Savoie

En arrivant à Beaufort, nous mesurons combien c’est important de partir de chez soi, et de s’asseoir à une terrasse de café. De flâner sans but ou presque. De redevenir touristes, promeneurs, badauds et même peut-être marcheurs ! De changer d’horizon ! Pourtant, nos conditions de confinement n’étaient pas les pires…
Arriving in Beaufort, we realize how important it is to leave home, and sit down at a café terrace. To stroll aimlessly or almost. To become tourists, walkers, onlookers and perhaps even walkers again! To change the horizon! Yet our confinement conditions were not the worst …

Ce doit être notre troisième séjour dans la région, il y a tellement longtemps que nous ne sommes pas venus ! Après avoir retrouvé nos repères, arpenté la petite ville, fait une halte au café et constitué un joli stock de beaufort, nous reprenons la route.
This must be our third visit of the region, it has been such a long time since we have been here! After having found our bearings, surveyed the small town, stopped at the café and buying a nice stock of Beaufort, we hit the road again.

Nous montons vers les Saisies : nous traversons cette station vaste, inanimée, déserte, triste dans sa laideur et sous les nuages… Nous nous arrêtons pour pique-niquer mais j’aurais mieux fait de ne pas remarquer la balade possible vers le sentier de découverte (NOTE « covetan » veut dire « cuvette » en patois, ou encore « creux » ou « entonnoir »). En effet, le chemin sur pilotis est glissant comme du verglas, même pour nos chaussures de montagne. D’une chose à l’autre nous marchons à côté, si le sol n’est pas trop détrempé, alors que c’est interdit pour ne pas abimer la flore. Paul fait une belle chute, sans se blesser heureusement, quant à moi j’y échappe de peu à plusieurs reprises. Une fois presque sortis d’affaire, revenus sur un chemin herbeux et non en bois glissant, voilà la pluie qui s’y met.
We go up to Les Saisies: we cross this vast station, inanimate, deserted, sad in its ugliness and under the clouds … We stop for a picnic but I would have done better not to notice the possible walk towards the discovery trail (NOTE « covetan » means « bowl » in patois, or « hollow » or « funnel »). Indeed, the path on stilts is slippery like ice, even for our mountain boots. From one thing to another we walk at the side of the path, if the ground is not too wet, then it is forbidden so as not to damage the flora. Paul had a nice fall, luckily without hurting himself, and I narrowly escaped it on several occasions. Once almost out of the woods, back on a grassy path and not in slippery wood, the rain sets in.

Un tout petit étang grouille de têtards qui n’arrivent pas à s’éloigner du bord (mais pourquoi ?) pour aller vers des zones moins peuplées.
A tiny pond is teeming with tadpoles that can’t get away from the edge (but why?) into less populated areas.

La planche de tous les dangers.

The board of all dangers.

Nous reprenons la route jusqu’à Flumet : nous y découvrons un café fort sympathique… où nous réservons une table pour demain à midi, avant de nous acheminer tout près de là jusqu’à notre gîte.
We take the road back to Flumet: there we find a very nice cafe … where we reserve a table for tomorrow at noon, before heading very close to our lodge.

Bernadette nous fait découvrir les lieux qui nous enthousiasment. Alain a tout fait de ses mains, Paul lui posera la question. Il y a du bois partout et des tas d’idées amusantes, ingénieuses… Les radiateurs dégagent une douce chaleur, bien nécessaire en ce mois de juin! Nous voilà chez nous, installés comme des princes !
Bernadette makes us discover the places that inspire us. Alain did everything with his hands, Paul will ask him the question. There is wood everywhere and lots of fun, ingenious ideas … The radiators give off a gentle heat, much needed in this month of June! Here we are at home, installed like princes!

Le 3 juin, nous partons pour notre première vraie balade en laissant la voiture à Chaucisse pour nous rendre aux Avenières. Il y a donc plusieurs « Avenières », c’est bien moins peuplé côté Savoie où ce sont des prairies. Je reconnais les tussilages que l’on peut confondre avec les pissenlits quand ils fleurissent. Mais les feuilles de cette plante n’apparaissent qu’après la fleur. Et comme nous montons dans la montagne, nous remontons aussi le temps, nous trouvons les feuilles, puis les fleurs…
On June 3, we leave for our first real walk, leaving the car in Chaucisse to go to Les Avenières. There are therefore several « Avenières », it is much less populated on the Savoy side where they are meadows. I recognize coltsfoot which can be confused with dandelions when they bloom. But the leaves of this plant do not appear until after the flower. And as we go up the mountain, we also go back in time, we find the leaves, then the flowers …

La neige était là récemment, les arbres couchés parlent d’avalanches, mais ont-elles eu lieu cette année ? Il reste un petit névé caché dans la ravine, il n’en a plus pour longtemps.
The snow was there recently, the fallen trees speak of avalanches, but did they happen this year? There is still a small snowfield hidden in the ravine, it won’t be long.

Nous nous perdons en montant, car le chemin a disparu, et il nous faut le chercher un moment. Quand nous redescendons, nous retrouvons l’endroit où nous nous sommes perdus, mais ce n’est pas vraiment de notre faute, en traversant la prairie le sentier disparaît.
We get lost on the way up, because the path has disappeared, and we have to look for it for a while. When we come back down we find the place where we got lost, but it’s not really our fault, crossing the meadow the path disappears.

Après un excellent repas à « la Resto » et un moment de farniente dans notre merveilleux gîte, nous montons au col des Aravis mais en voiture, pas en vélo ou à pied ni en moto comme d’autres font. Je reconnais La Giettaz, avec le panneau de direction vers le hameau « le Plan », où je ne suis jamais venue mais une amie qui m’est chère y a vécu.
After an excellent meal at « la Resto » and a moment of idleness in our wonderful gîte, we climb to the Col des Aravis but by car, not by bike or on foot or by motorbike as others do. I recognize La Giettaz, with the direction sign towards the hamlet « le Plan », where I have never been, but a dear friend of mine once lived there.

Nous suivons un sentier une fois garés au col. Il y a beaucoup de monde. Qui va ou qui revient. Des vélos descendent le sentier, les premiers à toute vitesse : ils devraient faire attention de ne pas se casser l’omoplate ou autre chose, un accident est si vite arrivé !
We follow a path once parked at the pass. There are a lot of people. Who is going or who is coming back. Bicycles descend the trail, the first at full speed: they should be careful not to break the shoulder blade or something, an accident happens so quickly!

Dernier tout petit incident qui m’a bien fait rire : une voiture chargée de vélos se gare, un homme les prend, en donne un à la fille qui est à son côté et enfourche l’autre. La troisième personne court avec son appareil photo. Les deux cyclistes prennent la descente, font demi-tour et arrivent au niveau de la femme qui les photographie et leur dit de recommencer mais avec le sourire. Ils recommencent, et nous nous repartons sans tricher, sans faire semblant, dans la voiture…
Last tiny incident that made me laugh: a car loaded with bicycles pulls up, a man picks them up, gives one to the girl next to him and gets on the other. The third person runs with her camera. The two cyclists take the descent, turn around and arrive at the level of the woman who photographs them and tells them to start again but with a smile. They start again, and we leave without cheating, without pretending, in the car …

L’animation au col des Aravis, ici comme partout ailleurs, est sans doute d’autant plus intense qu’on sort de périodes difficiles. Chacun reprend les activités « d’avant » à peu près comme cela se passait « avant ». D’ailleurs, Alain et Bernadette nous diront que le gîte est encore réservé le jour de notre départ. Il y a une grande hâte à (re)vivre.
The animation at the Col des Aravis, here as everywhere else, is undoubtedly all the more intense when one comes out of difficult times. Everyone resumes « before » activities much like they did « before ». Moreover, Alain and Bernadette will tell us that the gîte is still reserved on the day of our departure. There is a great hurry to (re)live.

