherche de financements pour son expansion coloniale décida également d’imposer de lourds impôts aux juifs, qu’ils devaient acquitter immédiatement. Lorsqu’il s’avéra que la majorité ne parvenait pas à les payer, le roi exila leurs jeunes enfants à São Tomé et à Principe en représailles.
Ainsi, 2000 jeunes enfants de moins de huit ans furent séparés de leurs parents et déportés dans ces îles où la plupart périrent de faim ou de maladie. »
« King Manuel of Portugal in search of funding for his colonial expansion also decided to impose heavy taxes on the Jews, that they had to pay immediately. When it turned out that the majority were unable to pay them, the king exiled their young children to São Tomé and Principe in retaliation.
As a result, 2,000 young children under the age of eight were separated from their parents and deported to these islands where most died of hunger or illness. »

Vous me direz que cela s’est passé à la fin du XVè siècle mais pourquoi y aurait-il prescription ?
You will tell me that it happened at the end of the 15th century but why would there be a prescription?

Suite de l’histoire sur l’île de Sao Tomé, il ne s’agit plus d’enfants déportés, mais ce n’est pas mieux.
The story continues on the island of Sao Tome, these are no longer deported children, but this is no better.

Avec l’introduction de la canne à sucre et du cacao dont la culture demandait beaucoup de main d’œuvre, « la déportation de juifs et de proscrits portugais n’étant plus de mise, les bras ne pouvaient provenir que de la main-d’œuvre africaine. »
With the introduction of sugar cane and cocoa, the cultivation of which required a lot of workforce, « the deportation of Jews and Portuguese outlaws being no longer appropriate, workforce could come only from Africa. »

Je vous invite vivement à lire l’article de Wikipédia concernant Sao Tomé-et-Principe — j’espère que les anglophones pouront trouver eux aussi des informations sur ce sujet. Les besoins en esclaves étaient tels (on fait venir chaque années près de 4 000 captifs sur Sao Tomé depuis les côtes du royaume du Kongo) qu’au XVè siècle, le roi Alphonse 1er du Kongo « écrit au roi Jean III du Portugal pour dénoncer les abus de la traite, vaine tentative car la traite négrière est désormais indispensable à l’économie coloniale. »
I urge you to read the Wikipedia article on Sao Tome and Principe – I hope English speakers can find information on this too. The need for slaves was such (each year nearly 4,000 captives are brought to Sao Tome from the coasts of the kingdom of Kongo) that in the 15th century, King Alfonso I of Kongo « wrote to King John III of Portugal to denounce abuses of the slave trade, vain attempt because the slave trade is henceforth essential to the colonial economy. »

Aujourd’hui, on nous dit que la réforme des retraites est indispensable à l’économie macronienne. Je sais, les enjeux n’ont rien à voir, mais la façon de faire passer l’innacceptable reste la même — non ?
Today we are told that pension reform is essential to the Macron economy. I know, the stakes have nothing to do with it, but the way to get across the unacceptable remains the same – right?

Par la fenêtre

On me dit que la corruption, l’injustice, ça a toujours existé. Que ce soit dans mon village ou à l’échelle des puissances grandes ou petites. On me le dit — expression d’un profond découragement ? — en laissant entendre qu’il n’y a rien à faire. En laissant entendre que c’est normal puisque ça a toujours existé. En laissant entendre que ça existera toujours. Alors oui, bien sûr, les exemples ne manquent pas pour confirmer cette triste situation.
I am told that corruption, injustice, has always existed. Whether in my village or on the scale of big or small powers. I’m told – an expression of deep discouragement? – hinting that there is nothing to do. Hinting that this is normal since it has always existed. Hinting that it will always exist. So yes, of course, there is no shortage of examples to confirm this sad situation.

Pourtant, s’il n’y avait partout que corruption et injustice, toute la planète vivrait alors sous le joug de dictatures diverses, non ? Ces propos trop fatalistes nient la réalité et l’efficacité des luttes sociales, même si aujourd’hui elles en sont presque réduites à ralentir la perte de nos acquis.
However, if there were only corruption and injustice everywhere, the whole planet would then live under the yoke of various dictatorships, wouldn’t it? These overly fatalistic remarks deny the reality and the effectiveness of social struggles, even if today they are almost reduced to slowing down the loss of our gains.

Je ne suis pas optimiste, raison de plus pour rester dans la lutte coûte que coûte, il y a trop à perdre.
I am not optimistic, all the more reason to stay in the fight at all costs, there is too much to lose.

On vient d’assister de gré ou de force aux commémorations de la libération du camp d’Auschwitz. Une bonne chose cette libération, je ne dirai jamais le contraire. (Je ne parle plus ici de corruption et d’injustice, ces deux termes deviennent trop faibles quand on évoque le nazisme.) Mais si les camps de la mort ont existé, la responsabilité en incombe aussi aux hommes politiques qui ont laissé faire Hitler : sans que personne ne l’en empêche, il a violé le traité de Versailles en commençant par rétablir le service militaire obligatoire, puis il a créé des forces navales et aériennes, et il a pris le pouvoir à l’issue d’une ascension qui aurait été « résistible ». Tout en tenant des discours pacifistes… Cela lui a pris un certain temps qui n’a pas été mis à profit pour tenter de le contrecarrer.
We have just attended, willingly or by force, the commemorations of the liberation of the Auschwitz camp. A good thing about this release, I will never say the opposite. (I no longer speak here of corruption and injustice, these two terms become too weak when we talk about Nazism.) But if the death camps existed, the responsibility also falls on the politicians who let Hitler do it: without anyone preventing him, he violated the Treaty of Versailles by first restoring compulsory military service, then he created naval and air forces, and he took power after an ascent which would have been « resistible ». While taking pacifist speeches … It took him a while that was not taken advantage of in an attempt to thwart him.

