Innimond


30 août — August 30
Paul a eu un jour besoin d’une photo d’Innimond pour illustrer son blog : Innimond, c’est le nom que nous donnons à tort au massif visible depuis la fenêtre. D’ici nous ne voyons pas le Rhône, qui le longe et marque la limite des départements de l’Isère et de l’Ain. Sur le plan géologique, cette élévation est la limite du massif du Jura et la région, c’est le Bugey.

Paul once needed a photo of Innimond to illustrate his blog: Innimond is the name we mistakenly give to the mountain range visible from the window. From here we do not see the Rhône, which runs alongside it and marks the limit of the departments of Isère and Ain. Geologically, this elevation is the limit of the Jura massif and the region is Bugey.1er septembre — September 1

Nous ne voyons pas non plus Innimond, village posé sur un plateau et que le relief nous cache. Appeler cette vue « Innimond », c’est une convention entre nous. Cette grande colline, ou cette petite montagne, n’a rien d’extraordinaire, mais nous avons mille raisons d’y porter notre regard. Il y neige plus souvent que chez nous, parfois il y pleut quand nous tirons la langue sous la sécheresse.
We do not see Innimond either, a village set on a plateau and hidden from us by the relief. Calling this view « Innimond » is a convention between us. This great hill, or this little mountain, is nothing out of the ordinary, but we have a thousand reasons to look at it. It snows more often than at home, sometimes it rains when we stick our tongue out in the drought.
12 septembre — September 12

J’ai eu du mal à trouver un cliché pour Paul, pourtant, je me poste souvent à cette fenêtre. C’est de là que je surprends les voleurs de tondeuse (d’accord, ça ne s’est produit qu’une fois), c’est de là que je guette les chats qui ont fort à faire entre les murs à escalader, le toit de tuiles pour se prélasser au soleil quand il y en a (du soleil, les tuiles il y en a tout le temps), et plus loin en arrière la surveillance de la mare et de son peuple aquatique. L’autre jour, un moineau picorait gaiement les baies de l’ampelopsis, surveillé à moins de cinquante centimètres par un miron tout émoustillé, mais le piaf, pfff, a pris son envol. Quel dommage, je n’avais pas mon Canon sous la main…
It has been difficult coming up with a snapshot for Paul, yet I often post at this window. This is where I see lawnmower thieves (okay, it only happened once), this is where I watch for cats who have a hard time, climbing walls, basking in the sun on the tiled roof when there is some (sun, the tiles there all the time), and further back keeping an eye on the pond and its aquatic people. The other day, a sparrow was cheerfully pecking at the berries of the ampelopsis, watched less than two feet away by a very excited cat, but the bird, pfff, took flight. What a pity, I didn’t have my Canon handy …
26 septembre — September 26

Depuis le jour où Paul a cherché une photo, j’ai regardé « Innimond » d’un autre œil. Ou plutôt, au travers  de l’œil mécanique de mon Canon. En même temps que je l’observais, me revenaient certains mots de Tony Hillerman dont je crois avoir lu tous les livres : Hillerman a écrit de nombreux polars dont les héros font partie de la police tribale navajo, et ont affaire aussi bien aux Blancs qu’aux Navajos ou aux Hopis. Il avait une très grande connaissance de ces peuples.
From the day Paul looked for a picture, I have looked at « Innimond » differently. Or rather, through the mechanical eye of my Canon. At the same time as I observed it, certain words came back to me from Tony Hillerman whose books I think I have all read: Hillerman has written many thrillers whose heroes are part of the Navajo tribal police, and deal with both whites and ‘to the Navajos or the Hopis. He had a great knowledge of these people.
3 octobre — October 3

Hillerman ne pouvait écrire un roman sans avoir visité les lieux où se déroulait l’action. Il lui fallait donc les visiter, les explorer à fond, s’en imprégner, ce qui lui permettait de rédiger de magnifiques descriptions. Il te proposait en quelque sorte de regarder un lieu par tous les temps, toutes les saisons, toutes les heures du jour ou de la nuit. Lui-même avait examiné si intensément une immense collection de lieux qu’il pouvait sans quitter son siège évoquer l’infinie diversité de chacun d’entre eux.
Hillerman couldn’t write a novel without having visited the scene of the action. So he had to visit them, explore them thoroughly, soak up them, which allowed him to write magnificent descriptions. He kind of suggested that you look at a place in all weather, all seasons, all hours of the day or night. He himself had examined a huge collection of places so intensely that he could evoke the infinite diversity of each one without leaving his seat.

Merci Tony, grâce à tes paroles m’est venue l’idée de proposer à mes lecteurs un lieu unique à regarder sous toutes les coutures : depuis le mois de janvier, j’ai accumulé pas loin de cinq cents prises de vue de ce massif.
Thank you Tony, thanks to your words, I got the idea of offering my readers a unique place to look at from every angle: since January, I have accumulated close to five hundred shots of this massif .

PRÉSENTATION DES LIEUX
Depuis la fenêtre, je vois, de gauche à droite,
- la zone qui sert de parking et les deux sapins plantés si serrés qu’on n’en voit qu’un…
PRESENTATION OF PLACES
From the window I see, from left to right,
- the area that serves as a parking lot and the two fir trees (fir ? Abies) planted so tightly that we only see one …… puis le toit du hangar (l’abri des tondeuses) et un bout de la maison de Lolo…
… then the roof of the shed (the shelter of the mowers) and a small part of Lolo’s house …
…et enfin au premier plan un champ de choux, ensuite une prairie avec des balles rondes que vous aurez l’occasion de revoir, puis une moche zone artisanale et commerciale et enfin au fond, en bleu, ce que nous appelons Innimond. En prime, vue imprenable sur la lune à son lever.
… and finally in the foreground a field of cabbage, then a meadow with round bales that you will have the opportunity to review, then an ugly artisanal and commercial area and finally in the background, in blue, what we call Innimond. As a bonus, breathtaking view of the moon as it rises.