Pendant cet interminable hiver, coincés par le froid, le confinement et mon épaule, nous avons eu des moments très difficiles.
During this interminable winter, stuck by the cold, the confinement and my shoulder, we had very difficult times.

Nous avons tant marché par procuration en regardant les PaJu ou d’autres émissions : ailleurs nous manquait tellement. Nous étions pleins d’envie en regardant de nouveaux paysages si beaux, si beaux ! Mais nous ne pouvions que les voir, sans ressentir la lassitude, ni l’effleurement du vent ou du soleil sur notre peau, sans entendre les cris d’oiseaux, sans humer les parfums portés par le vent.
We walked so much « through another person » while watching PaJu or other shows: we missed so much elsewhere. We were full of envy watching new landscapes so beautiful, so beautiful! But we could only see them, without feeling the weariness, nor the touch of the wind or the sun on our skin, without hearing the birds screaming, without inhaling the scents carried by the wind.

Alors, nous nous sommes contentés des itinéraires mille fois parcourus. De notre chez nous que nous connaissons par cœur, en attendant impatiemment l’envol au loin.
So we were satisfied with the routes traveled a thousand times. From our home that we know by heart, impatiently awaiting the flight away.

Et voilà qu’enfin, de nouveaux paysages se révèlent au rythme de notre montée. Voilà que la fatigue de nos mollets nous fait mériter le lent déploiement du panorama. Je sais pourquoi j’aime marcher quand j’assiste à ce lent mouvement, ou quand le sentier me fait de l’œil en disparaissant pour que j’aille plus loin et encore plus loin.
And finally, new landscapes are revealed as we climb. Now the fatigue of our calves makes us deserve the slow unfolding of the panorama. I know why I like to walk when I witness this slow movement, or when the path catches my eye as it disappears so that I can go further and even further.

Et encore plus loin — impression d’infini.
And even further — feeling of infinity.

Nous avons été privés de choses simples, sans raison. Notre vie s’est rétrécie, est devenue plus étriquée.
Je conteste toujours les modalités qui nous ont été imposées plus pour nous priver de liberté que pour nous protéger.
We have been deprived of simple things for no reason. Our life has shrunk, has become more narrow.
I always challenge the terms that have been imposed on us more to deny us our freedom than to protect us.

Je pense qu’il faut rester vigilants.
I think we have to be vigilant.

200 !

Le 28 mai 2019, je vous disais :
« Une centaine de publications depuis septembre 2012… il n’y a pas de quoi pavoiser ni grimper aux rideaux ! »
On May 28, 2019, I told you:
« A hundred publications since September 2012 … there is not to brag or climb the walls! »

Monnaie du pape — Lunaria annua

Cent chroniques en plus de six ans, pour la première centaine. Alors je me permets un peu de fierté, toujours sans pavoiser ni grimper aux rideaux, vu ma légendaire modestie, mais quand même, la deuxième centaine en à peine plus de deux ans, c’est  une bonne accélération, un signe de constance.
One hundred chronicles in more than six years, for the first hundred. So I allow myself a little pride, still without bragging or climbing the walls, given my legendary modesty, but still, the second hundred in just over two years, it’s a good acceleration, a sign of consistency.

Pour tout dire, j’aimerais bien avancer d’autres écrits, travailler sur « mon roman ». C’est une motivation différente : créer des personnages, leur donner vie, les suivre sur le chemin que je décide de leur tracer. Oui, mais je me complique trop les choses, je ne suis pas assez assidue – la preuve – et quand je rouvre un fichier, je m’aperçois qu’il s’est écoulé (au minimum) un an depuis les derniers mots écrits. J’étais dans un « moment » particulier, je dois retrouver l’ambiance, les détails, le point d’où je suis partie et celui où je dois aller.
To be honest, I would like to advance other writings, work on « my novel ». It’s a different motivation: to create characters, to bring them to life, to follow them on the path I decide to make take. Yes, but I complicate things too much, I am not diligent enough – the proof – and when I reopen a file, I find that it has been (at least) a year since the last written words. I was in a special « moment », I have to find the atmosphere, the details, the point where I left and where I have to go.

Si j’abandonnais ce blog, je ne suis même pas certaine que je réussirais à affronter la difficulté qui m’attend. Pourtant, mes personnages existent maintenant, ils sont étoffés, cohérents, et j’aimerais bien voir vers où ils s’en vont. Ce n’est pas d’actualité. Je les laisse dormir encore.
If I gave up on this blog, I’m not even sure I would be able to cope with the difficulty that awaits me. However, my characters exist now, they are fleshed out, cohesive, and I would love to see where they are going. This is not relevant. I let them sleep again.

Je vous ramène vers ici, où froid et chaleur se disputent, je vous lance sur les traces de Séb, enfin reparti après un temps bien long pendant lequel ce voyageur a eu les ailes coupées, et je vous ramène vers un coin de Savoie de toute beauté. Sans oublier le message de Brad.
I bring you back to here, where cold and heat are fighting, I launch you in the footsteps of Séb, finally set off again after a very long time during which this traveler had his wings cut, and I bring you back to a corner of Savoy of all beauty. Not to mention Brad’s message.

Ici, vous avez eu droit encore une fois à une petite balade non botanique : comme ça, je peux être pardonnée en cas d’erreur. Bon, les fleurs, j’en photographie beaucoup, on en a des indigestions, mais c’est quand même sympa à regarder !
Here, you were once again entitled to a little non-botanical walk: that way, I can be forgiven if I make a mistake. Well, flowers, I photograph a lot of them, we get indigestion, but it’s still fun to watch!

Depuis l’arrêt brutal de son voyage en Espagne à cause du premier confinement, Séb est resté au  Charbi, le plus souvent dans son Chamion, à mener sa vie. Une petite sortie ici ou là, très raisonnable. Interactions avec ceux qui passent ou ceux qui habitent, parfois un repas commun, ou, bien entendu, le karambolage rituel du dimanche.
Since his trip to Spain abruptly ended due to the first confinement, Séb has remained in Charbi, most often in his Chamion, to lead his life. A little outing here and there, very reasonable. Interactions with those who pass or those who live, sometimes a common meal, or, of course, the ritual Sunday karambolage.

Il a commencé à bricoler, d’abord des petits trucs, puis il a en quelque sorte pris racine et s’est lancé dans de nombreuses constructions, l’aménagement de la cabane, les bancs dispersés dans le parc. Le plus gros chantier bien sûr ça a été la construction d’une nouvelle tiny house.
He started tinkering, first little things, then he kind of took hold and got into a lot of building, setting up the cabin, the benches scattered around the park. The biggest project of course was the construction of a new tiny house.

