Am Stram Gram Telegram…


- partis du Charbinat samedi
- left Charbinat on Saturday
- pas eu le temps de photographier les maïs envahis d’ambroisie et de datura
- no time to photograph the corn invaded by ragweed and datura

- pique-nique sur la commune de Saint-Maurice-de-Lignon, mystère d’une maison toute seule isolée au bout du monde
- picnic in the town of Saint-Maurice-de-Lignon, mystery of a house all alone isolated at the end of the world

- halte au Puy-en-Velay où une importante manif bloque la circulation ici ou là
- stop at Puy-en-Velay where an important demonstration blocks traffic here and there
- ça chante la Marseillaise mais certains participants à l’évidence ne sont pas d’accord. Cette manif est un étrange amalgame de personnes qui n’ont pas beaucoup de points communs.
- it sings the Marseillaise but some participants obviously do not agree. This demo is a strange amalgamation of people who don’t have much in common.

site placed under video surveillance

Le Vernet : notre destination – ne pas se tromper de destination, beaucoup de communes françaises portent ce nom, c’est un peu comme Montréal
Le Vernet: our destination – make no mistake about the destination, many French municipalities bear this name, it’s a bit like Montreal

« La commune de Le Vernet est une petite commune auvergnate habitée par 24 résidents » (noté sur le site de la commune)
« The town of Le Vernet is a small town in Auvergne inhabited by 24 residents » (noted on the town’s website)

Sur Wikipédia, j’en ai appris plus : après la révolution, la population a toujours dépassé 100 personnes, elle a presque atteint les 200, avec une baisse importante due certainement à la première guerre mondiale, puis à l’exode rural. En 1954 elle passe en dessous de cent : 81 résidents, puis le nombre baisse peu à peu.
On Wikipedia, I learned more: after the revolution, the population has always exceeded 100, it has almost reached 200, with a significant drop, certainly due to the First World War, then to the rural exodus. In 1954 it fell below one hundred: 81 residents, then the number gradually fell.

Alors bien sûr, c’est un village fantôme, ou demi-fantôme. Plusieurs maisons (quatre ou cinq ?) sont transformées en gîte (le nôtre est une ancienne grange, très bien réhabilitée).
So of course, it’s a ghost town, or half-ghost. Several houses (four or five?) Are transformed into a gîte (ours is an old barn, very well rehabilitated).

Reprenons – bagages sortis de l’auto et après une pause, petite balade de reconnaissance
Let’s resume – luggage taken out of the car and after a break, a little reconnaissance trip

- village beau mais triste, vide, on ne voit personne
- beautiful village but sad, empty, we do not see anyone

- nombreux sentiers balisés pour la marche ou le vélo, il y a même un parcours sportif
- many marked trails for walking or cycling, there is even a sports course

- repérage d’autres balades à faire
- spotting other walks to do

Peut-être vous posez-vous des questions depuis le début de votre lecture : la première photo, c’est quoi ? C’est le début d’une belle aventure. Nous nous sommes mis à plusieurs pour acheter un barnum, c’est toujours tellement utile ! Avant notre départ pour Le Vernet, nous l’avons monté, tout va très bien, nous sommes satisfaits de notre achat !
You may have been wondering since you started reading: What is the first photo? It’s the start of a great adventure. We got together to buy a barnum, it’s always so useful! Before our departure for Le Vernet, we rode it, everything is going very well, we are satisfied with our purchase!

Sans doute pouvez-vous vous attendre à un autre télégramme la semaine prochaine…
No doubt you can expect another telegram next week …

Avec réflexions intenses


polémique – controversy

Il n’y a pas une seule nouveauté, de quelque domaine qu’elle soit, artistique ou scientifique parmi d’innombrables autres, qui fasse l’unanimité : l’impressionnisme a créé des polémiques, de même que l’invention du moteur à explosion. Certains Inuits (ou un autre peuple arctique ?) se demandaient si c’était une bonne chose d’adopter l’arc à feu pour obtenir une braise, alors que jusque-là c’est entre leurs mains que tournait le foret destiné à donner l’étincelle. Mais d’autres parmi eux ne se posaient pas de question, et adoptaient sans attendre la nouvelle technique.
There is not a single novelty, in any field whatsoever, artistic or scientific among countless others, which is unanimous: impressionism has created controversy, as has the invention of the combustion engine. Some Inuit (or another arctic people?) wondered if it was a good thing to adopt the fire bow to obtain an embers, while until then it was their hands that made the drill turn to give the spark. But others among them did not ask a question, and immediately adopted the new technique.