Bien sûr c’est facile aujourd’hui de dire « on aurait dû »… « il aurait fallu »… Mais je ne m’explique pas les erreurs des dirigeants d’alors à qui il suffisait que Hitler fasse un discours aimable pour qu’ils lui mangent dans la main… Étaient-ils aussi stupides qu’ils le paraissent ?
Of course it is easy today to say « we should have » … « it should have » … But I can not understand the mistakes of the leaders at the time who just had Hitler make a kind speech so that they eat in his hand … Were they as stupid as they seem?

Aujourd’hui, nos édiles paradent à Auschwitz en proclamant « plus jamais ça », évitant d’évoquer la collaboration sous Pétain, pendant que des malheureux se noient dans la Méditerrannée, pendant que des familles sont démembrées par les expulsions…
Today, our world leaders parade in Auschwitz by proclaiming « never again », avoiding mentioning collaboration under Pétain, while unfortunates drown in the Mediterranean, while families are dismembered by the expulsions …

Cherchez l’erreur
Il faut s’armer pour ne pas être victime de personnnes armées : voilà la logique du lobby des armes qui tient ce discours chaque fois qu’un nouveau meurtrier commet une série d’assassinats aux États-Unis.
Find the mistake
You have to arm yourself so as not to fall victim from armed people: that’s the logic of the gun lobby that speaks out every time a new murderer commits a series of murders in the United States.

Trump propose un plan de paix qui s’aligne sur les exigences d’Israël sans tenir compte des Palestiniens, et ils osent appeler ça un plan de PAIX. Comme le dit Le Monde, il s’agit d’ « attribuer à un obligé une souveraineté sur un territoire qui n’est pas le sien. »
Trump is proposing a peace plan that aligns with Israel’s demands regardless of the Palestinians, and they dare to call it a PEACE plan. As Le Monde says, it is a question of « attributing to a obligee sovereignty over a territory which is not his. »

Plus loin, je lis que « les Emirats arabes unis, qui se sont discrètement rapprochés d’Israël ces dernières années du fait de leur hostilité commune à l’Iran, ont salué “une initiative sérieuse ”… La diplomatie est une science bien trop complexe pour moi. Ceux qui me connaissent bien me diront que ce n’est pas le domaine où je brille le plus…
Further on, I read that « the United Arab Emirates, which have discreetly moved closer to Israel in recent years due to their common hostility to Iran, hailed “a serious initiative”… » Diplomacy is a far too complex science for me. Those who know me well will tell me that this is not the area where I shine the most …

J’ai déballé en vrac mon stock de colères hebdomadaires. J’arrête là et je vous ramène dans mon chez-moi où il fait bon vivre, et tant pis pour le manque d’enchaînement, il pleut trop et j’ai la cervelle qui rouille!
I unpacked my stock of weekly anger in bulk. I stop there and I take you back to my home where life is good, and too bad for the lack of sequence, it is raining too much and my brain is rusting!

Ma journée commence toujours ici, dans la salle de bain, avec vue sur Innimont.
My day always starts here, in the bathroom, overlooking Innimont.


Depuis cette fenêtre, je vois parfois des manifestations de vie sauvage, d’autant plus appréciées qu’elles restent rares. J’ai même assisté à un fantastique ballet de lièvres fous qui faisaient des cabrioles. J’ai vu passer tout un troupeau de chevreuils. J’ai vu un héron se percher en haut du noyer qui n’est plus là et j’ai vu parfois un écureuil dans ce même noyer.
From this window, I sometimes see manifestations of wild life, all the more appreciated that they remain rare. I even witnessed a fantastic ballet of crazy hares making antics. I saw a whole herd of deer pass by. I saw a heron perching on top of the walnut tree which is no longer there and I sometimes saw a squirrel in this same walnut tree.

Le noyer, ici — walnut, here
Le débardage, là — skidding, there

Plus près, il y avait même cet oiseau fou qui, en se voyant dans la vitre, se croyait agressé par un concurrent. C’est aussi par cette fenêtre que j’ai entrevu une bondrée apivore : après son envol, je m’étais aperçue que le nid de guêpes souterrain que nous avions repéré avait été complètement détruit. Je n’ai pas su identifier l’oiseau en fuite, mais l’anéantissement du nid de guêpes valait toutes les signatures.
Closer, there was even this mad bird who, seeing itself in the window, thought he was attacked by a competitor. It was also through this window that I caught a glimpse of a honey buzzard: after it took off, I noticed that the underground wasp nest we had spotted had been completely destroyed. I could not identify the fleeing bird, but the wasp nest’s destruction was worth all the signatures.

Nous avons eu la visite de faisans, que j’ai vus depuis la fenêtre : exceptionnellement j’ai pris quelques photos mais elles ne sont pas de bonne qualité. Je suis sortie en petite tenue, pieds nus dans mes baskets, et j’ai tenté de les retrouver : ils arpentaient tranquillement le parc. En m’approchant, je les ai mis en fuite.
We had the visit of pheasants, which I saw from the window: exceptionally I took some photos but they are not of good quality. I went out almost naked, barefoot in my sneakers, and I tried to find them: they were quietly roaming the park. As I approached, I fled them.

 

Cherchez bien…
Search Well …

Malheureusement, la vie sauvage excite les chasseurs…
Claude, lectrice régulière de ce blog, me raconte qu’elle voyait régulièrement une femelle chevreuil et ses deux petits en 2016. « Je les ai vus grandir, puis changer de couleur en automne prenant un ton brun comme camouflage, ca me rendait heureuse pour toute la journée. » Malheureusement, tous ont disparu à l’ouverture de la chasse. Claude s’inquiète pour les deux chevreuils que nous avions vus le 14 janvier dans notre parc. Le 25, elle s’est crue sur un terrain en guerre, même son chien ne voulait plus avancer à cause des coups de feu !
Elle souhaite que nos salades continuent à se faire dévorer… et moi aussi.
Unfortunately, wild life excites hunters …
Claude, regular reader of this blog, tells me that she regularly saw a female deer and her two young in 2016. « I saw them grow, then change color in autumn taking a brown tone as camouflage, it made me happy for all day. » Unfortunately, all of them disappeared when the hunt started. Claude is worried about the two deer we saw on January 14 in our park. On the 25th, she believed herself on land at war, even her dog did not want to move any more because of the gunfire!
She wants our salads to continue to be devoured … and me too.