DE PLUS PRÈS
J’ai pris l’habitude de cadrer mes photos dans la trouée de la haie qui sépare les choux et la prairie. Vous voyez des falaises qui s’inclinent vers la droite (l’est). Elles ne s’inclinent pas réellement, elles sont rigoureusement immobiles, elles me servent de repère.
CLOSER
I got used to framing my photos in the gap in the hedge between the cabbages and the meadow. You see cliffs that slope to the right (east). They don’t actually bow, they are rigorously motionless, they serve as a benchmark.

Je finis par connaître suffisamment cet endroit pour le reconnaître lors de nos balades en vélo, ici à Daleignieu – pour ceux qui connaîtraient ! (À droite, les falaises et l’éboulement caractéristiques)…
I end up knowing this place well enough to recognize it during our bike rides, here in Daleignieu – for those who would know! (To the right, the characteristic cliffs and landslide) …

…ou encore là, au bord du Rhône.
… or there, on the banks of the Rhône.

Un soir, en février, sur la route de Passins
One evening, in February, on the road to Passins

Même lieu, un autre jour
Same place, another day

4 février 15 h 43
February 4 3:43 p.m.

15 h 59
3:59 p.m.

Mon regard est attiré par le soleil levant, comme un trou dans ma photo. Il est neuf heures moins le quart le 22 février, le jour se lève tard !
My eyes are drawn to the rising sun, like a hole in my photo. It is a quarter to nine on February 22, the day is breaking late!

Jour de froid, de neige, 15 septembre 2019
Cold, snowy day, September 15, 2019

Jour de brume
Foggy day

 Caché ! — Hidden !

 La même, différente à chaque fois
The same, different every time

 Il nous arrive de savoir où se cache le Rhône, quand un long ruban de brume suit son cours
Sometimes we know where the Rhône hides, when a long ribbon of mist takes its course

À l’envers dans la fenêtre
Upside down in the window

 

De toutes les couleurs…
Of all the colors…

 

Poivre et pas de sel

Il y a eu plus de réactions que d’habitude à ma dernière publication : je remercie tous ceux qui se sont manifestés si gentiment ! Écrire sur mon blog m’a fait souvent l’effet de jeter une bouteille à la mer, maintenant ce n’est plus le cas.
There were more reactions than usual to my last post: I thank everyone who came forward so kindly! Writing on my blog has often had the effect of throwing a bottle into the sea, now it’s not.

J’ai été très fatiguée sans savoir pourquoi, je me suis laissée aller, j’ai attendu tranquillement que ça s’arrange. Puis j’ai repris le vélo, pas beaucoup, pas souvent. Le prochain défi, c’est d’égaler en 2020 le nombre de kilomètres parcourus en 2019, sachant que l’année dernière, c’était plus facile de se déplacer ! Une seule balade suffirait…
I was very tired without knowing why, I let myself go, I quietly waited for it to fix. Then I got back on the bike, not a lot, not often. The next challenge is to match the number of kilometers driven in 2019 in 2020, knowing that last year it was easier to get around! A single ride would suffice …

Il n’y a pas si longtemps, partir en vélo était facile. Paul est souvent venu avec moi. Par le plus grand des hasards, nous avons même rencontré Yves et cheminé avec lui, puis nos routes se sont séparées.
It wasn’t that long ago that cycling was easy. Paul often came with me. By the greatest of luck, we even met Yves and walked with him, then our roads separated.

Mais il y a toujours beaucoup à faire au jardin. En agriculture bio, on ne laisse jamais le sol nu pour favoriser la prolifération des micro-organisme dont on mesure de plus en plus l’importance. Paul protège le sol ou les plantes avec de la paille. Parfois, beaucoup moins souvent, il m’arrive à moi aussi de travailler au jardin : pour protéger les pommes contre les carpocapses, j’ai ramassé tous les fruits au pied de l’arbre, abandonnés car pourris. Il aurait fallu les brûler pour détruire les parasites, je me suis contentée de les éloigner des pommiers pour les composter. Des poules feraient disparaître efficacement les carpocapses, la question est à l’ordre du jour.
But there is always a lot to do in the garden. In organic farming, the soil is never left bare to promote the proliferation of microorganisms, the importance of which is increasingly recognized. Paul protects the soil or plants with straw. Sometimes, much less often, I also work in the garden: to protect the apples against carpocapses, I picked up all the fruit at the foot of the tree, abandoned because it was rotten. It would have been necessary to burn them to destroy the parasites, I contented myself with moving them away from the apple trees to compost them. Hens would effectively kill the carpocapses, the issue is on the agenda.

Je continue à nourrir les poissons. Pour le moment, ils ne se cachent pas au plus profond. Parfois j’enlève les feuilles tombées sur la mare, est-ce qu’elles dégagent des nitrates en se décomposant ? Les poissons ne m’ont jamais rien dit à ce sujet, ils sont taiseux, muets comme des carpes.
I continue to feed the fish. At the moment, they are not hiding deep down. Sometimes I remove the fallen leaves from the pond, do they give off nitrates as they decompose? The fish never told me anything about it, they are silent, silent as carp.

Nous n’avons pas pu partir en septembre pour notre voyage presque rituel : ça nous a laissé plus de temps pour préparer le jardin pour l’hiver. D’une chose à l’autre, Paul a planté des dizaines et des dizaines de salades sous la serre — les regarder me met l’eau à la bouche ! Paul travaille beaucoup plus que moi au jardin. Alors, quand je vais y passer un moment, je l’aide juste assez pour finir ce qu’il a commencé. Mais le plus souvent je trouve de bons prétextes pour faire autre chose.
We weren’t able to leave on September for our almost ritual trip – it gave us more time to prepare the garden for the winter. All in all, Paul has planted dozens and dozens of salads in the greenhouse – watching them makes my mouth water! Paul works a lot more than I do in the garden. So when I go to spend a while there, I help him just enough to finish what he started. But more often than not I find good excuses to do something else.