C’est la troisième qu’il construit, c’est le troisième modèle. Il n’a pas envie de se répéter, chaque nouvelle création est pour lui occasion d’expérimenter. Réorganisation des volumes. La porte, à l’arrière ou sur le côté ?
This is the third he is building, this is the third model. He doesn’t want to repeat himself, each new creation is an opportunity for him to experiment. Reorganization of volumes. The door, at the back or on the side?

Comme celle-ci est destinée à la vente, il proposera des options : on peut acheter la totalité, ou bien seulement la maison, pas le camion. Il a prévu de rajouter des capteurs solaires si l’acheteur le souhaite.
As this is intended for sale, he will offer options: you can buy all of it, or just the house, not the truck. He plans to add solar collectors if the buyer wishes.

J’en parle au futur, je devrais utiliser le passé : en effet, Séb est parti le 10 mai jusqu’au Luxembourg livrer la maisonnette sur roues. Dans la situation actuelle, c’était plus simple que ce soit lui qui fasse le voyage. Pour ce trajet, il a donc passé une nuit dans la maison qui n’est plus la sienne. Le contact avec les acheteurs a été fort plaisant.
I’m talking about it in the future, I should use the past tense: indeed, Séb left on May 10 to Luxembourg to deliver the house on wheels. In the current situation, it was easier for him to make the trip. For this trip, he spent a night in the house that is no longer his. The contact with the buyers was very pleasant.

Il aurait bien fait du tourisme si la météo avait été de la partie, mais vu le mauvais temps, il est revenu sans tarder. Il a alors mis la main aux dernières révisions de l’autre tiny-house, sa maison, son Chamion. Après quelques allers-retours techniques chez Patrice, il était prêt. Il est parti le 25 mai vers l’Espagne, mais, cette fois, du côté du pays basque et de la Navarre. Avec une traversée tranquille du Massif Central, si riche en sites magnifiques !
He would have been sightseeing if the weather had been right, but given the bad weather, he returned without delay. He then got his hands on the final revisions of the other tiny-house, his house, his Chamion. After a few technical back and forths with Patrice, he was ready. He left on May 25 for Spain, but this time for the Basque country and Navarre. With a quiet crossing of the Massif Central, so rich in magnificent sites!

Si vous souhaitez suivre la gestation de la maison vendue, ça commence ici, ensuite vous cliquez en bas de page sur le titre suivant.
If you want to follow the development of the house sold, it starts here, then you click at the bottom of the page on the following title.

Si vous désirez l’accompagner dans son voyage qui vient juste de commencer, c’est là que ça se passe.
If you want to go with him on his journey that has just begun, this is it.

Ou encore pour accéder en quelque sorte au socle d’où partent tous ses récits, remplis de nombreux voyages aux quatre coins de la planète (c’est une expression, le français est une langue bizarre : la planète étant cubique, elle a en réalité huit coins), donc, si vous voulez découvrir des pays proches ou lointains, c’est par là…
Or to somehow access the base from which all his stories start, filled with numerous trips to the four corners of the planet (it’s an expression, English is a bizarre language: the planet being cubic, it actually has eight corners), therefore, if you want to discover countries near or far, it’s here …

Et la Savoie ?
And Savoy?

Depuis mars 2020, Paul n’a pas quitté la maison sauf pour des visites de quelques heures ici ou là, et bouger lui manque beaucoup. Moi, j’ai fait quelques escapades dans ma famille.
Since March 2020, Paul has not left the house except for visits of a few hours here and there, and he misses movement very much. Me, I made a few getaways with my family.

Séb parti, Lolo en pleins préparatifs, je houspille Paul pour un voyage symbolique (disons deux nuits trois jours) et il réserve un gîte du 2 au 4 juin. C’est comme ça que nous nous retrouvons à Beaufort après moins de deux heures de route. C’est une jolie petite ville dont la saison touristique peut enfin commencer, les terrasses sont envahies et les passants nombreux. On se dégourdit les jambes et on se rappelle nos voyages précédents.
Séb gone, Lolo in full preparations, I scold Paul for a symbolic trip (say two nights three days) and he reserves a lodging from June 2 to 4. This is how we find ourselves in Beaufort after less than two hours of driving. It is a pretty little town whose tourist season can finally begin, the terraces are overgrown and many passers-by. We stretch our legs and remember our previous trips.

Balade pour redécouvrir les lieux, chance, il y a un marché, après lequel nous faisons encore une fois la visite, incontournable, de la coopérative laitière…
Stroll to rediscover the places, luck, there is a market, after which we once again make the visit, unavoidable, of the dairy cooperative …

On peut y acheter son beaufort à toute heure du jour ou de la nuit, sept jours sur sept.
You can buy your Beaufort there at any time of the day or night, seven days a week.

Joie de s’asseoir à une terrasse de café
Joy of sitting at a cafe terrace

Le soleil n’est pas coopératif, le ciel est nuageux, la pluie se rapproche. Nous quittons Beaufort pour monter vers les Saisies. Notre petite expédition continuera…
The sun is not cooperative, the sky is cloudy, the rain is approaching. We leave Beaufort to go up to Les Saisies. Our small expedition will continue …

J’ai reçu un message de Brad : quand il a séjourné chez nous, Paul lui a parlé d’Arthur Upfield, un auteur que nous avons lu tous les deux et qui a situé ses romans policiers dans le bush australien. Brad nous demande si nous connaissons la série télé tirée de ces livres, mais j’ignorais l’existence de cette série ! Je découvre que l’acteur français Alain Doutey y a joué mais « en raison de problèmes de droits limités, la série n’est pas sortie en DVD, ni en Australie ni en France. »
Eh bien c’est regrettable, il est très intéressant de suivre le personnage de Bony ou Boney, Napoléon Bonaparte, métis torturé par sa double appartenance, lors des enquêtes qu’il mène avec brio.
I got a message from Brad: When he stayed with us, Paul told him about Arthur Upfield, an author we both read and who set his detective stories in the Australian bush. Brad asks us if we know of the TV series from those books, but I didn’t know the series existed! I find out that French actor Alain Doutey performed there but « due to limited rights issues, the series has not been released on DVD, neither in Australia nor in France. »
Well it’s unfortunate, it’s very interesting to follow the character of Bony or Boney, Napoleon Bonaparte, half-breed tortured by his dual affiliation, during the investigations he brilliantly leads.

En cherchant à répondre à Brad, j’ai découvert la présence de David Gulpili comme acteur de la série : j’avais déjà parlé de lui dans ma chronique « en suivant le cacatoès », précisant qu’il est chanteur et danseur.
While trying to answer Brad, I discovered the presence of David Gulpili as an actor of the series: I had already mentioned him in my column « Riding The Black Cockatoo », specifying that he is a singer and a dancer.

J’ai bien envie de relire les romans d’Upfield.
I really want to re-read Upfield’s novels.

Et Lolo, là…

Comme nombre d’autres objets, les clés sont animées d’un esprit maléfique, vous le savez. C’est comme ça que celle de la voiture m’a échappé pour tomber dans une grille d’égoût heureusement à sec. Désemparée, j’ai regardé la clé, à un mètre de moi, inaccessible…
Like many other items, the keys have an evil spirit, you know. That’s how the one in the car slipped out of my way and fell into a fortunately dry sewer grate. Distraught, I looked at the key, a yard away from me, inaccessible …

C’était un dimanche, avec Paul on était encore en cavale à l’autre bout du pays, on ne connaissait personne dans le coin.
J’avais bien repéré de l’autre côté de la rue une maison en chantier, mais tout était fermé, clos, verrouillé, l’outillage bien à l’abri à l’intérieur.
It was a Sunday, with Paul we were still on the run across the country, we didn’t know anyone around.
I had spotted a house under construction on the other side of the street, but everything was closed, fenced, locked, the tools well sheltered inside.