Depuis la fenêtre, en regardant en bas, je remarque un chemin à peine visible : ce sont les chats qui l’ont tracé. Ils aiment se prélasser sur les tuiles quand le soleil le permet, et ils sont nombreux à circuler par là. Saskatoon les attaque parfois, parfois elle laisse faire.
Looking down from the window, I notice a barely visible path: the cats have traced it. They like lounging on the tiles when the sun allows it, and many of them circulate there. Saskatoon sometimes attacks them, sometimes it lets it go.

Ce matin, c’est trop mouillé pour prendre le chemin des chats. Celui-ci arpente la murette, hésite, fait demi-tour.
This morning, it is too wet to to walk on the cat’s path. This walks the wall, hesitates, turns around.




Je vais dehors maintenant que j’ai fini ce petit travail.

La plante est une clématite, variété « ville de Lyon » : j’ai écrit le nom à l’encre de Chine sur un caillou que j’ai habillé avec un brin de laine.
Paul me dit que la laine cache le nom : j’espère bien que les visiteurs la toucheront pour bien voir !
I’m going outside now that I’ve finished this little job.

The plant is a clematis, variety « ville de Lyon » : I wrote the name with Indian ink on a pebble that I dressed with a bit of wool.
Paul tells me that the wool hides the name: I hope that visitors will touch it to see well!

Je remercie vivement Angelo, parce qu’il participe à toutes les manifestations avec Èvelyne. C’est courageux et généreux. Je le remercie aussi pour ce qu’il me dit :
« J’espère que de nombreux étrangers, puisque vous prenez la peine de traduire en anglais, suivent votre blog. »
Alors je constate que j’envoie le petit message que j’appelle « piqûre de rappel » à une quinzaine de personnes anglophones. Parmi les quinze, combien me lisent ? Mais combien me lisent aussi sans que je le sache ? N’hésitez pas à poster l’adresse autour de vous, si vous pensez que cela peut intéresser vos proches.
I thank Angelo very much, because he takes part in all the protests with Èvelyne. It’s courageous and generous. I also thank him for what he says to me:
« I hope that many foreigners, since you take the trouble to translate into English, read your blog. »
So I see that I am sending the little message that I call « reminder prick » to about fifteen English-speaking people. How many of these fifteen read me? But how many read me too without me knowing it? Do not hesitate to post the address around you, if you think it may interest your loved ones.

Un chien très élégant – a very elegant dog

Voilà le chien, maintenant je peux passer à autre chose…
Here is the dog, now I can move on…

Quand Odette m’a vue avec mon Canon, elle a tout de suite deviné de quoi parlerait ma prochaine chronique.
When Odette saw me with my Canon, she immediately guessed what my next column would be about.

J’ai entendu sur France Culture l’interview d’une femme retraitée qui gagne 940 euros par mois. Sa hantise étant de se retrouver à la rue, elle paye en priorité son loyer. La banque lui facture tous les incidents bancaires (chèque rejeté par exemple), qui se succèdent en permanence dans sa situation. Ainsi il y a eu un mois où elle a payé plus de 170 euros de frais bancaires.
I heard on France Culture the interview of a retired woman who earns 940 euros per month. Her obsession being ending up on the street, she pays her rent as a priority. The bank invoices her for all banking incidents (check rejected for example), which follow one another permanently in her situation. So there was a month when she paid more than 170 euros in bank charges.

 

From revolt to revolution
end of the world
hunger of the month
uncertain tomorrows
same fight

L’émission expliquait que les Français à bas revenus étant très nombreux… ils représentent une manne pour les banques. Elles réussissent à leur extorquer un mois par an de leurs revenus en frais bancaires.
The program said that there are so many low-income French people … they represent a windfall for the banks. They manage to extort one month a year from their income in bank charges.

The tax bleeds the wretch

Yago racontait un jour avec consternation comment un responsable, lors d’une journée de formation, concluait une intervention en expliquant que chacun doit vénérer le Dieu Argent.
Yago was telling with consternation one day how a leader, during a training day, concluded an intervention by explaining that everyone should worship the Silver God.

Free the peoples from the financial markets

Comment nous sortir de tout ça ? L’argent qui dirige le monde, rend le vol légal, et condamne à plus de pauvreté encore ceux qui en manquent, les retraites bientôt jouées à la roulette russe…
How to get out of this? The money that runs the world, makes theft legal, and condemns those who lack it to even more poverty, the pensions soon to be played on Russian roulette …

Pension breaks that's enough !

Voyant mon Canon, une dame me demande si je filme, si je suis journaliste : « Non, je fais des photos pour mon blog.
- Alors parlez du livre “les voraces” dans votre blog » me demande-t-elle.
J’en parle donc, voici ce que j’ai trouvé chez amazon :
« Jamais autant de hauts fonctionnaires n’ont pantouflé à prix d’or dans le privé.
Jamais autant de ministres n’ont été multimillionnaires.
Jamais autant de responsables politiques, et non des moindres, ne sont devenus lobbyistes ou avocats d’affaires…
Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi la situation a-t-elle empiré sous Macron ?
Après deux ans d’enquête et grâce à une quarantaine de témoignages inédits, Vincent Jauvert révèle les moeurs de ces élites si voraces qui ont pris le pouvoir dans le sillage du nouveau président de la République. Il décrit leur course à l’argent, leurs campagnes en coulisses pour dissimuler leurs véritables revenus et leurs conflits d’intérêts. Un document implacable. »
Seeing my Canon, a lady asks me if I am filming, if I am a journalist: « No, I take photos for my blog.
– Then talk about the book “les voraces — the ravenous” in your blog » she asks me.
So I’m talking about it, here’s what I found on amazon:
« Never before have so many high-ranking civil servants slippered in the private sector.
Never have so many ministers been multimillionaires.
Never have so many political leaders, and not the least, become lobbyists or business lawyers …
How did we get here ? Why did the situation get worse under Macron?
After two years of investigation and thanks to around forty unpublished testimonies, Vincent Jauvert reveals the mores of these voracious elites who took power in the wake of the new President of the Republic. He describes their race for money, their backstage campaigns to hide their real income and conflicts of interest. A relentless document. »