Malgré le confinement, quelques personnes ont pu venir récolter du poivre du Sichuan, ce bel arbre maintenant bien productif. Nous avons appris trop tard qu’on peut aussi utiliser les baies au printemps quand elles sont vertes : pour les avoir goûtées, je connais leur pouvoir anesthésiant à ce stade. Pendant deux heures on n’a plus que ce goût dans la bouche. Au printemps prochain, nous ferons certainement une première récolte.
Despite the confinement, a few people were able to come and harvest Sichuan pepper, this beautiful tree that’s now very productive. We learned too late that you can also use berries in spring when they are green: having tasted them, I know their numbing power at this stage. For two hours you only have this taste in your mouth. Next spring we will certainly have a first harvest.

Les graines ne sont pas encore formées en mai.
The seeds are not yet formed in May.

Il est nécessaire de préciser une chose : le poivrier du Sichuan (zanthoxylum piperitum) ne fait pas partie de la famille botanique du poivre (piper nigrum). On utilise ses baies, mais pas la graine à l’intérieur qui n’a aucun goût. Le poivrier est une plante grimpante, une liane qui a besoin d’un support, le poivrier du Sichuan est un arbre — couvert d’épines, même sur les feuilles !
It is necessary to clarify one thing: the Sichuan pepper tree (zanthoxylum piperitum) is not part of the botanical family of pepper (piper nigrum). We use its berries, but not the seed inside which has no taste. The pepper tree is a climbing plant, a liana that needs support, the Sichuan pepper tree is a tree – covered with thorns, even on the leaves!

Allez, je pousse la recherche un peu plus loin : la durée de vie de la graine de poivrier est courte, il ne faut pas semer des graines du commerce, ça ne donnerait rien. Il lui faut 18°C minimum et 100% d’humidité, c’est une plante tropicale. Ne soyez donc pas surpris que notre poivrier du Sichuan se plaise dans notre région. Ce n’est pas un piper nigrum
Come on, I take the research a little further: the lifespan of the pepper seed is short, you should not sow commercial seeds, it would not work. It needs at least 18 ° C and 100% humidity, it is a tropical plant. So don’t be surprised that our Sichuan pepper plant is popular in our region. It’s not a piper nigrum

Notre amie Tinghong était chez nous à l’époque de la première récolte, elle nous a donné des informations directement venues de Chine pour savoir quand récolter. Depuis, nous avons appris qu’il faut laisser sécher les graines rouges, qui brunissent et s’ouvrent. Nanath et Gaëlle ont trouvé là un passe-temps original, séparer la baie de sa jolie graine noire et brillante. Sur les photos, ce sont les mains de Paul, occupées à ce labeur délicat !
Our friend Tinghong was with us at the time of the first harvest, she gave us information directly from China on when to harvest. We have since learned that the red seeds should be allowed to dry, which will turn brown and open. Nanath and Gaëlle have found there an original pastime, to separate the berry from its pretty black and shiny seed. In the photos, it is Paul’s hands, busy with this delicate work!

Quand Manu est venu à son tour récolter des graines de poivre du Sichuan, je n’ai pas pensé à lui demander les nouvelles de son propre poivrier, planté tout récemment. Mais Manu est un bon jardinier, très attentif, et d’autre part le poivrier du Sichuan est très rustique. Notre ami aura certainement bientôt sa propre production.
Nous avons pu bavarder un peu avec lui, nous avons déploré l’arrivée du Rassemblement National sur sa commune, nous n’avions pas eu l’occasion d’en parler depuis le mois de mars.
When Manu also came to harvest Sichuan pepper seeds, I did not think of asking him for news of his own pepper plant, which had been planted very recently. But Manu is a good gardener, very attentive, and on the other hand the Sichuan pepper tree is very hardy. Our friend will certainly have his own production soon.
We were able to chat with him a bit, we deplored the arrival of the « Rassemblement National » (far-right party) in his town, we had not had the opportunity to talk about it since March.



Le froid arrive, avec des températures en dessous des moyennes saisonnières. Première nuit de gel dans la nuit du 20 au 21 novembre (- 1.7°C, ce n’est pas encore la Sibérie). La troisième nuit froide, ça descend à – 3.2°C et un robinet est fendu par le gel.
Cold is coming, with temperatures below seasonal averages. First frost night on the night of November 20 to 21 (- 1.7 ° C, not Siberia yet). The third cold night, it goes down to – 3.2 ° C and a tap is cracked by the frost.

J’ai pris l’habitude de faire des massages à Paul dont l’arthrose devient plus méchante avec la mauvaise saison : nous nous installons devant son ordinateur et regardons des vidéos, cela permet de faire durer le massage !
I got into the habit of giving massages to Paul, whose osteoarthritis gets worse with the bad weather: we sit in front of his computer and watch videos, it keeps the massage going!

Nous regardons des rediffusions d’Arte, notre chaîne de prédilection, vous le savez, j’en parle assez souvent. D’autre part, Paul a trouvé sur youtube une émission de la RTS (radio télévision suisse) et nous nous intéressons à l’émission « PaJu », « Passe-moi tes jumelles », où nous apprécions les beaux portraits de gens qui ont choisi une existence hors des sentiers battus.
We watch reruns of Arte, our channel of choice, you know, I talk about it quite often. On the other hand, Paul found on youtube a program of the RTS (Swiss radio television) and we are interested in the program « PaJu », « Passe-moi tes jumelles — Give me your binoculars », where we appreciate the beautiful portraits of people who have chose an existence off the beaten track.

Nous avons aussi pris un abonnement auprès des « mutins de Pangée », qui se définissent comme une coopérative audiovisuelle et cinématographique de production, d’édition et de distribution (en salles, DVD, VOD).
We have also taken out a subscription with the « mutins de Pangée », which defines itself as an audiovisual and cinematographic cooperative of production, edition and distribution (theaters, DVD, VOD).