C’est alors que la porte de cette maison-ci précisément s’est ouverte, un homme est sorti. Je me suis précipitée : « vous n’auriez pas quelque chose comme, je sais pas, un bout de ferraille » et d’expliquer la clé, tombée, qui se moquait de moi depuis son recoin hors d’atteinte.
It was then that the door to this very house opened, a man came out. I rushed over, « you wouldn’t have something like, I don’t know, a piece of junk » and explained the fallen key that was laughing at me from its out of reach nook.

L’homme est retourné dans la maison, en a rapporté un bout de ferraille d’une longueur parfaite, replié en crochet au bout ! En deux secondes, j’ai récupéré la clé et en rendant l’outil à mon bienfaiteur, je lui ai dit qu’il était providentiel.
The man went back into the house, brought back a piece of scrap metal of perfect length, folded up like a hook at the end! Within two seconds I retrieved the key and upon returning the tool to my benefactor told him he was providential.

 

Parfois, je pense à Lolo comme à la personne providentielle. Ne le lui répétez pas, ça va le rendre orgueilleux. Et comme il lit régulièrement mon blog, je vais avoir du mal à lui cacher le bien que nous pensons de lui.
Sometimes I think of Lolo as the providential person. Do not repeat it to him, it will make him proud. And since he regularly reads my blog, I’m going to have a hard time hiding from him the good things we think of him.

Mais après tout, la relation d’échanges qui s’est établie avec lui, c’est quelque chose de tout naturel, chacun fait ce qu’il peut selon ses capacités, ses savoirs, ses préférences, et par gros temps tout le monde est sur le pont. Je dirais donc que nous avons établi avec Lolo des relations normales, comme tout le monde pourrait le faire avec tout le monde. Il me semble qu’il y a un équilibre et que tout le monde est satisfait, c’est donc une bonne chose.
But after all, the exchange relationship that has been established with him is something quite natural, everyone does what they can according to their abilities, their knowledge, their preferences, and in case of storm everyone is on the ship deck. So I would say that we have established a normal relationship with Lolo, as anyone could with everyone. It seems to me that there is a balance and that everyone is happy, so that’s a good thing.

Depuis cette petite annonce dans « l’Âge de faire » alors que je ne trouve jamais le temps de lire cette revue, jusqu’aux amis que nous avons en commun, cela fait beaucoup de hasards — mais certains disent que le hasard n’existe pas…
From that little ad in « l’Âge de faire » when I never find the time to read this review, to the friends we have in common, it’s been a lot of luck – but some say there is no such thing as luck …

Tout s’est mis en place tranquillement, naturellement. Laurent souhaitait avoir son indépendance, nous aussi. Paul et moi avons une grande expérience des visiteurs, que ce soient par « HelpX », « Workaway » ou encore le CouchSurfing, sans oublier l’hébergement de militants… Des motivations très variées, des rencontres infiniment variées nous ont permis d’apprendre à lire au travers des comportements des gens pour mieux les connaître. Un beau discours et des principes séduisants sont parfois en contradiction avec les actions de la personne.
It all fell into place quietly, naturally. Laurent wanted to have his independence, same for us. Paul and I have a great experience of visitors, whether through « HelpX », « Workaway » or even CouchSurfing, without forgetting the accommodation of activists… Very varied motivations, infinitely varied encounters allowed us to learn how to read through people’s behavior to get to know them better. Beautiful speech and seductive principles are sometimes at odds with a person’s actions.


Avec une existence très différente, Laurent a des points de vue qui s’accordent vraiment bien avec les nôtres. Pour cohabiter, nous connaissions déjà les écueils à éviter. Par exemple, apprendre à dire sincèrement ce que l’on pense, même au risque d’être un peu désagréable. Ne pas aller trop vite. Garder une porte de sortie.
With a very different existence, Laurent has some points of view that mesh really well with ours. To live together, we already knew the pitfalls to avoid. For example, learning to say what you think sincerely, even at the risk of being a little obnoxious. Don’t go too fast. Keep a way out.

Le premier long séjour de Lolo, ce doit être quand nous étions en Italie, en septembre 2019, quand on ne parlait pas encore de pandémie et qu’on pouvait aller sans trop d’embarras où on le voulait. Le premier confinement a bien compliqué les choses, mais depuis le mois de juillet dernier, Lolo a fait son trou ici.
Lolo’s first long stay must have been when we were in Italy, in September 2019, when there was no talk of a pandemic yet and we could go where we wanted without too much embarrassment. The first confinement complicated things, but since last July, Lolo has made his way here.

Il nous avait prévenus : en hiver, il est tout le temps malade. Oh, il a bien eu deux ou trois coups de pompe pendant l’hiver, mais rien de bien méchant, il s’est soigné en partant marcher quelques kilomètres. Il a affronté sans problème grave la grisaille hivernale.
He warned us: in winter, he is sick all the time. Oh, he felt knackered a couple of times during the winter, but nothing too bad, he healed himself by going for a walk for a few miles. He faced the winter gray without serious problem.

On a vite pris nos petites habitudes : quand c’est de l’électricité, on lui demande. Quand c’est un peu trop lourd pour nous, on lui demande. Quand j’avais le bras en écharpe, il s’est occupé de tailler la haie, travail que j’avais prévu de faire avec Paul. Il y a le jour de lessive et celui où il va à la médiathèque. En vélo, par tous les temps. Pour nous, c’est plutôt la météo qui détermine les travaux au jardin, on s’adapte petit à petit à d’autres façons de faire.    
We quickly picked up our little habits: when it comes to electricity, we ask him. When it’s a little too heavy for us, we ask him. When my arm was in a sling, he took care of trimming the hedge, a job I had planned to do with Paul. There’s laundry day and the day he goes to the media library. By bike, whatever the weather. For us, it is rather the weather that determines the work in the garden, we are gradually adapting to other ways of doing things.

Plus compliqué : il est allé jusqu’à Bourgoin en vélo, par une route où le trafic est dense, moi je ne vois pas l’intérêt d’un trajet pénible, sans attrait, un peu dangereux. Pour lui le vélo est utile, pour Paul le vélo est un loisir et rien de plus. Pour moi, les deux sont valables.
More complicated: he went to Bourgoin by bike, on a road where traffic is dense, I don’t see the point of a strenuous, unattractive, a little dangerous journey. For him cycling is useful, for Paul cycling is a hobby and nothing more. For me, both are valid.

Nous faisons quelques balades quand Nanath est là le week-end. Ou encore nous nous retrouvons au jardin où elle désherbe inlassablement les massifs de fleurs. Nous avons un rituel, regarder Karambolage le dimanche soir, juste nous quatre, et si Séb ou Jérôme sont là, eux aussi suivent l’émission – malédiction ! Pas de Karambolage dimanche prochain ! Nous nous invitons pour prendre un repas, chez nous, chez Lolo. Quand Paul cuisine, il partage parfois sa préparation.
We do a few walks when Nanath is there on weekends. Or we meet in the garden where she tirelessly weeds the flower beds. We have a ritual, watching Karambolage on Sunday night, just the four of us, and if Séb or Jerome are there, they too are watching the show – curse! No Karambolage next Sunday! We invite each other to have a meal, at our place, at Lolo’s. When Paul cooks, he sometimes shares his preparation.