Les hommes politiques ne connaissent la misère que par les statistiques. Abbé Pierre
Politicians know misery only through statistics. Abbé Pierre
Messieurs XXX ne regardent pas les statistiques
ils les ignorent
leur missel est le CAC 40
Mister XXX are not looking at statistics
they ignore them
their missal is CAC 40

La manif démarre à pas lents. Nous perdons de vue notre conducteur, Jean-Paul, qui rencontre de nombreuses connaissances. Moi, j’ai la joie de retrouver Catherine et Jean, qui continue des recherches sur les maquisards dans le Vercors. Yvanne est là aussi, Christian, et Florence. Claude et Brigitte sont venus avec Paul et Hortensia que j’avais perdus de vue depuis des années. Marie-Laure a écrit un vrai roman !
Le bal des faux culs
Age-pivot du bluff
La violence économique est à l’œuvre
Le pauvre va mourir au travail
(Age pivot 66 ans année 90)
le riche jouir de sa retraite par capitalisation
Merci : Macron la CFDT Black Rock derrière
The demonstration starts slowly. We lose sight of our driver, Jean-Paul, who meets many acquaintances. I am delighted to find Catherine and Jean, who is continuing research on the maquisards (those who fought against the Nazi) in the Vercors. Yvanne is there too, Christian, and Florence. Claude and Brigitte came with Paul and Hortensia whom I had lost sight of for years. Marie-Laure wrote a real novel!
The ball of phoneys
Bluff pivotal age
Economic violence is at work
The poor man will die at work
(Pivotal age 66 years year 90)
the rich person enjoy their retirement by capitalisation
Thank you: Macron the CFDT Black Rock behind

Plus loin, je parle avec un monsieur qui a commencé à manifester en mai 68. Depuis décembre, il en est à sa sixième manif et son sixième panneau, il en crée un nouveau à chaque fois !
Le roi Macron à Versailles et le peuple sur la paille
Further on, I speak with a gentleman who started to demonstrate in May 68. Since December, he’s been on his sixth protest and his sixth panel, he’s creating a new one every time!
King Macron at Versailles and the people on the straw

Un panneau a emprunté à Attac la formule :
Pas de justice climatique sans justice fiscale et sociale
A sign borrowed the formula from Attac:
No climate justice without fiscal and social justice

Quant aux panneaux pour la baisse de la consommation, c’est encore un peu une nouveauté dans les manifs politiques, et ça fait plaisir que ce sujet aussi soit abordé :
Faisons un travail qui ait du sens
mangeons mieux
respirons mieux
apprenons à sous-consommer
About the signs for the reduction of consumption, it is still a bit of a novelty in political demonstrations, and it is a pleasure that this subject is also addressed:
Let’s do meaningful work
let’s eat better
let’s breathe better
learn to under-consume

Chez moi, j’ai passé du temps sur une vidéo de Denis Robert qui dénonce les « stratégies langagières et policières de la Macronie pour nous soumettre à ses visées néolibérales. » Je publie de larges extraits de ses réflexions. Peut-être y aura-t-il une erreur de transcription ici ou là, mais je ne trahis pas son propos. Dans la manif, il y a des slogans, dans cette vidéo, il y a un raisonnement, de la réflexion, occasion pour moi de réfléchir à mon tour.
At home, I spent time on a video by Denis Robert which denounces « the language and police strategies of Macronie to submit us to his neoliberal aims. » I publish large extracts from his reflections. Perhaps there will be a transcription error here or there, but I am not betraying his purpose. In the protest, there are slogans, in this video, there is reasoning, reflection, opportunity for me to reflect in my turn.

Denis Robert commence par s’adresser aux gilets jaunes :
« Vous êtes notre honneur, notre seul moyen de riposter. »
Denis Robert begins by speaking to the yellow vests:
« You are our honor, our only way to fight back.  »


Puis il déclare :
« Ce pouvoir joue sur le temps, il joue sur la sémantique, il cherche à nous enfumer. »
Then he declares:
« This power plays on the time, it plays on semantics, it seeks to smoke us. »