Parmi les découvertes assez fantastiques que nous faisons avec ces organismes, il y a Sylvie Ramu, dont j’aime beaucoup les personnages.
« Sylvie Ramu est une sculptrice qui vit dans un grand domaine vinicole à Essertines dans le canton de Genève avec toute sa grande famille. »
Among the rather fantastic discoveries that we make with these organizations, there is Sylvie Ramu, whose characters I really like.
« Sylvie Ramu is a sculptor who lives in a large wine estate in Essertines in the canton of Geneva with all her large family. »

Passer par un écran pour montrer des paysages grandioses a un côté artificiel, mais les images me donnent souvent des envies de voyage. En outre, d’une chose à l’autre, nous avons regardé beaucoup de récits de vie qui n’ont rien à voir avec le monde moderne et agité : des gens, certains sont jeunes, font le choix de s’isoler plus ou moins, et ils créent ou reprennent une exploitation agricole.
Going through a screen to show grandiose landscapes has an artificial side, but the images often make me want to travel. Also, from one thing to another, we have watched a lot of life stories that have nothing to do with the modern and hectic world: people, some are young, make the choice to isolate themselves more or less, and they create or take over a farm.

Je suis persuadée que je partage leur ressenti : un besoin de retour aux sources qui n’est pas une démarche intellectuelle, idéologique. Il s’agit de l’écoute de quelque chose qui vient du plus profond de nous, que la ville et l’agitation font disparaître, mais qu’une belle randonnée peut faire émerger à nouveau dans notre conscience.
I am convinced that I share their feelings: a need to go back to basics that is not an intellectual, ideological process. It is about listening to something that comes from deep within us, something that the city and the hustle and bustle take away from us, but which a beautiful hike can bring to our consciousness again.

Je vis à la campagne et je peux tout arrêter pour observer une araignée, un oiseau, la façon dont le vent entraîne un nuage de feuilles mortes… Je suis proche de ce qu’on appelle « la nature », même si je peux voir passer voitures et camions depuis ma fenêtre. Je suis loin de ceux qui élèvent leurs troupeaux dans la montagne.
I live in the countryside and I can stop everything to observe a spider, a bird, the way the wind carries a cloud of dead leaves… I am close to what is called « nature »,
even though I can see cars and trucks pass from my window. I am far from those who keep their flocks in the mountains.

Sans en faire autant, j’ai passé la tondeuse sous le platane pour aller porter ses feuilles ailleurs, et dans les bambous pour éradiquer leur repousse. Je vais développer mon côté paysan en fabriquant des fromages. Une révolution bien plus discrète que celles auxquelles nous assistons par écran interposé !
Without doing the same, I ran the mower under the plane tree to carry its leaves elsewhere, and in the bamboos to eradicate their regrowth. I will develop my peasant side by making cheeses. A revolution much more discreet than those we are witnessing by interposed screen!

Je n’ai pas spécifié la grande nouveauté car ici tout le monde le sait : Jean-Paul et Cosette sont à la retraite tous les deux cette année. Alors Jean-Paul commence à prendre des cours de guitare, c’est aussi facile que d’aller manger à la cabane, il va taper à la porte de Lolo.
I did not specify the great news because everyone here knows it: Jean-Paul and Cosette are both retired this year. So Jean-Paul starts taking guitar lessons, it’s as easy as going to eat at the cabin, he goes to knock on Lolo’s door.

Il a fait appel à Séb pour l’aider à réparer sa cabane de jardin qui, après pas loin d’une dizaine d’années, penchait de façon inquiétante.
He called on Séb to help him repair his garden shed, which after nearly ten years was worryingly tilting.

Parfois c’est Claude qui vient emprunter la bétonnière ou raboter quelques planches à l’atelier.
Sometimes it’s Claude who comes to borrow the concrete mixer or plan a few boards at the workshop.

Laurent part à pied pour faire ses courses de l’autre côté de Morestel sept ou huit kilomètres dans un vent bien frais, ou encore il va au marché en vélo alors qu’il fait zéro degré. Bien couvert, il s’en moque et vit sa vie…
Laurent goes shopping on foot on the other side of Morestel for seven or eight kilometers in a very cool wind, or he goes to the market by bike when it is zero degrees. Well covered, he doesn’t care and lives his life …

Ici, nos existences continuent sans souci particulier. Le confinement empiète peu sur nos existences, puisqu’on a de l’espace sans sortir de la propriété. L’arrivée du froid nous cloitrerait plus facilement. Nous guettons le soleil pour profiter de sa douceur, mais quand il ne veut pas apparaître, c’est plus difficile de rester actif.
Here, our lives continue without any particular concern. Confinement does not interfere with our lives, since we have space without leaving the property. The onset of cold would trap us more easily. We watch for the sun to take advantage of its softness, but when it does not want to appear, it is more difficult to stay active.

LA SUITE, EN VRAC
THE SUITE, IN BULK
Poisson – projet de vie

Petit poisson cherche petit poisson pour occuper joli bocal-studio, eau courante les jours de pluie, pour partager aventures palpitantes dans charmant petit bocal à aménager – baleine s’abstenir
Fish – life project
Little fish looks for little fish to occupy a pretty studio bowl, running water on rainy days, to share thrilling adventures in a charming little bowl to set up – whale abstain

 

La lune joue à cache-cache.
The moon is playing hide and seek.


Brumes à Saint-Victor-de-Morestel
Mists at Saint-Victor-de-Morestel

 

Grillage mangeur d’arbre (ou le contraire)
Tree-eating fence (or vice versa)

 

Bientôt la nuit…
Soon the night …


Fatiguée — Tired


Je dois donner raison à François et à Jérôme pour leur commentaire de la semaine dernière : ils apprécient plus mes billets d’humeur joyeuse. J’espérais renouveler l’info avec mes « colères noires », et c’est peut-être le cas, mais la question est-elle là ? Qu’importe si je vous informe d’un nouveau scandale, nous savons l’essentiel ; connaître tous les détails ne devrait pas changer notoirement notre façon d’envisager les choses.
I must agree with François and Jérôme for their comment last week: they appreciate more my happy mood posts. I was hoping to renew the info with my « fit of rage », and it may be, but is the question there? No matter if I let you know about a new scandal, we know the gist; knowing all the details shouldn’t significantly change the way we think about things.