C’est une attitude normale et évidente de l’être humain, cette façon de réagir plus ou moins fort à la nouveauté. Quand il s’agit d’un vaccin utilisé avant que les protocoles habituels n’aient été appliqués, avant les délais courants, les réactions deviennent vite agitation, et d’autant plus si la clause de confiance ne fonctionne pas.
It is a normal and obvious attitude of the human being, this way of reacting more or less strongly to new things. When it comes to a vaccine used before the usual protocols have been applied, before the usual deadlines, reactions quickly become restless, and more so if the confidence clause does not work.

Mais dans le monde qui nous entoure, beaucoup agissent comme si l’usage du vaccin – son efficacité, son innocuité – était aussi évident que le lever du soleil le matin. Le doute, ce puissant stimulant, qui est un indice de la diversité de réaction des humains, est nié, alors la réflexion s’atrophie.
But in the world around us, many act as if the use of the vaccine – its effectiveness, its safety – is as obvious as sunrise in the morning. Doubt, this powerful stimulus, which is a clue to the diversity of human response, is denied, so thinking atrophies.

Caroline*, infirmière, consulte un gynécologue car elle est enceinte. En apprenant qu’elle n’a pas le vaccin anti-covid, le médecin se met dans une colère noire et la traite d’irresponsable. Enceinte par-dessus le marché, et pas vaccinée ! En voilà un qui ne se pose pas de question. Il balaie d’un revers de main tous les arguments de Caroline. Pour lui ils ne sont pas recevables. Où est le débat ?
*J’ai changé le nom !
Caroline *, nurse, consults a gynecologist because she is pregnant. Upon learning that she does not have the anti-covid vaccine, the doctor becomes enraged and calls her irresponsible. Pregnant to boot, and not vaccinated! Here is one who does not ask a question. He brushes aside all of Caroline’s arguments. For him they are not admissible. Where is the debate?
* I changed the name!

J’ai peur de ces gens-là, dont l’opinion est dure comme un roc : immuable. Dans une société normalement constituée on discute, on échange, on écoute l’autre ! Comment avancer si on ne sait dire que « vous avez tort ! »
I am afraid of these people, whose opinion is hard as a rock: immutable. In a normally constituted society, we discuss, we exchange, we listen to each other! How to move forward if we only know how to say « you are wrong! »


“slaughterhouse”
— I sometimes wonder where we’re going
— Don’t start playing your nerd

De quel droit ce médecin ignorant se permet-il de faire la morale ? D’autres médecins cherchent à faire la liste des accidents vaccinaux, voilà une information objective dont nous avons un grand besoin.
By what right does this ignorant doctor allow himself to lecture? Other doctors are trying to make a list of vaccine accidents, this is objective information that we badly need.

répression – repression
J’étais institutrice adjointe. En redevenant directrice pendant les cinq dernières années, je me suis mise à faire plus attention aux notes de service de notre hiérarchie, puisque j’avais l’obligation de tout transmettre à mes collègues indépendamment de mon opinion. J’ai été frappée pendant ces cinq années de voir que toutes les propositions « révolutionnaires » (fin de l’échec scolaire, de la déscolarisation, des agressions contre les enseignants etc) ne proposaient que de la répression. De façon insidieuse, on en arrive à trouver cela normal alors que ce n’est pas crédible. Si l’on améliorait les conditions de scolarisation (baisse des effectifs des classes…), les conditions de travail des parents d’élèves, mais aussi de leur logement, et pourquoi pas leur alimentation, bref, toute leur existence… les problèmes de l’école diminueraient, ainsi que l’appel à la répression. Il faudrait pour cela que notre pays qui fait partie des plus riches de la planète cesse de distribuer ses précieux bénéfices à une minorité qui n’en a pas besoin.
I was an assistant school teacher. As I became a manager again for the past five years, I began to pay more attention to the memos from our hierarchy, since I had an obligation to convey everything to my colleagues regardless of my opinion. I was struck during these five years to see that all the « revolutionary » proposals (end of school failure, of dropping out of school, attacks on teachers etc) only proposed repression. Insidiously, we come to find this normal when it is not credible. If we improve the conditions of schooling (decrease in class sizes …), the working conditions of the parents of students, but also of their accommodation, and why not their food, in short, their entire existence … school problems would decline, as well as the call for repression. This would require our country, which is one of the richest on the planet, to stop distributing its precious benefits to a minority that does not need them.