Je lui laisse la parole :
« Le régime des retraites a été construit après la guerre sur la base d’un régime général.
Macron a inventé le concept bidon d’universalité et les petits soldats du macronisme, robots décérébrés de la sphére publique de répéter jusqu’au dégoût ce mensonge de l’universalité alors que non, le système que Macron a en tête n’est pas universel, mais promeut une rupture, un danger, un retour aux féodalités et au black rock. Autre idée pitoyable, l’âge pivot.
(…)
Macron me déprime.
Macron est une machine un homme programmé pour détruire ce qui fut fait par nos aînés. Macron, c’est le tueur placide du conseil national de la résistance. Macron c’est Pinocchio puissance mille, c’est Tartuffe, c’est le contraire de Stéphane Hessel, c’est le contraire de la douceur et du coton.
Chaque mot qui sort de sa bouche depuis le début du mouvement des gilets jaunes et encore plus depuis les révoltes contre sa réforme sur les retraites est un mensonge ou au mieux la manifestation d’une stratégie d’évitement.
Macron vit dans un monde parallèle suspendu où il nous fait croire qu’il débat, qu’il dialogue, qu’il concède alors que rien du tout, pas de chaleur, pas d’’humanité, pas de polititique au fond.
Macron fait mal son métier. Macron n’est pas un homme politique. Bien sûr il a été élu, mais son élection est un hold up.
Macron dirige son pays comme une boîte, nous sommes sa start up nation.
Et si on le laisse faire si on les laisse faire on va tous crever.
(…)
Quelqu’un qui ment si éhontément n’est plus digne de nous adresser la parole.
(…)
Macron ne gouverne pas, Macron dirige, Macron ordonne. Macron ne gouverne pas, il nous soumet. Il ne cèdera rien sur les retraites.
Il gagne du temps. Il est dans un rapport de force permanent.
Je n’arrive pas à rester distancié face à tant d’inconséquence, de sournoiserie, d’imposture. »
I give him the floor:
« The pension scheme was built after the war on the basis of a general scheme.
Macron invented the bogus concept of universality and the little soldiers of macronism, brainless robots in the public sphere are repeating this lie of universality until disgust while not, the system that Macron has in mind is not universal, but promotes a break, a danger, a return to feudalism and black rock. Another pitiful idea is the pivotal age.
(…)
Macron depresses me.
Macron is a man-machine programmed to destroy what was done by our elders. Macron, he’s the placid killer of the National Resistance Council. Macron is Pinocchio power thousand, he is Tartuffe, he is the opposite of Stéphane Hessel, he is the opposite of softness and cotton.
Every word that has come out of his mouth since the start of the yellow vests movement and even more since the revolts against his pension reform is a lie or at best the manifestation of an avoidance strategy.
Macron lives in a suspended parallel world where he makes us believe that he is debating, that he is dialoguing, that he concedes when nothing at all, no warmth, no humanity, no politics at heart.
Macron does his job badly. Macron is not a politician. Of course he was elected, but his election is a hold up.
Macron runs his country like a box, we are his start up nation.
And if we let him do, if we let them do, we’re all going to die.
(…)
Someone who lies so shamelessly is no longer worthy to speak to us.
(…)
Macron does not govern, Macron directs, Macron orders. Macron does not govern, he submits us. He will not give up anything on pensions.
He saves time. He is in a permanent balance of power.
I can’t stay distanced in the face of so much inconsistency, slyness, sham.  »

Puis Denis Robert cite Roland Gori, psychanaliste :
« Emmanuel Macron ne gouverne pas les Français, il les soumet. »
Then Denis Robert quotes Roland Gori, psychoanalist:
« Emmanuel Macron does not govern the French, he submits them. »

Comme Denis Robert, moi aussi « je rêve d’une France plus solidaire, de policiers finissant par baisser leur matraque, je rêve de juges plus ouverts, plus tolérants, et de procureurs qui redeviennent les représentants du peuple. »
I too dream as Denis Robert « of a more united France, I dream of the police eventually lowering their batons, I dream of more open, more tolerant judges, and of prosecutors who are once again becoming representatives of the people. »

Je suis partagée entre une profonde angoisse à cause de tout ce à quoi j’assiste, la planète à feu et à sang, et le plaisir de ne pas me sentir seule quand je lis Denis Robert, ou toutes ces banderoles autour de moi. Partout il se passe des choses, les humains sont capables du pire mais aussi du meilleur. Cette fois, je laisse la parole à ces inconnus dont j’évite de montrer le visage :
I am divided between a deep anguish because of all that I attend, the planet is burning and bleeding, and the pleasure of not feeling alone when I read Denis Robert, or all these banners around me. Everywhere things happen, humans are capable of the worst but also the best. Now, I give the floor to these unknown whose faces I avoid:

Un vieux monsieur très souriant porte le panneau « France insoumise »
A smiling old man wears the « France rebellious — France insoumise » sign

prof en colère
retraite de misère
angry teacher
misery retreat

Delorme high school on strike

Élèves et personnels du lycée Aubry en grève !!! (banderole à l’envers)
Aubry high school students and staff on strike !!! (upside down banner)

J’aime beaucoup la
maîtresse
maternelle
en colère
Une vraie colère en effet…
I really like the
angry
teacher
of nursery school
A real anger indeed …

…et aussi
soldes sur les retraites
– 30%
– 40%
– 50%
faites vite ! Il n’en restera pas pour tout le monde !
… and also
retirement balances
– 30%
– 40%
– 50%
be quick ! There won’t be enough left for everyone!

état d’urgence démocratique sociale et climatique
democratic social and climatic emergency

avec le chien élégant — with the elegant dog

BlackRock connaissez-vous ?
Voilà un nouveau venu, totalement inconnu et dont le nom est sur toutes les bouches !
BlackRock do you know?
Here is a newcomer, completely unknown and whose name is on everyone’s lips!

Je ne censure pas :
ni dieu
ni maître
juste
moi et
mes couilles
I do not censor:
neither god
neither master
only
me and
my balls

Une grande banderole rappelle judicieusement que
quand tout sera privé
on sera privé de tout
A large banner aptly reminds us that
when everything will be private
we will be deprived of everything

grève générale pour bloquer macron
non à la retraite des morts
general strike to block macron
no to the retirement of the dead

élection d’une constituante souveraine
election of a sovereign constituent

convergence des luttes
grève et mobilisation générale
retrait de la réforme des retraites
convergence of struggles
strike and general mobilization
withdrawal from pension reform

how do you want retirement?
“À point” or bleeding
Joke with « points »: when you order meat in the restaurant, the waiter asks you how it must be cooked. « À point » or « bleeding »?
The pension reform must introduce points retirement.

Ministres sénateurs députés présidents
et vos régimes spéciaux on en parle ?
Ministers senators deputies presidents
and your special diets we talk about?

du BAC bidon aux retraites en toc
stop
on n’est pas des esclaves
révolution !!!
From bogus BAC to pensions in fake
stop
we are not slaves
revolution !!!

Suppression cotisations
sur les salaires de
10 000 € et plus
=
nouveau cadeau
(4 à 5 milliards d’€ / an)
pour les entreprises
et les hauts salaires
Cancellation of contributions
on the salaries of
€ 10,000 and more
=
new gift
(4 to 5 billion € / year)
for companies
and high wages

Retraite à poing
dans ta gueule !
Fist retreat
in your face !
Point = point / poing = fist

Le noir et le rouge, puis le vert, se rejoignent, étroitement réunis par le jaune. Fraternisons.
Black and red, then green, meet, closely united by yellow. Let’s fraternize.