Tout cela semble tellement simple ! Pourtant Laurent est revenu un peu déçu d’une visite qu’il a faite : un groupe a racheté un immense château et du terrain, pour réaliser un projet d’habitat partagé. Ces personnes sont rompues à la Communication Non Violente. D’après ce qu’il nous a raconté, j’ai l’impression que ce projet n’a pas d’âme.
It all sounds so simple! Yet Laurent came back a little disappointed from a visit he made: a group bought a huge castle and land, to carry out a shared housing project. These people are well versed in Non-Violent Communication. From what he told us, I don’t think this project has a soul.

De son côté, Nanath est en communication avec son groupe pour la construction de son futur logement en habitat partagé : elle nous en parle avec enthousiasme et il nous semble que ce projet-là a plus de chance de bien se dérouler que celui de ce fameux château.
For her part, Nanath is in communication with her group for the construction of her future housing in shared housing: she talks about it with enthusiasm and it seems to us that this project has a better chance of going well than that of this famous castle.

Il n’y a pas que Laurent : quand il fait beau, on croise Jean-Pierre qui est allé chercher une salade au jardin, ou Cosette, pour la même raison. Lolo va dans l’atelier couper un bout de bois, même Jean-Paul passe parfois, et on se retrouve parfois à cinq, six ou plus, tout excités d’être là, tout contents de se rencontrer.
It’s not just Laurent: when the weather is nice, we meet Jean-Pierre who has gone to get a salad in the garden, or Cosette, for the same reason. Lolo goes to the workshop to cut a piece of wood, even Jean-Paul sometimes comes by, and sometimes we end up with five, six or more, all excited to be there, all happy to meet.

Depuis quelques jours, Lolo est lancé dans de grands préparatifs : marcher sur le chemin de Stevenson. Il améliore le chariot de randonnée qu’il a bricolé, avec une seule roue pour passer même sur les mauvais chemins. Mais il faut pouvoir le plier pour monter dans le train. Avec cet engin, pas de sac à dos trop lourd…
For a few days now, Lolo has been making great preparations: walking on Stevenson’s path. He improves on the backpacking cart he tinkered with, with just one wheel to get through even on bad roads. But you have to be able to fold it to get on the train. With this machine, no backpack too heavy …



Il a l’habitude de dormir sur un matelas de randonnée, mais pourquoi ne pas essayer le hamac ?

He’s used to sleeping on a hiking mattress, but why not give the hammock a try?



Il monte, démonte, vérifie, améliore, essaie à nouveau. Il part une paire d’heure afin de voir comment se comporte le chariot.
He assembles, disassembles, checks, improves, tries again. He leaves for a couple of hours to see how the cart behaves.

Pendant une bonne partie du mois de juin, Lolo sera en expédition et nous lui souhaitons que tout se passe au mieux. Nanath viendra le week-end.
For a good part of June, Lolo will be on an expedition and we wish him all the best. Nanath will be coming over the weekend.

Mais avant cela, nous, nous nous dépêchons de partir, pas longtemps, pas loin, et je vous raconterai ça… Bientôt…
But before that, we, we hurry to leave, not long, not far, and I will tell you that … Soon …

Salut à tous


Salut docteur !

Quel point commun y a-t-il entre un missile balistique, un kayak confectionné par un Inuit, tout fait main, et une tarte Tatin ? Ne cherchez pas midi à quatorze heures, la réponse est toute simple : ils sont le produit du génie humain*, ces réalisations sont arrivées à un certain niveau de perfection technique après divers essais et parfois des erreurs. C’est pareil pour les médicaments en général et les vaccins en particulier.
*génie mal placé me direz-vous, en ce qui concerne les armes !
Hi doctor!
What do a ballistic missile have in common with a kayak made by an Inuit, all handmade, and a tarte Tatin? Don’t make a mountain out of a mole hill, the answer is quite simple: they are the product of human genius *, these achievements have reached a certain level of technical perfection after various trials and sometimes errors. The same is true for drugs in general and vaccines in particular.
* misplaced genius you say to me, as far as weapons are concerned!

Un vaccin, ce n’est pas naturel et c’est une agression, comme beaucoup d’autres médicaments. J’ose espérer que depuis que l’on a inventé la vaccination, la recherche a réellement progressé. Pour tout dire je suis persuadée que ces progrès sont réels — surtout quand je pense à notre amie Lucienne gravement handicapée suite au BCG, il y a des décennies. Mais je déplore le principe qui autorise les labos à garder pour eux les informations inquiétantes. Je voudrais qu’on soit informé, comme quand on va subir certains soins médicaux pour lesquels on nous prévient du risque d’échec de l’intervention et des accidents qui peuvent se produire. Je voudrais qu’on soit traités en adultes responsables.
A vaccine is unnatural and is an assault, like many other drugs. I hope that since the invention of vaccination, research has really advanced. To be honest, I am convinced that this progress is real – especially when I think of our friend Lucienne who was severely disabled from BCG decades ago. But I deplore the principle that authorizes labs to keep disturbing information to themselves. I would like us to be informed, like when we are going to undergo certain medical treatments for which we are warned of the risk of failure of the intervention and of the accidents that may occur. I would like us to be treated as responsible adults.

Je voudrais qu’il y ait un vrai débat et que les lanceurs d’alerte ne soient pas inquiétés. Il faut les écouter au lieu de les persécuter !
I wish there was a real debate and that whistleblowers weren’t worried. We must listen to them instead of persecuting them!

En son temps le scandale du médiator ou la liste des 77 médicaments à surveiller ont largement dénoncé les dangers que ce même génie humain peut faire courir à tous. Si je dénonce inlassablement l’excès de richesse en général et les bénéfices éhontés des labos et des actionnaires en particulier, c’est parce que en plus de générer de la pauvreté, leur avidité les pousse à nous faire absorber des poisons.
In its time, the mediator scandal or the list of 77 drugs to watch out for widely denounced the dangers that this same human genius can pose to everyone. If I tirelessly denounce the excess of wealth in general and the shameless profits of labs and shareholders in particular, it is because in addition to generating poverty, their greed pushes them to make us absorb poisons.

Ainsi en France on ne trouve que des vaccins « DTP », « diphtérie tétanos polio », quand on n’a besoin d’être protégé que contre le tétanos. Si j’attrape le tétanos, c’est parce que j’aurai hésité trop longtemps à me faire faire cette triple inoculation !
Thus in France we only find « DTP », « diphtheria tetanus polio » vaccines, when you only need to be protected against tetanus. If I get tetanus, it’s because I hesitated too long to have this triple inoculation done!

Si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que je crains fort d’avoir à me faire administrer un jour la petite dose miracle d’un vaccin conçu dans la hâte. J’ai peur de ce que cela peut me faire, de même que j’ai peur quand je suis contrainte de prendre des antibiotiques. Une fois vaccinée, si au pire j’attrape quand même le Covid-19, ce ne sera pas grave d’après ce qui se dit, je ne craindrai pas d’encombrer les hôpitaux saturés. Je ne suis plus en âge de procréer, pas de souci sur une atteinte éventuelle de mon capital génétique.
The reason I’m talking about it today is because I fear that one day I will be given the miracle small dose of a hastily designed vaccine. I’m afraid of what this can do to me, just as I’m afraid when I am forced to take antibiotics. Once vaccinated, if at worst I still catch the Covid-19, it won’t be a big deal from what is said, I will not be afraid of crowding the saturated hospitals. I am no longer of childbearing age, no worries about possible damage to my genetic capital.