Tapis de pommes — Apples carpet

Il y a colères, il y a aussi angoisse au sujet du monde de demain qui ne sera plus jamais le même. Il est normal de s’en inquiéter, il est logique d’en être angoissé, il est cohérent de partager ce souci de l’avenir. Mais peut-être pas ici ?
There is anger, there is also anxiety about the world of tomorrow which will never be the same again. It is normal to be worried about it, it is logical to anguish about it, it is coherent to share this concern for the future. But maybe not here?

Je vais peut-être me contenter de coller quelques liens ici et là pour ceux qui voudraient en savoir plus, j’ignore si vous cliquez sur les liens que j’envoie.
Maybe I will limite myself to give a few links here and there for those who would like to know more, I don’t know if you click on the links I send.

Depuis vendredi, je suis fatiguée. Alors j’y vais doucement. C’est la raison pour laquelle je me débine avec une minuscule toute petite chronique riquiqui, avec des photos pour faire joli…
Since Friday, I have been tired. So I’m taking it slow. That’s the reason I’m going through a short, small, tiny little column, with pictures to look pretty …

Je ne vais pas vous proposer trop de tapis pour ne pas vous lasser, mais les feuilles du gingko biloba de Jérôme méritent le détour !
I’m not going to offer you too many carpets so as not to get bored, but Jérôme’s gingko biloba leaves are worth a look!

Bon, Jérôme toujours, et son talent de cuisinier
Well, once more Jérôme, and his talent as a cook

 Les photos qui ne sont pas de Jérôme ont été prises dimanche, alors qu’on s’apprêtait à se régaler d’une fondue à la cabane.

The photos Jérôme did not take has been made on Sunday as we were about to feast on a fondue at the cabin.

 

Tapis, but not only

Je crois n’avoir rencontré Dominette qu’une seule fois, lors de nos mémorables et bien regrettées « Kalyneries Paulifauniques » — mais quand pourrons-nous à nouveau organiser des spectacles à domicile ? « Dominette », parce que dans un couple où les deux ont le même prénom, il faut savoir qui est qui. Je la croiserais certainement sans la reconnaître, mais sa présence de lectrice discrète est un grand plaisir.
I think I’ve only met Dominette once, at our memorable and much-regretted « Kalyneries Paulifauniques » — but when can we host shows at home again? « Dominette », because in a couple where both have the same first name, you have to know who is who. I would certainly meet her without recognizing her, but her presence as a discreet reader is a great pleasure.

Comme elle a apprécié mes tapis, d’une part je remets ça, pas les mêmes, rassurez-vous j’en ai un stock, et d’autre part je suggère à tous mes lecteurs de se faire contemplatifs : prenez le temps de savourer mes photos, tapis ou pas tapis… On est toujours trop pressés. Et pour ceux qui ont la chance de pouvoir se balader, cherchez-en d’autres, ouvrez grand les yeux, il y a autour de vous de la beauté parfois cachée à découvrir et admirer sans modération.
As she appreciated my carpets, on the one hand I put them back, not the same ones, rest assured I have a stock, and on the other hand I suggest to all my readers to be contemplative: take the time to savor my photos, carpet or not carpet… We are always in a hurry. And for those who are lucky enough to be able to walk around, look for others, open your eyes wide, there is sometimes hidden beauty around you to discover and admire without moderation.

Je n’ai pas de message à faire passer, si ce n’est que je fais beaucoup de prises de vue, rapidement, et que je n’ai pas grand mérite : si elles sont belles, c’est que le sujet s’y prête. J’ai peut-être l’œil un peu plus aiguisé, bien aidée en cela depuis que le numérique a succédé à l’argentique : je peux gâcher toute la pellicule et c’est sans conséquence. Tout ceci n’étant pas de la fausse modestie.
I have no message to convey, except that I take a lot of shots, quickly, and that I do not have much merit: if they are beautiful, it is because the subject is ready for it. Maybe my eye is a little sharper, a lot helped in this since digital took over from film: I can spoil all the film and it is of no consequence. All this is not false modesty.

tapis flou — blurry carpet

 

J’ai bien apprécié le commentaire de Solenn la semaine dernière, et je regrette vraiment que ni elle ni d’autres ne puissent profiter de l’espace « pour sortir manger chez d’autres… dans votre jardin. En toute légalité et sans attestation. »
I really enjoyed Solenn’s comment last week, and I really regret that neither she nor the others can take advantage of the space « to eat out at other people’s homes … in your backyard. In all legality and without certificate. »

tapis de désherbant — carpet of weedkiller

 

Solenn ne croyait pas si bien dire !
La situation a généré tout naturellement ce que Solenn suggérait — j’imagine le sentiment de frustration que je risque de te faire éprouver, Solenn. Les premiers jours de novembre, il y a eu une activité fiévreuse à la cabane : Paul voulait y fêter son anniversaire, il fallait que le chantier se termine.
Solenn did not believe in saying so well!
The situation naturally generated what Solenn was suggesting – I imagine the feeling of frustration I might give you, Solenn. The first days of November, there was a feverish activity at the cabin: Paul wanted to celebrate his birthday there, the work had to be finished.

On s’est retrouvés un peu serrés avec Jean-Paul, Cosette et sa maman, Laurent, Séb, Paul et moi — Nathalie bossait ce jour-là. Je sais maintenant qu’il faut fraiser la pâte brisée pour éviter qu’elle ne s’effrite, je le savais, j’ai oublié, il faudrait que j’en prépare plus souvent.
We found ourselves a little tight with Jean-Paul, Cosette and her mother, Laurent, Séb, Paul and me – Nathalie was working that day. I now know that you have to mill the shortcrust pastry to keep it from crumbling, I knew that, I forgot, I would have to make more often.

On a appris que le lac de Constance continue à geler tous les hivers, le froid vient de Russie. Et on peut continuer à patiner sur la glace du lac. Envies de voyages… Souvenirs des chutes pétrifiées par le gel de la Montmorency à Québec !
We have learned that Lake Constance continues to freeze every winter, the cold comes from Russia. And we can continue to skate on the ice of the lake. Want to travel … Memories of the waterfalls petrified by the freezing of the Montmorency in Quebec!