On veu(t)
le retrait
rien d’autre
We want
withdrawal
nothing else

Imposons un autre avenir
Impose another future

Sur la caravane
convergence des luttes
assez de mensonges
de privations
de répressions
résistance
stop aux régressions sociales
révolution citoyenne
le pouvoir au peuple
non à la vente des équipements publics
aux multinationales
On the caravan
convergence of struggles
too much lies
too much deprivation
too much repressions
resistance
stop social regressions
citizen revolution
Power to the people
Do not sell public equipment
to multinational companies

Stylos rouges
blouses blanches
casques argent
gilets jaunes
militants verts
peuples de la planète bleue
révolutions !
Red pens
white blouses
silver helmets
yellow vests
green activists
peoples of the blue planet
Revolutions!

Notre manif se termine, déjà certains quittent le défilé. Une dernière photo :
macron menteur
médias manipulateurs
et je dis à la dame qui porte ce gilet combien je suis d’accord avec elle.
« Je me suis fait agresser avec ça », raconte-t-elle. Quand elle a garé sa voiture, une passante lui a dit que c’est mal de critiquer monsieur le président. Alors la manifestante lui a répondu « j’emmerde monsieur le président ! » L’autre n’a pas répondu et a disparu en toute hâte.
Our demonstration ends, already some are leaving the march. One last photo:
macron liar
manipulative media
and I tell the lady wearing this vest how much I agree with her.
« I was attacked because of this, » she says. When she parked her car, a passerby told her that it is bad to criticize Mr. President. So the protester replied « I fuck Mr. President! » The other did not respond and hurried away.

Un mardi comme les autres*…

* Mes titres, de plus en plus mensongers?
* My titles, more and more lying?

`Des nouvelles de Rose la Canadienne lundi soir. Depuis Taipei, la voilà maintenant au Mexique.
En mai 2012 elle arrivait d’Afrique et retrouvait chez nous sa sœur Lili. Avec Alessandra, venue d’Italie, une belle équipe s’était constituée. J’en avais parlé, ça s’appelait « Danses, chants et rires ».
Rose était revenue nous voir après avoir voyagé au Maroc, en Turquie…
News from the Canadian Rose Monday evening. From Taipei, she is now in Mexico.
In May 2012 she came from Africa and met her sister Lili in our home. With Alessandra, from Italy, a great team was formed. I mentioned it, it was called « Danses, chants et rires ».
Rose came back to see us after traveling to Morocco, Turkey…

Les anglophones peuvent suivre ses aventures et sa « Curiosité Vagabonde — Curiosity Roving ». Elle souhaite revenir à un sens de la vie simple et heureux et me fait penser à Séb.
Anglophones can follow her adventures and her « Curiosity Roving ». « I am coming back to a more simple and happy sense of life », she says, and she reminds me of Séb.

Trop dur ! — Too hard!

Au sujet de son blog :
« J’écris une lettre chaque mois, principalement au sujet des lieux que je visite. Vous pouvez lire ou vous inscrire ici. »
About her blog:
« I write one newsletter every month, mostly about the places that I visit. You can read them or subscribe here. »

De mon côté, je suis de plus en plus à l’aise pour écrire aussi en anglais ; cela me permet de rester en contact avec nos innombrables visiteurs, et je suis contente si Rose revient me lire.
For my part, I am more and more comfortable writing also in English; it allows me to stay in touch with our countless visitors, and I’m glad if Rose comes back to read me.

Le mardi 14, je reçois un message de Yago, venu avec Zsuzsi en juin 2018 : je ne lui réponds pas tout de suite, je me consacre à mon blog, j’ajoute les photos manquantes, je relis en diagonale une dernière fois et hop !, je poste ma chronique.
On Tuesday the 14th, I receive a message from Yago, who came with Zsuzsi in June 2018: I don’t answer him right away, I devote myself to my blog, I add the missing photos, I reread diagonally one last time and presto!, I post my column.

Rédiger, traduire, relire et illustrer une chonique, c’est un gros travail et j’ai maintenant besoin de prendre l’air ! Avec Paul je pars visiter le parc au moment où Jean-Paul part faire sa marche quotidienne.
Writing, translating, proofreading and illustrating a column is a big job and I now need to get some fresh air! With Paul I go to visit the park when Jean-Paul leaves for his daily walk.

Alors qu’on a dépassé la serre, je suis surprise par des craquements et le galop d’un animal. C’est beaucoup de branle-bas pour un combat de chats ! Puis je vois passer un chevreuil courant de droite et de gauche, complètement paniqué ! Pendant que j’avance d’un côté et Paul de l’autre, il remarque une zone où le givre a fondu et l’herbe est aplatie, l’animal a dormi là !
When we have passed the greenhouse, I am surprised by the creaking and galloping of an animal. It’s a lot of action for a cat fight! Then I see a completely panicked deer running from right and left! As I walk on one side and Paul on the other, he notices an area where the frost has melted and the grass is flattened, the animal slept there!

Le chevreuil file vers le vieux cerisier, et comme je m’approche, il se précipite contre le grillage et bute dedans encore et encore (« A » sur la copie de google map ci-dessous). Ce qu’il ne voit pas dans son affolement, c’est que le grillage se termine ici. À force de se débattre dans tous les sens, il contourne enfin l’obstacle. Il fonce sans ralentir son galop jusqu’au bois (« B ») et peut-être plus loin encore, mais je l’ai perdu de vue.
Pendant ce temps, Jean-Paul en voit un autre qui, lui, se sauve dans la direction opposée, côté colline (« C »).
The deer spins towards the old cherry tree, and as I approach, it rushes against the fence and stumbles into it again and again (« A » on the copy of google map below). What it doesn’t see in its panic is that the fence ends here. By dint of struggling in all directions, it finally gets around the obstacle. It rushes without slowing its gallop to the woods (« B ») and maybe even further, but I have lost sight of him.
Meanwhile, Jean-Paul sees another who, on the other hand, flees in the opposite direction, hill side (« C »).