C’était mon chapitre sur mes préoccupations du moment. Le génie humain fait parfois de nous des apprentis sorciers et il est difficile de s’y retrouver.
It was my chapter on the concerns of the day. Human genius sometimes makes us sorcerer’s apprentices and it is difficult to navigate them.

Salut Jérôme !
En temps normal, Jérôme quitte Paris de temps en temps, mais il n’a pas pu prendre ses vacances au bon moment et d’une chose à l’autre il est resté fort longtemps coincé dans la capitale. Nous avons été d’autant plus heureux de l’accueillir pour un séjour un peu court. Malgré une météo défavorable, nous avons pu nous oxygéner ici ou là.
Hi Jerome!
Normally, Jerome leaves Paris from time to time, but he was unable to take his vacation at the right time and one thing after another he was stuck in the capital for a long time. We were all the more happy to welcome him for a short stay. Despite unfavorable weather, we were able to get some oxygen here and there.

Salut Annabelle et Arnaud !
Nous avons pris encore une fois le Chemin des Bigues. Oui, tout près de chez vous, Annabelle et Arnaud. Sachant que vous étiez au boulot, nous n’avons pas essayé de gravir votre montagne.
La plupart des photos de cette page ont été prises tout au long de cette petite excursion.
Paul et Jérôme me regardent d’un œil soupçonneux quand je me précipite sur cette belle fleur et que j’en mange un bouton. Mmm, c’est fameux ! Au bout d’un bon moment, son nom me revient : c’est un salsifis sauvage.
Hi Annabelle and Arnaud!
We took the Chemin des Bigues once again. Yes, very close to you, Annabelle and Arnaud. Knowing that you were at work, we didn’t try to climb your mountain.
Most of the photos on this page were taken throughout this short excursion.
Paul and Jerome look at me suspiciously when I run over to this beautiful flower and eat a bud. Mmm, that’s famous! After a while, its name comes back to me: it’s a wild salsify.

Plus tard je cherche cette plante pour confirmer mon identification. C’est comme ça que je découvre le blog « Sauvagement bon » dont le nom déjà me plaît bien.
Ce blogueur est un connaisseur ! Il a écrit sur des centaines de plantes, il les cuisine et propose ses recettes. Je jette un coup d’œil sur une liste interminable, et…
Later I look for this plant to confirm my identification. This is how I discover the blog « Sauvagement bon », the name of which already appeals to me.
This blogger is a connoisseur! He has written about hundreds of plants, he cooks them and offers his recipes. I glance at an endless list, and …

Salut Liliane !
Je revois Liliane quand nous avons mangé chez François et Florence : la conversation est venue sur les plantes sauvages, les asperges, c’était déjà bien tard en saison pour en consommer. Et Liliane s’est mise à parler des respounchous.
Elle répétait ce nom rigolo et elle m’a montré la photo en forme de cœur de la feuille qui m’a permis d’affirmer que son respounchous n’a rien à voir avec l’asperge sauvage.
Le respounchous apparaît dans le blog « Sauvagement bon ». L’auteur en donne un nom, « reponchons » en précisant « prononcer “respountchous” » et il indique aussi un autre nom « tamier (discorea communis syn. tamus communis) ». Je le remercie au passage pour son travail considérable et je le cite encore :
« IMPORTANT : Seules les jeunes pousses du tamier sont comestibles. Le reste de la plante, en particulier ses baies et sa racine sont toxiques. A noter qu’en application externe, la pulpe de racine de tamier est dotée de propriétés anti-tuméfiantes (d’où son nom populaire, mais pas poétique du tout, d’« herbe aux femmes battues »), mais elle peut être aussi irritante à cause des cristaux d’oxalates qu’elle contient. »
« On se contente donc de ne cueillir que les plus jeunes pousses (les 20 derniers centimètres, avant floraison). Blanchies 5 minutes dans de l’eau salée vinaigrée, elle perdront leur amertume tout en gardant une texture croquante… »
« Appelées “respounchous” (orthographes très variables) dans le Sud-Ouest (principalement Aveyron, Lot, Lot-et-Garonne et Tarn), ces jeunes pousses y sont très recherchées pour y être dégustées. »
Hi Liliane!
I see Liliane again when we ate at François and Florence’s: the conversation came about wild plants, asparagus, it was already very late in the season to eat them. And Liliane started talking about the respounchous.
She was repeating the funny name and she showed me the heart-shaped photo of the leaf which allowed me to say that her respounchous has nothing to do with wild asparagus.
The respounchous appears in the blog « Sauvagement bon ». The author gives it a name, « reponchons », specifying « pronounce “respountchous” » and he also indicates another name « discorea communis synonymous Tamus communis ». I thank him in passing for his considerable work and I quote him again:
« IMPORTANT: Only the young shoots of the discorea communis are edible. The rest of the plant, especially its berries and root, are poisonous. It should be noted that when applied externally, the pulp of discorea communis root has anti-swelling properties (hence its popular name, but not at all poetic, « weed for battered women »), but it can also be irritant because of the oxalate crystals it contains. »
« We are therefore content to pick only the youngest shoots (the last 20 centimeters, before flowering). Blanched for 5 minutes in salted water with vinegar, they will lose their bitterness while keeping a crunchy texture… »
« Called “respounchous” (very variable spellings) in the South-West (mainly Aveyron, Lot, Lot-et-Garonne and Tarn), these young shoots are highly sought after there to be tasted. »


Respountchous

Et moi qui me vantais d’avoir consommé les aphyllantes de Montpellier dans ma jeunesse ! En me baladant dans ce blog inépuisable, j’y trouve la jolie petite fleur bleue : « Aphyllantes de Montpellier (aphyllantes monspeliensis). Ces fleurs comestibles ont un petit goût sucré pas désagréable du tout. Malgré leur nom d’œillets bleus de Montpellier, elles n’ont rien à voir avec les véritables œillets. »
And I, who boasted of having consumed Montpellier aphyllantes in my youth! While browsing this inexhaustible blog, I find the pretty little blue flower: « Aphyllantes de Montpellier (aphyllantes monspeliensis). These edible flowers have a little sweet taste that is not unpleasant at all. Despite their name of Montpellier blue carnations, they have nothing to do with real carnations. »

Revenons au chemin des Bigues. La pluie en mai a été d’une abondance exceptionnelle. Ici et là les champs sont transformés en vastes étangs. Ailleurs, un astucieux drainage va sans doute sauver le maïs, si le fossé ne déborde pas !
Let’s go back to the Chemin des Bigues. The rain in May was exceptionally abundant. Here and there the fields are transformed into vast ponds. Elsewhere, a clever drainage will undoubtedly save the corn, if the ditch does not overflow!

La carrière des Brosses a déjà mangé l’ancien tracé du chemin, elle continue a s’agrandir. Une machine sépare le sable du gravier qu’elle répartit en trois tas.
The Brosses quarry has already eaten up the old route, it continues to grow. A machine separates the sand from the gravel and divides it into three piles.