On a remis le couvert un autre jour en mangeant chez Lolo — plus exactement, Lolo et Nanath ont remis le couvert pour nous. En plus, eux aussi aiment mes tapis !
We set the table another day while eating at Lolo – more exactly, Lolo and Nanath set the table for us. They also love my carpets too!

Séquence émotion : pour Paul, le plus beau cadeau qu’il a eu cette année, c’est l’arrivée chez nous de Laurent. Pour Laurent, la réciproque est vraie.
Emotional sequence: for Paul, the best gift he has had this year was Laurent’s arrival with us. For Laurent, the converse is true.

C’est tellement vrai qu’on en parle dans les journaux ! Laurent a écrit à la revue « l’Âge de Faire », c’est par une annonce dans ses colonnes que nous nous sommes rencontrés. Alors Laurent leur a raconté comment grâce à cette annonce il est devenu habitant d’ici. « L’Âge de Faire » a publié sa lettre et on trouve ce geste très sympa.
It’s so true that we’re talking about it in the newspapers! Laurent wrote to the magazine « l’Âge de Faire », it was through an advertisement in his columns that we met. So Laurent told them how, thanks to this announcement, he became a resident of here. « L’Âge de Faire » published his letter and we find the gesture very nice.

Il faut dire que les gens qui veulent vivre autrement et s’installer dans autre chose qu’une maison en dur ont bien des difficultés pour trouver où aller. Le camping plus ou moins sauvage, c’est autre chose que l’installation d’une Tiny House, même si elle peut rouler. Des lois contrôlent l’urbanisation, pour ces habitats plus ou moins légers aussi. Sans être une acharnée du respect des lois, je n’aimerais pas découvrir une maisonnette baladeuse posée dans un site grandiose après des heures de randonnée dans une nature sauvage.
It must be said that people who want to live differently and move to something other than a solid house have a lot of difficulty finding where to go. More or less wild camping is different from setting up a tiny house, even if it can roll. Laws control urbanization, for these more or less light habitats too. Without being keen to respect the laws, I would not like to discover a wandering cottage sitting in a grandiose site after hours of hiking in a wilderness.

tapis de cochonnerie — carpet of nuisance

 

Pour en revenir au succulent repas dans la Tiny à Lolo, elle a eu un dessert inattendu ; après le gâteau, ils nous ont servi la chanson que voici :
Getting back to the delicious meal in Lolo’s Tiny, it had an unexpected dessert; after the cake, they served us the following song:

Au Charbinat dans le nord Isère
C’est la quinzaine anniversaire
L’dimanche midi on a lasagnes
On peut pas dire qu’on soit au bagne
Et le dimanche soir si t’es sage
T’auras droit à Karambolage

Blues du Charbinat
Ah quel bel endroit !
On est d’humeur joyeuse
Vas-y passe-moi la chartreuse
Blues un peu con
Allez les filles et les garçons
At Charbinat in the north of Isère
It’s the fortnight anniversary
Sunday noon we have lasagna
We can’t say we’re in prison
And on Sunday night if you’re good
You will be entitled to Karambolage

Charbinat Blues
Ah what a beautiful place!
We are in a happy mood
Come on give me the chartreuse
A little stupid blues
Come on girls and boys

Avec Nathalie à la flûte à coulisse, Laurent au ukulele, et tous les deux au chant.
With Nathalie on the slide flute, Laurent on the ukulele, and both on vocals.

Pas de photos ? Bin non, je n’ai pas toujours mon Canon sous la main même s’il est petit et léger !
No pictures ? Well, no, I don’t always have my Canon handy even if it is small and light!

C’est bien agréable de mener une existence tranquille et insouciante. Mais il faut bien bouger… Ne pas oublier le masque, l’attestation — ce qui nous arrive, tellement l’environnement immédiat nous stresse !
It’s nice to lead a quiet and carefree existence. But it’s necessary to move … Do not forget the mask, the certificate – what happens to us, the immediate environment stresses us so much!

Je continue à faire du vélo chaque fois que j’en ai l’occasion. Le samedi, je vais invariablement acheter le pain de Gauthier, c’est le jour où la boutique est ouverte le matin. Curieusement, le kilométrage pour me rendre à St-Victor s’allonge de plus en plus. Est-ce que la mémoire me ferait défaut ? Maintenant que je connais l’itinéraire le plus direct, je me débrouille toujours pour en  choisir un plus long. Ce qui est vrai pour le pain est vrai pour tous les commerces.
I continue to ride my bike whenever I get the chance. On Saturdays, I invariably go to buy Gauthier’s bread, that’s the day the shop is open in the morning. Strangely enough, the mileage to get to St-Victor is getting longer and longer. Is my memory failing me? Now that I know the most direct route, I always manage to choose a longer one. What is true for bread is true for all businesses.

Il a été question de « durcir » le confinement. Les procès-verbaux pleuvent, dit-on. Pourtant, ici, se déplacer semble la chose la plus facile du monde. La moins contrôlée.
Comment ça, je tiens le sujet en or pour me lancer dans une de mes colères habituelles, mais je ne me lance pas ? Aurais-je perdu le sentiment de l’injustice, des inégalités ? Serais-je affaiblie, démotivée, aurais-je changé d’avis ? Ne suis-je plus la même personne ? Je n’aurai pas un mot pour dénigrer nos malheureux dirigeants dépassés par la situation ?
There was talk of « toughening » the confinement. The minutes are raining, they say. Yet getting around here seems the easiest thing in the world. The least controlled.
What do I mean, I hold the golden subject to launch myself into one of my usual anger, but I do not launch? Have I lost the sense of injustice, of inequality? Would I be weakened, demotivated, would I have changed my mind? Am I no longer the same person? Don’t I have a word to denigrate our hapless leaders overwhelmed by the situation?