blues – blues
Avec le temps évolue lentement mon inquiétude, plus ou moins perceptible, plus ou moins enfouie au fond de moi. Avec le temps, comme si je prenais plus de recul, je vois les choses différemment. D’un côté, je suis enthousiasmée par tout ce qui se passe, toutes les belles initiatives fraternelles, toutes les actions prouvant que nous ne sommes pas tous profondément égoïstes ou totalement abrutis. D’un autre côté, ma peur due à tout ce qui ne va pas grandit comme une espèce d’animal familier qui ne me quitte pas et que je n’oublie jamais tout à fait. Cette peur fait partie de moi, il est donc impossible de m’en débarrasser. En effet, les personnes les plus aptes à prendre les bonnes décisions sont celles qui ne le feront pas. Nous manquons de temps pour construire un monde meilleur. Et de toute façon il y a déjà tant de souffrances, d’injustices, d’inégalités… Pour aujourd’hui le monde meilleur, c’est raté. Et ça ne va pas en s’arrangeant.
Over time my worry slowly evolves, being more or less perceptible, more or less buried deep inside me. Over time, as if I took a step back, I see things differently. On the one hand, I am excited about everything that is going on, all the great fraternal initiatives, all the actions that prove that we are not all deeply selfish or totally stupid. On the other hand, my fear of everything that is wrong grows like a kind of pet that never leaves me and that I never quite forget. This fear is part of me, so it’s impossible to get rid of it. Indeed, the people best able to make the right decisions are those who will not. We are running out of time to build a better world. And anyway there is already so much suffering, injustice, inequality … For today a better world, it has failed. And that doesn’t work out.

Dans ces pages, depuis le début de la pandémie, j’ai déjà déploré la confusion permanente entre prévention contre le covid et répression. L’avenir est sinistre.
In these pages, since the start of the pandemic, I have already deplored the permanent confusion between prevention against covid and repression. The future is grim.

conclusion – conclusion
Il y a deux semaines, j’avais déjà ce discours en train de mûrir dans mon esprit, mais le formuler demandait tellement de temps et d’énergie que ce jour-là, j’ai choisi de le reporter à plus tard et de m’abandonner à la paresse. Voilà donc le fruit de mes réflexions dans une formulation que j’espère compréhensible.
Two weeks ago I already had this speech maturing in my mind, but formulating it took so much time and energy that that day I chose to postpone it until later and to give up to laziness. So this is the fruit of my reflections in a formulation that I hope is understandable.

Une façon pour moi de me rappeler que si j’ai choisi d’attendre encore avant de me faire vacciner, ce n’est pas irresponsabilité, inconscience, insouciance, ni à cause d’un caractère asocial. Mais tout le contraire…
One way for me to remind myself that if I chose to wait even longer before getting the vaccine, it was not irresponsibility, unconsciousness, recklessness, or because of an antisocial character. But quite the opposite …

le reste – the rest
Plusieurs fois déjà cette année, j’ai mis un espace de deux semaines au lieu d’une entre deux publications. Le plus souvent je fais cela quand je vais en visite chez papa où il n’y a pas internet. Je passerais volontiers en mode « quinzaine » définitif si je ne craignais de faire le désespoir de mes fidèles lecteurs.
I put a space of two weeks instead of one between two posts several times already this year. Most of the time I do this when I visit daddy’s place where there is no internet. I would gladly switch to definitive « fortnight » mode if I were not afraid of causing the despair of my loyal readers.

Fin juillet/début août, j’ai fait marcher mon père sur les pas de mon enfance. Autrefois, maman était l’unique institutrice du minuscule village de Larnas, où j’ai vécu jusqu’à mes huit ans. Quand j’étais petite, je partais parfois avec ma sœur et nos petites voitures jusqu’à Sable Rouge, tout à côté d’un calvaire en mauvais état. Posé comme un gardien bienveillant, il nous fournissait ses débris de béton pour tracer nos routes sur le sable, et nous passions des heures à les faire rouler.
At the end of July / beginning of August, I made my father walk in the footsteps of my childhood. Formerly, Mom was the only teacher in the tiny village of Larnas, where I lived until I was eight. When I was little, I would sometimes drive with my sister and our toy cars to Sable Rouge (Red Sand), right next to a very damaged Calvary. Posed as a benevolent guard, it provided us with its concrete debris to mark our roads on the sand, and we spent hours rolling them.

Plus audacieuses, nous montions parfois jusqu’à Sang de Pierre au sommet de la colline. Il y avait là, comme un dragon endormi, un alignement de rochers énormes. Du grès ? Rouge, pour expliquer ce nom ? Notre activité principale à cet endroit consistait certainement à grimper aux arbres. Si nos parents, exceptionnellement, nous accompagnaient, c’était pour chercher des champignons, mais ils avaient moins de loisir que nous.
More daring, we sometimes climbed to Sang de Pierre (Stone Blood) at the top of the hill. There was there, like a sleeping dragon, a row of enormous rocks. Sandstone? Red, to explain this name? Our main activity there was certainly tree climbing. If our parents, exceptionally, accompanied us, it was to look for mushrooms, but they had less leisure than us.