Décembre 2019

Le séjour de Jérôme est comme d’habitude trop court. Il a quand même trouvé le temps de faire un chemin avec les dalles que Dom nous a données. Il n’y a pas si longtemps, c’est déjà Jérôme qui avait commencé cette allée…
Jerome’s stay is, as usual, too short. He still found the time to make a path with the tiles Dom gave us. Not so long ago, it was already Jérôme who started this alley …


Salut Steffi !
Encore une surprise ! Stupéfaite, Steffi découvre mes « balades ardéchoises », ma publication de la semaine dernière : avec Jordi et Maeva, elle a visité l’iriseraie de Bernard Laporte.
« On y était juste quelques jours après toi » me dit-elle. Ce site est très connu localement, mais faire deux cents kilomètres pour venir précisément là, je reconnais que c’est une jolie coïncidence…
Ils ont aimé la région, son aridité ne les a pas rebutés.
Hi Steffi!
Another surprise! Stunned, Steffi discovers my « balades ardéchoises », my publication from last week: with Jordi and Maeva, she visited the iriseraie of Bernard Laporte.
« We were there just a few days after you, » she told me. This site is very well known locally, but to travel two hundred kilometers to come precisely there, I admit that it is a nice coincidence …
They liked the region, its aridity did not put them off.

Salut Yves ! Hi Yves!
Pendant que je photographie les arcs en ciel depuis la fenêtre ou sur la tiny de Lolo,
While I photograph the rainbows from the window or on Lolo’s tiny,

pendant que j’en trouve un tellement lumineux que même le sol en est teinté,
while I find one so bright that even the ground is tinted,

— Regardez bien —
— Look carefully —

pendant que j’en accroche un chiffonné par un bout de nuage,
while I hang a crumpled one by a piece of cloud,

Yves de son côté en capture un à Morestel. Merci Yves pour cette splendide photo !
Yves for his part captures one in Morestel. Thank you Yves for this splendid photo!

Balades ardéchoises

Monsieur Laporte cultivait trois mille six cents variétés d’iris. Il y en a moins maintenant me dit-il. L’idéal serait de revenir dans une dizaine de jours, quand les fleurs tardives seront ouvertes, à la fin des floraisons précoces… Et au meilleur moment pour les autres, ni précoces ni tardives, mais comment faut-il les appeler ?
Mr. Laporte cultivated 3,600 varieties of irises. There are less now, he tells me. The ideal would be to come back in about ten days, when the late flowers have opened, at the end of the early blooms … And at the best time for the others, neither early nor late, but what should we call them?

Pour visiter ce site extraordinaire, je suis passée par Larnas avec mon père. Larnas, c’est là où se situent mes souvenirs les plus anciens. Maman a été l’institutrice du village pendant quelques années, nous habitions le logement en dessus de l’école. Par la fenêtre je voyais la Dent de Retz.
I went through Larnas with my father to visit this extraordinary site. Larnas is where my earliest memories are. Mom was the village schoolteacher for a few years, we lived in the apartment above the school. Through the window I could see the Dent de Retz.

Derrière l’école partait un chemin qui selon moi ne menait nulle part. C’était notre terrain de jeu. Avec ma sœur nous l’avons parcouru année après année et nous en connaissions chaque tournant, chaque montée ou chaque replat. Peut-être même chaque pierre sur les murets. Nous aurions sans doute pu le suivre en aveugle. Y passait-il une voiture par an ? Ce n’est même pas certain. Chaque jour d’école des élèves venaient à pied par là, j’imaginais qu’ils habitaient un cul-de-sac. Pourtant ce chemin continuait jusqu’à Saint-Thomé, on pouvait rejoindre Viviers, Alba-la-Romaine… la civilisation.
Behind the school was a path that in my opinion led nowhere. It was our playground. With my sister we hiked it year after year and we knew every turn, every climb or every flat. Maybe even every stone on the low walls. We could undoubtedly have been able to follow it blind. Was there one car a year? It’s not even certain. Every school day some students came on foot there, I imagined they lived in a cul-de-sac. However, this path continued until Saint-Thomé, you could reach Viviers, Alba-la-Romaine … civilization.

Quand j’arrive à Larnas, je peux me guider les yeux fermés alors que tout a changé. Je sais qu’il faut prendre le chemin « de derrière » mais je suis vite en terra incognita. Après un ou deux kilomètres ? Nos expéditions d’autrefois restaient très raisonnables. Je ne savais pas situer Gerbeaux, Fonfreyde ou Ellieux, mais ces noms résonnent en moi. Ils apparaissent sur les panneaux. Mieux, le mot « iris » m’indique la bonne direction. Nous traversons Valgayette et passons le petit pont sur la Nègue.
When I get to Larnas, I can guide myself with my eyes closed but everything has changed. I know I have to take the « behind » path, but I quickly find myself in terra incognita. After a kilometer or two? Our previous shipments were still very reasonable. I did not know where to place Gerbeaux, Fonfreyde or Ellieux, but these names resonate in me. They appear on the road signs. Better still, the word « iris » points me in the right direction. We cross Valgayette and cross the small bridge over the Nègue.

Bernard Laporte est installé à côté de sa voiture. Dans une vie antérieure, il a été facteur : c’est dire s’il connaît tout le monde, mes parents bien sûr parmi tant d’autres. Nous échangeons quelques mots, je lui demande l’autorisation de ranger ses beaux iris dans mon Canon.
Bernard Laporte is seated next to his car. In a previous life, he was a postman: that is, if he knows everyone, my parents of course among many others. We exchange a few words, I ask him permission to store his beautiful irises in my Canon.

J’avais l’intention de renouveler les photos de ce blog, les fleurs, j’en ai une indigestion, vous aussi peut-être. Or par la force des choses nous allons faire une surconsommation d’iris.
I was intending to renew the photos on this blog, the flowers, I have indigestion, maybe you too. But by force of circumstances we will overconsume iris.

Papa et moi ne sommes pas les seuls à admirer les fleurs de monsieur Laporte : pendant que je multiplie les prises de vue, quelques voitures ou des cyclistes passent, je crois que pas un seul ne s’est pas arrêté !
Dad and I are not the only ones admiring Mr. Laporte’s flowers: while I am taking more shots, a few cars or cyclists pass by, I don’t think a single one has not stopped!

Surprise : en cherchant à en savoir plus sur internet, je trouve l’iris « larnas » vendu par une iriseraie en Alsace…
Surprise: while trying to find out more on the internet, I find the iris « larnas » sold by an iris grove in Alsace …

 

Après cette plaisante visite, continuant mes retours vers mon enfance, je propose à papa d’aller voir la chapelle de Notre-Dame de Chalon dans le bois du Laoul. Arrêt photo entre dent de Retz et Mont Ventoux, le cauchemar des cyclistes.
After this pleasant visit, continuing my return to my childhood, I suggest that dad and I go and see the chapel of Notre-Dame de Chalon in the wood of Laoul. Photo stop between Dent de Retz and Mont Ventoux, the cyclists’ nightmare.