Eh bien si… Mes colères sont noires, et je les publie juste en dessous. À tort ou à raison, j’ai décidé de séparer mes diatribes de mes récits tranquilles.
Well yes … My anger is black, and I post it just below. Rightly or wrongly, I decided to separate my diatribes from my quiet stories.

Pendant que Paul profite des belles journées de soleil pour jardiner, jardiner et jardiner : il étale du compost qui enrichira peu à peu le sol pour le printemps. Il trimballe du fumier, il est partout. J’ai aidé, un tout petit peu, je suis retournée dans les framboisiers où j’ai fait encore un peu de désherbage. On embauche Séb et Lolo pour le dur travail de transport du fumier, c’est devenu trop pénible pour nous… Nathalie s’est découvert une passion pour le poivre du Sichuan, elle récolte, elle trie les graines sèches (séparation de la graine et de son enveloppe). Nous avons eu Arlette, Julie et Yves pour venir récolter et emporter une bonne quantité de cette précieuse épice. Il en reste encore sur l’arbre…!
While Paul takes advantage of the beautiful sunny days to garden, garden and garden: he spreads compost which will gradually enrich the soil for spring. He’s lugging around manure, he’s everywhere. I helped, a little bit, I went back to the raspberries where I did some more weeding. We hire Séb and Lolo for the hard work of transporting the manure, it has become too painful for us … Nathalie has discovered a passion for Sichuan pepper, she harvests, she sorts the dry seeds (separation of the seed and of its envelope). We had Arlette, Julie and Yves to come and collect and take away a good quantity of this precious spice. There are still some left on the tree …!

tapis de pommes avec frelon — apple carpet with hornet


Des intrus se cachent dans les images ci-dessous, saurez-vous les trouver ?
Intruders are hiding in the images below, can you find them?

Mais qui peut réellement être un intrus ici ? Le champignon attire le regard, mais il est tout à fait à sa place, à l’automne, après les premières pluies. Alors l’intrus, seraient-ce les feuilles qui ne sont pas celles du chêne ? Et pourquoi pas plutôt les feuilles du chêne ? Ou la feuille d’une autre couleur ? Méfiance, on évite de faire de la discrimination selon la couleur. Ou alors la personne qui braque son objectif sur le sol ?
But who can really be an intruder here? The fungus is an eye-catcher, but it is quite in its place in the fall after the first rains. So the intruder, would it be the leaves that are not those of the oak? And why not rather the leaves of the oak? Or these of another color? Distrust, we avoid discriminating based on color. Or the person who points her lens on the ground?

Cela fait bizarre d’arrêter mon texte sans l’arrêter. Je vous retrouve à la page d’en dessous.
It feels weird to stop my text without stopping it. I will find you on the page below.

Colères noires

Voilà ce que j’ai picoré sur le web.
La Finlande est pointée du doigt pour sa réussite dans sa lutte contre le Covid-19, cela s’explique.
This is what I picked up on the web.
Finland is singled out for its success in the fight against Covid-19, this is explained.

La Finlande est le seul pays de l’Union Européenne dont les contaminations quotidiennes sont en baisse. Écoles, bars et restaurants ont été fermés de mars à juin. Près de la moitié des Finlandais ont téléchargé l’équivalent de l’application « stop-Covid ». Le télétravail est favorisé par une très haute numérisation de la société et de l’économie. Certains déplacements ont été interdits vers et depuis la capitale. Les tests ont commencé rapidement.
Une Finlandaise témoigne :
« On aime bien avoir notre espace donc on a souvent moins de réunions familiales, moins de regroupements et on passe plus de temps chez nous. Je dirais également qu’on passe moins de temps dehors avec nos amis quand il commence à faire plus froid, on est plus solitaire. »
Finland is the only country in the European Union whose daily contaminations are decreasing. Schools, bars and restaurants were closed from March to June. Almost half of Finns have downloaded the equivalent of the « stop-Covid » app. Teleworking is favored by a very high digitization of society and of economy. Some travel has been banned to and from the capital. The tests started quickly.
A Finn testifies:
« We like having our space so we often have fewer family reunions, fewer gatherings and we spend more time at home. I would also say that we spend less time outside with our friends when it starts to get colder, we are more lonely. »

Alors que la pandémie frappe avec une violence accrue, le sort de la Finlande est enviable. Admirable ? Cette belle médaille technologique a peut-être un revers policier. Où vont les informations fournies par tous ces gens connectés ? Il ne s’agit pas de critiquer à tout prix mais de rester vigilant.
As the pandemic strikes with heightened violence, Finland’s fate is enviable. Admirable? This beautiful technological medal may have a police setback. Where does the information provided by all these connected people go? It is not about criticizing at all costs, but about remaining vigilant.

Pour la France, je déplore encore et toujours (bruyamment) le fait que l’état mélange (allègrement) répression et (indi)gestion de la crise sanitaire. Il faut en arriver à un monde fraternel pour se débarrasser de la pandémie, c’est ma conviction profonde même si j’ai du mal à préciser pourquoi. On dit souvent que la concurrence est une bonne chose, mais les laboratoires ne devraient pas travailler en concurrence.
For France, I still (loudly) deplore the fact that the state mixes (gleefully) repression and (indi) management (joke : « gestion » means « management », and you guess « indigestion ») of the health crisis. It is necessary to come to a fraternal world to get rid of the pandemic, it is my deep conviction even if I have difficulty in specifying why. It’s often said that competition is a good thing, but labs shouldn’t be working in competition.

Au moment où je réfléchis à ceci, on commence à parler de plus en plus fort d’un vaccin, avec un enthousiasme suspect. Il ne serait d’ailleurs pas disponible avant l’été prochain – et plus long ce sera, mieux ça vaudra, plus la connaissance des effets secondaires indésirables avancera aussi ! Déjà des chiffres sont lancés. On pourra (multipliez-moi ça par deux et faites mijotez quelques heures) vacciner la moitié des Français.
As I think about this, they start to talk louder and louder about a vaccine, with suspicious enthusiasm. It wouldn’t be available until next summer – and the longer, the better, the more knowledge about unwanted side effects will advance too! Already numbers are launched. We can (multiply that by two and simmer for a few hours) vaccinate half of the French.