Je pense que ce sont deux jeunes. J’ai vu « le mien » à un mètre de distance, il semblait en excellente santé.
I think they are two young animals. I saw « mine » a meter away, it seemed to be in excellent health.

Paul me montre l’endroit où a dormi l’animal, herbe aplatie et givre fondu. Une autre empreinte à quelques pas, c’est la trace de celui que Jean-Paul a vu.
Paul shows me where the animal slept, flattened grass and melted frost. Another imprint a few steps away is the trace of the one Jean-Paul saw.

Si vous examinez la carte, il est facile de voir le fouillis de verdure de notre parc, avec, tout autour, d’immenses parcelles de terre nue ou en monoculture. Les chevreuils vivent dans le boisé qui se termine au point B, mais ils vont sans doute venir de plus en plus souvent brouter nos salades et profiter de notre confortable îlot de verdure. Ils les préfèrent à l’herbe qui pousse pourtant dans le parc, dommage pour nous. J’espère pourtant les revoir.
If you look at the map, it’s easy to see the clutter of greenery in our park, with huge plots of bare or monoculture land all around. The deer live in the woods which ends at point B, but they will no doubt come more and more often to graze our salads and take advantage of our comfortable island of greenery. They prefer them to the grass that grows in the park, which is a shame for us. However, I hope to see them again.

Ce même mardi, c’est la deuxième expédition au Faÿ : Serge est venu à la rescousse avec sa refendeuse. Les billots de bois pèsent un poids considérable, il faut les débiter pour les transporter.
This same Tuesday is the second expedition to Faÿ: Serge came to the rescue with his slitter. The logs weigh a considerable weight, they must be cut to transport them.

Pendant qu’ils commencent le débit, je fais un petit tour dans l’espoir de retrouver l’arbre qui marche sur deux jambes, mais je renonce à m’éloigner suffisamment, on va avoir besoin de moi. Alors que je reste un moment en contemplation dans le silence tranquille, je perçois un léger mouvement : une ronce que j’ai écrasée de mes pataugas se redresse lentement.
While they start to cut the wood, I take a little tour hoping to find the tree that walks on two legs, but I give up going far enough, they will need me. As I remain in contemplation for a moment in the quiet silence, I perceive a slight movement: a bramble that I have crushed with my mountain shoe is slowly recovering.

Plus loin, une châtaigne est en train de prendre racine. Courage bébé arbre, tu n’es pas sorti de tes peines, mais peut-être que dans trente ans tu seras toujours là. Si c’est le cas plus personne ne risquera de te piétiner comme je l’ai fait de la ronce.
Further on, a chestnut is taking root. Courage baby tree, you have not come out of your pain, but perhaps in thirty years you will still be there. If that’s the case, no one will risk trampling on you like I did with the bramble.

Dans trente ans ? Y aura-t-il des châtaigniers ici dans trente ans ? Ou des palmiers ? Ou une épaisse couche de permafrost ?
In thirty years? Will there be chestnuts here in thirty years? Or palm trees? Or a thick layer of permafrost?

Dans ce sous-bois si tranquille, mes pensées me ramènent vers les innombrables catastrophes écologiques qui se multiplient sous nos yeux ; certains d’ailleurs disent que le fameux effondrement est déjà là.
In this quiet undergrowth, my thoughts lead me back to the countless ecological disasters that multiply before our eyes; some people say that the famous collapse is already there.

Paul et moi avions eu la chance de rencontrer Pierre Fournier peu avant sa mort, à 35 ans, en 1973. Fournier avait travaillé à Charlie Hebdo, puis avait créé la Gueule Ouverte. Atteint d’une malformation cardiaque, c’est un infarctus qui l’a emporté alors qu’il n’avait publié que trois numéros de son « bébé ».
À cette époque, le ministère de l’environnement créé en 1971, en était à ses débuts. La protection de l’environnement passionnait je pense beaucoup moins de gens que maintenant, et n’était pas encore devenu un parti politique.
Paul and I had the chance to meet Pierre Fournier shortly before his death, at 35 years old, in 1973. Fournier had worked at Charlie Hebdo, then had created La Gueule Ouverte (Open Mouth). Suffering from a heart defect, he suffered a heart attack when he had published only three issues of his « baby ».
At that time, the environment ministry, created in 1971, was in its infancy. Environmental protection, I think, was much less exciting than it is now, and had not yet become a political party.

Si je parle de Pierre Fournier, c’est à cause de son approche visionnaire et lucide de l’écologie il y a un demi-siècle. Je le relis avec le même intérêt, et je retrouve ses dessins percutants avec autant de plaisir. Il utilisait des mots simples pour expliquer des choses complexes – ce n’est pas un hasard si ses parents, instituteurs, avaient fait la connaissance de Célestin Freinet.
If I am talking about Pierre Fournier, it is because of his visionary and lucid approach to ecology half a century ago. I reread him with the same interest, and I find his punchy drawings with as much pleasure. He used simple words to explain complex things – it is no coincidence that his parents, teachers, had met Célestin Freinet.