Si vous suivez l’autoroute A7, vous voyez facilement le Mont Ventoux à l’est et sans doute pendant des kilomètres ; ce sommet qui a enregistré sur les anémomètres des vitesses folles (320km/h le 19 novembre 1967) et où il fait froid (on atteint très souvent des températures plus basses que -25°C) est visible de très loin. Quant à la Dent de Retz, il est facile de la reconnaître, à l’ouest entre Montélimar et Orange. Enfant, le Mont Ventoux ne m’intéressait pas du tout, je ne connaissais peut-être même pas son nom. Au contraire, la Dent de Retz était mon repère.
If you follow the A7 motorway, you can easily see Mont Ventoux to the east and probably for miles; this summit which recorded crazy speeds on the anemometers (320 km / h on November 19, 1967) and where it is cold (temperatures very often lower than -25 ° C are reached) is visible from a great distance. As for the Dent de Retz, it is easy to recognize it, to the west between Montélimar and Orange. When I was a child, Mont Ventoux did not interest me at all, I might not even know its name. On the contrary, the Dent de Retz was my landmark.

Bientôt nous perdons de vue ces deux sommets.
Nous passons dans les bois de chênes verts.
La chapelle ne m’inspire pas, mais le site est très agréable.
Des abeilles s’y sont installées.
Soon we lose sight of these two peaks.
We pass through the woods of holm oaks.
The chapel does not inspire me, but the site is very pleasant.
Bees have settled there.

Encore un lieu que papa a exploré en détail quand il y voyait bien. Il cherche les restes de murailles romaines, mais selon lui les pierres posées en biais indiquent les sarrasins, je n’irai pas le détromper ! Ces constructions auraient servi de protection contre les loups et les renards et auraient comme caractéristique un sommet de pierres rangées en biais et à des hauteurs irrégulières : c’est parfait pour barrer le passage à des animaux.
Another place that dad explored in detail when he could see it well. He is looking for the remains of Roman walls, but according to him the stones laid at an angle indicate Saracens, I will not go undeceive him! These constructions would have served as protection against wolves and foxes and have as characteristic a top of stones arranged at an angle and at irregular heights: this is perfect for blocking the passage of animals.


Ici comme chez nous, on trouve du buis reparti après les désastreuses invasions de pyrales. Il y a pas mal de plantes que j’aimerais identifier, les chênes verts ont des fleurs ou des bourgeons. Nous cherchons en vain une pivoine, peut-être « Paeonia peregrina », peut-être « Paeonia officinalis », deux variétés sauvages.
Here as at home, we find boxwood growing again after the disastrous invasions of moths. There are quite a few plants that I would like to identify, holm oaks have flowers or buds. We are looking in vain for a peony, maybe « Paeonia peregrina », maybe « Paeonia officinalis », two wild varieties.

 

Avec ma sœur, quand nous habitions Larnas, nous avons souvent cueilli de gros bouquets d’aphyllanthes de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis). Que nous mangions avec délice. Évitez de le faire, ce n’est pas une plante réputée comestible.
With my sister, when we lived in Larnas, we often picked large clumps of Montpellier aphyllanthes (Aphyllanthes monspeliensis). That we ate with delight. Avoid doing this, it is not a known edible plant.

Aphyllanthes monspeliensis

Je continue à marcher sur les pas de la petite fille que j’étais : j’ai un souvenir assez intense du Castellas de Baravon, je souhaite y retourner. Nous avions joué à saute-mouton dans la petite prairie autour de la vieille ferme. Mais j’avais surtout été impressionnée par le bâtiment : tu rentres au rez-de-chaussée où toutes les cloisons intérieures se sont effondrées, sans doute aussi le plafond, tu arrives dans une pièce immense, poussiéreuse, magique, fantastique, comme un décor de théâtre. En réalité il y avait huit pièces avant que l’édifice abandonné tombe en ruine : c’est dire la dimension de la salle que j’avais observée !
I continue to follow in the footsteps of the little girl I was: I have a rather intense memory of Castellas de Baravon, I want to go back there. We had played leapfrog in the little meadow around the old farm. But I was especially impressed by the building: you come back to the ground floor where all the interior partitions have collapsed, probably also the ceiling, you arrive in a huge room, dusty, magical, fantastic, like a decor theatre. In reality there were eight rooms before the abandoned building fell into disrepair: that’s the size of the room I had observed!

Désillusion : je croyais connaître le Castellas de Baravon, en réalité nous nous trouvons à la ferme de Baravon. « Castellas », ça sonne bien, mais ce seraient des vestiges datant du sixième siècle : pour les voir il faudrait marcher encore plus loin alors que mon père accuse la fatigue. Et que nous devons remonter jusqu’au point de départ. Autre désillusion : le site est investi par les chasseurs. Nous sommes passés devant une réserve d’eau destinée aux pompiers, les chasseurs ont placé un tuyau qui leur permet d’avoir de l’eau en contrebas… De nombreuses cases pour les chiens sont installées, prêtes à « l’emploi ».
Disillusionment: I thought I knew the Castellas de Baravon, in reality we are at Baravon’s farm. « Castellas » sounds good, but they would be vestiges dating from the sixth century: to see them you would have to walk even further while my father is tired. And that we have to go back to the starting point. Another disappointment: the site is taken over by hunters. We passed a water reserve for the firefighters, the hunters placed a hose that allows them to have water below … Numerous huts for the dogs are installed, ready for « employment ».


Me voilà donc bien déçue par la ferme de Baravon, et je ne souhaite pas marcher jusqu’au Castellas. Pour moi, c’est une très belle balade, seule l’arrivée est décevante. Nous ne tardons pas à remonter tout doucement.
So here I am very disappointed with Baravon’s farm, and I don’t want to walk to Castellas. For me, it’s a very nice ride, only the finish is disappointing. We do not take long to slowly climb back up.

La voiture est garée dans un champ de fossiles, de grosses ammonites : je devais être bien préoccupée à l’aller, je n’ai rien remarqué. Je n’ai jamais rien vu de tel ! Le plus souvent elles mesurent entre vingt et trente centimètres de diamètre. On voit aussi des bivalves…
The car is parked in a field of fossils, large ammonites: I must have been very preoccupied on the way there, I didn’t notice a thing. I’ve never seen anything like it! Most often they measure between twenty and thirty centimeters in diameter. We also see bivalves …

Émerveillée, je prends des photos pendant que papa s’installe dans la voiture.
Amazed, I take pictures while dad gets into the car.

 

Le lendemain, alors que le sud de l’Ardèche manque d’eau depuis des années, nous passons une journée à l’intérieur à cause de la pluie, en renonçant à la balade prévue ce jour-là. Le mardi, je rentre chez moi.
The next day, when the south of the Ardèche has lacked water for years, we spend a day indoors because of the rain, skipping the walk planned that day. Tuesday, I go home.

Mon séjour en Ardèche est bref. Il m’a fait quitter la routine habituelle et m’a permis de rencontrer mon père et mes sœurs. Je savais aussi que je ne publierais pas de nouvelle chronique mardi 11, jour de mon retour.
My stay in Ardèche was brief. It took me out of my usual routine and allowed me to meet my father and sisters. I also knew that I would not publish a new column on Tuesday 11, the day I returned.

Paul pendant mon absence continue les travaux quotidiens. Heureusement que Nanath est là, elle l’accompagne au marché. Il a pu aller pique-niquer à la cabane avec Séb et Gaëlle.
Paul during my absence continues the daily work. Fortunately Nanath is there, she accompanies him to the market. He was able to have a picnic at the cabin with Séb and Gaëlle.

Je reviens et retrouve mes habitudes.
I come back and find my habits.