Revenons sur terre : les laboratoires ont hâte de découvrir un vaccin pour offrir une réponse rassurante, et pour faire des bénéfices en or. Depuis bientôt un an on a entendu quantité de propositions scandaleuses (telle : expérimenter le vaccin sur des populations d’Afrique !). Les laboratoires cherchent à s’enrichir, et le plus grand malheur pour eux serait que toute la planète soit en excellente santé et qu’il n’y ait plus besoin de médicaments.
Let’s come back to earth: laboratories are eager to discover a vaccine to offer a reassuring answer, and to make golden profits. For almost a year we have heard a number of scandalous proposals (such as testing the vaccine on people in Africa!). Laboratories are looking to enrich themselves, and the greatest misfortune for them would be if the whole planet was in excellent health and there was no longer a need for drugs.

Pour être en bonne santé, il faut vivre dehors, et pour éviter la contamination il faut éviter les espaces confinés (tous les médecins le diront). L’effort doit être universel et partagé. Alors que signifie cet enfermement si ce n’est l’instauration d’un contrôle policier de tous nos déplacements ?
To be healthy, you have to live outdoors, and to avoid contamination you have to avoid confined spaces (all doctors will say that). The effort must be universal and shared. So what does this confinement mean if it is not the establishment of police control of all our movements?

Macron s’est dit surpris par la virulence du retour de la pandémie.
Pauvre bébé, il est mal informé. Pourtant il s’en donne du mal : il est allé dans la vallée de la Vésubie, ou celle d’à côté, parce qu’il lui fallait voir l’étendue des dégâts. Voir lui-même de ses propres yeux de président. Peu importe si, ce faisant, il a arrêté le ballet des hélicoptères qui portaient secours aux sinistrés. Qu’il voit par lui-même et pas par les yeux des autres était primordial, non ?
Macron said he was surprised by the virulence of the return of the pandemic.
Poor baby, he’s misinformed. Yet he takes pains: he went to the Vésubie valley, or the one next door, because he had to see the extent of the damage. See with his own eyes of president. It does not matter if, in doing so, he stopped the ballet of helicopters that brought disaster relief. That he saw for himself and not through the eyes of others was paramount, right?

Il ne faut pas (comme il le fait) s’adresser à nous comme à des irresponsables ou des demeurés car ainsi (en plus de l’indignité) on fait de nous des irresponsables et des demeurés. Il ne faut pas faire du chantage ou du sentimentalisme, nous jouer (mal) de mauvaises pièces de théâtre. Colère contre l’infantilisation qui fait de nous des enfants (des mauvais enfants mal élevés) contre la répression qui fait de nous des rebelles (si je peux désobéir aux consignes je désobéis) colère contre l’abrutissement à coups de soi-disant informations qui ne sont que la répétition ad nauseam des mêmes consignes.
They should not (as he does) address us as irresponsible or idiots because in this way (in addition to indignity) we are made irresponsible and idiot. They must not be blackmailed or sentimental, they must not play (badly) bad plays. Anger against the infantilization which makes us children (bad, badly brought up children) against the repression which makes us rebels (if I can disobey the instructions I disobey) anger against the stupefaction with blows of so-called information which are just the ad nauseam repetition of the same instructions.

Nous avons besoin de bonhomie
amabilité affabilité courtoisie bienveillance altruisme générosité humanité indulgence mansuétude obligeance prévenance
sans oublier une touche de cordialité.
We need bonhomie
friendliness affability courtesy benevolence altruism generosity humanity indulgence leniency obliging thoughtfulness
without forgetting a touch of cordiality.

Confinement : nous sommes niés, nous n’existons pas. Les vieux sont des encombrants, je le savais déjà. Maintenant que j’ai rejoint le club, cela s’adresse aussi à moi, alors que plus je m’active, mieux je dors et plus je suis en forme.
Confinement: we are denied, we do not exist. Old people are bulky, I already knew that. Now that I’ve joined the club, that speaks to me too, as the more active I get, the better I sleep and the more fit I get.

L’ami Éric, à nouveau confiné, parle lui aussi, avec son talent habituel, de ce qui n’est pas essentiel : écoutez-le, et faites passer !
Friend Eric, confined again, talks too, with his usual talent, about what is not essential: listen to him, and pass it on!

Il est criminel de confiner les gens chez eux, d’autant plus avec l’approche de la mauvaise saison qui nous rend plus paresseux. Le début de la pandémie n’a fait qu’accentuer la tendance vers la privation de libertés qui va de pair avec le mépris et l’infantilisation dont nous sommes victimes.
It is criminal to confine people in their homes, especially with the approach of the bad season which makes us more lazy. The onset of the pandemic has only accentuated the trend towards the deprivation of liberties that goes hand in hand with the contempt and infantilization of which we are victims.

Sans oublier le prévisible retour des violences conjugales, qui avaient augmenté de 30% à partir du mois de mars.
Not to mention the predictable return of domestic violence, which had increased by 30% from March.

Les librairies ferment mais la fnac et cultura restent ouverts car ils VENDENT DES ORDINATEURS ! Les livres ne sont pas des biens de première nécessité, (re)lisons Farenheit 451. Dans ce livre, Bradbury estimait que « la radio et la télé permettent de détourner les gens des affaires importantes. » Que dirait-il aujourd’hui !
Bookstores are closing but fnac and cultura remain open because they SELL COMPUTERS! Books are not staple goods, read (again) Farenheit 451. In this book, Bradbury argued that « radio and TV are a way of distracting people from important business. » What would he say today!

Mon texte de colères est tout en vrac, pas très bien conçu, pas équilibré, et il n’y a pas tout, loin de là. Je déciderai si je continue, ou pas, à scinder en deux mes petites histoires…
My anger text is all loose, not very well designed, not balanced, and there is not everything, far from it. I will decide if I continue, or not, to split my little stories in two …