« Pendant qu’on nous amuse avec des guerres et des révolutions qui s’engendrent les unes les autres, en répétant toujours la même chose, l’homme est en train, à force d’exploitation technologique incontrôlée, de rendre la terre inhabitable, non seulement pour lui mais pour toutes les formes de vie supérieure qui s’étaient jusqu’alors accommodées de sa présence. Le paradis concentrationnaire qui s’esquisse et que nous promettent ces cons de technocrates ne verra jamais le jour parce que leur ignorance et leur mépris des contingences biologiques le tueront dans l’oeuf. La seule vraie question qui se pose n’est pas de savoir s’il sera supportable une fois né, mais si, oui ou non, son avortement provoquera notre mort. » — Pierre Fournier
« While they give us fun with wars and revolutions which generate each other, always repeating the same thing, man is going, by dint of uncontrolled technological exploitation, to make the earth uninhabitable, not only for him but for all the higher forms of life which had hitherto been accommodated by his presence. The paradise concentration camp that is emerging and that these idiots of technocrats promise us will never be created because their ignorance and their contempt for biological contingencies will kill it in the bud. The only real question that arises is not whether it will be bearable once born, but whether or not its abortion will cause our death. » — Pierre Fournier

Sur Wikipédia, la même première phrase ci-dessus est citée une deuxième fois, suivie de celles-ci :
On Wikipedia, the same first sentence above is cited a second time, followed by these:

« Au mois de mai 68, on a cru un instant que les gens allaient devenir intelligents, se mettre à poser des questions, cesser d’avoir honte de leur singularité, cesser de s’en remettre aux spécialistes pour penser à leur place. Et puis la Révolution, renonçant à devenir une Renaissance, est retombée dans l’ornière classique des vieux slogans, s’est faite, sous prétexte d’efficacité, aussi intolérante et bornée que ses adversaires, c’est aux Chinois de donner l’exemple, moi j’achète l’évangile selon Mao et je suis. »
« In May 1968, we thought for a moment that people would become intelligent, start asking questions, stop being ashamed of their uniqueness, stop relying on specialists to think for them. And then the Revolution, renouncing to become a Renaissance, fell back into the classic rut of old slogans, became, under the pretext of efficiency, as intolerant and limited as its adversaries, it is up to the Chinese to give the example, I buy the Gospel according to Mao and I follow. »

Je vous invite à découvrir ou retrouver ce personnage singulier, tandis que je retourne auprès du chêne abattu. Paul et moi chargeons les morceaux dans la remorque une fois qu’ils sont assez petits pour être transportables, Serge et Claude font le travail le plus pénible : nous les envions, ils n’ont pas mal au dos !
I invite you to discover or rediscover this singular character, while I return to the felled oak. Paul and I load the pieces into the trailer once they are small enough to be transportable, Serge and Claude do the hardest work: we envy them, they don’t feel pain in their back!

La photo n’est pas explicite : au premier plan, le bois est un peu plus foncé parce que l’eau ruisselle, et l’eau, c’est la pression de la lame qui la fait sortir. Cet arbre est en partie enfoui dans le sol depuis plusieurs années.
The photo is not explicit: in the foreground, the wood is a little darker because the water is flowing, and the water, it is the pressure of the blade which makes it come out. This tree has been partially buried in the ground for several years.

Ce beau fût transformé en tronçons est transporté sans tarder dans la cour où Paul et moi vidons la remorque. Plus tard Paul refend ce bois au format convenable pour notre chaudière.
This beautiful barrel transformed into sections is transported without delay to the courtyard where Paul and I empty the trailer. Paul later splits this wood to the size suitable for our boiler.

Je commence une collection de galets pour faire de la signalétique au jardin.
I start a collection of pebbles to make signs in the garden.

Alors que nous nous préparons pour la prochaine séance au bois, je remarque sur le sol dans l’atelier de Paul quelque chose comme une ficelle ou une brindille. Je l’attrape à pleine main, ça fait super mal ! Ce ne sont pas des épines comme je le crois d’abord, ce sont des orties qui ont traversé l’épaisseur du mur. Quel courage ! Je me demande si les végans, ont conscience des extraordinaires qualités des végétaux, de leur patience, de leur détermination, de leurs facultés d’adaptation. Mais j’éradique quand même cette plante intrépide.
As we prepare for the next session in the woods, I notice on the floor in Paul’s workshop something like a string or a twig. I grab it in the hand, it hurts a lot! These are not thorns as I believe at first, they are nettles that have crossed the thickness of the wall. How brave ! I wonder if vegans are aware of the extraordinary qualities of plants, their patience, their determination, their ability to adapt. But I still eradicate this fearless plant.

Orties dans un état plus normal :
Healthier nettles:

Ces arbres tombés barrent le chemin, avec Claude nous les enlevons du milieu : Paul et Claude débitent les arbres et moi je regarde et je fais beaucoup de photos. Je me rends utile en enlevant du milieu les branchages qui gênent. Plus tard, j’aide à charger dans la voiture des morceaux très pesants.
These fallen trees block the path, with Claude we remove them from the middle: Paul and Claude cut the trees and I look and I take a lot of photos. I remove from the middle the branches that are annoying. Later, I help to load very heavy pieces into the car.



Peut-être que Dom fera du tournage, c’est du tilleul, le bois se prête au tournage. Paul me suggère d’essayer de faire de la sculpture. Helper chez nous en octobre 2012, Joël avait sculpté deux morceaux de tilleul en disant que d’autres termineraient après son départ.
Maybe Dom will turn, it’s linden, the wood is suitable for turning. Paul suggests that I try to do sculpture. Helper with us in October 2012, Joël had carved two pieces of lime tree and said that others would finish after his departure.

J’ai parlé dans ces colonnes des panonceaux de « voisins vigilants » qui précisent : « si je n’appelle pas la police, mon voisin le fera. » Paul et moi en avons ras le bol de ces affichages, alors nous proposons autre chose :
I have spoken in these columns of signs of « vigilant neighbors » who state: « If I do not call the police, my neighbor will. » Paul and I are fed up with these displays, so we offer something else: « welcoming neighbors. »

Il est encore temps de recevoir des cartes de vœux et celle de Séb est fort amusante !
There is still time to receive greeting cards and Seb’s is very funny!

Janet nous a envoyé cette photo où elle se trouve avec David près de Lesotho en Afique du sud. La peinture derrière eux à été faite par les Bushmen il y a 4000 ans.
Janet, David, je suis contente de revoir votre sourire. Merci aussi pour cette merveilleuse peinture rupestre.
Janet has sent us this photo where she is with David near Lesotho in South Africa. The painting behind them was done by the Bushmen 4000 years ago.
Janet, David, I’m glad to see again your smile. Thank you also for this wonderful rock painting.