De là-haut, nous avions une vue dégagée, et c’est comme ça qu’un jour nous avons vu passer un camion de pompiers en direction de Saint-Remèze. Les flammes de l’incendie nous ont tout de suite informées et nous avons galopé jusqu’à la maison, la peur au ventre.
From up there, we had a clear view, and that’s how one day we saw a fire truck go by towards Saint-Remèze. The flames of the fire informed us immediately and we galloped home with fear in our stomachs.

Nous avons quitté Larnas pour la rentrée des classes en septembre 1960. Depuis, j’ai parfois traversé le village, revu la belle petite église, l’école où nous habitions, mais totalement transformée… Mais je ne savais pas retourner ni à Sable Rouge ni à Sang de Pierre, et j’ai proposé à papa de rechercher ces lieux. Le calcul est vite fait, je ne les avais pas revus depuis soixante ans.
We left Larnas for the start of the school year in September 1960. Since then, I have sometimes crossed the village, seen the beautiful little church, the school where we lived, but totally transformed… But I did not know how to return to Sable Rouge. nor to Sang de Pierre, and I suggested to papa to search for these places. The calculation is quickly done, I had not seen them for sixty years.

Voici le calvaire, remis en état, plus de fragments de béton, mais plus de sable pour faire rouler nos autos. Je n’ai pas photographié Sang de Pierre dans son épaisse forêt de chênes verts, dont les rochers ont bien diminué — mais quel bonheur de retrouver enfin ces deux lieux !
Here is the Calvary, restored, no more fragments of concrete, but no more sand to run our cars. I have not photographed Sang de Pierre in its thick forest of holm oaks, the rocks of which have shrunk considerably – but what a joy to finally find these two places!

Vous avez remarqué encore une fois la Dent de Retz, cette montagne que nous pouvions voir de notre fenêtre, pour laquelle j’ai cherché différents angles de prise de vue. Je vous montre aussi le lointain mont Ventoux vu au travers d’un pylône à haute tension. L’autre pylône me servira à retrouver Sang de Pierre quand j’y retournerai un jour. Dans soixante ans ?
You noticed once again the Dent de Retz, this mountain that we could see from our window, for which I looked for different angles of view. I also show you the distant Mont Ventoux seen through a high voltage pylon. The other pylon will be used to find Sang de Pierre when I return there one day. In sixty years?

 

Paresse — Laziness


Passé - Past
C’est ma faute si je n’ai pas fait de prise de vue samedi, alors que nous fêtions l’anniversaire de Doris. Petite réunion familiale, occasion de dire à Séb un au revoir pour longtemps puisqu’il retourne au Québec avec un contrat de travail en poche. Plus que du regret de le voir s’en aller, je suis toute contente de cette nouvelle aventure, car partir lui tenait à cœur depuis longtemps.
It’s my fault I didn’t shoot on Saturday, when we were celebrating Doris’s birthday. Small family reunion, opportunity to say goodbye to Séb for a long time since he returns to Quebec with an employment contract in his pocket. More than regret to see him go, I am very happy with this new adventure, because leaving had been close to his heart for a long time.


Août 2019 – au confluent du Rhône et de l’Ardèche
August 2019 – at the confluence of the Rhône and the Ardèche



Septembre 2019 – en route vers l’Italie
September 2019 – on the way to Italy

Octobre 2019 – château de Torrechiara
October 2019 – Torrechiara Castle

Décembre 2019 – Courtenay (France)
December 2019 – Courtenay (France)

Présent - Now
Lundi matin, après un moment de jardinage, Paul et moi avons fait un tour de vélo : une activité bienfaisante mais difficile à intégrer dans nos activités, avec toutes les heures de paresse qui nous attendent !
Monday morning, after a while of gardening, Paul and I took a bike ride: a beneficial activity but difficult to integrate into our activities, with all the hours of laziness that await us!

Janvier 2020 – garde-manger au Charbinat
January 2020 – pantry at Charbinat


 Février 2020 – Izieu
February 2020 – Izieu

Mars 2020 – Tout est bien rangé
March 2020 – Everything is tidy

Avril 2020 – travail rituel
April 2020 – ritual work

J’ai vu de quoi faire beaucoup de photos, de quoi renouveler mon stock, mais je ne me suis pas arrêtée, trop compliqué. Et tout en pédalant, admirant ce petit oiseau en train de picorer le cœur d’un tournesol, admirant la lumière, les couleurs, les fleurs proches et les montagnes au loin, tout ce qui constitue le décor de notre sortie, je me suis dit que j’allais écrire un tout petit texte et faire un retour en arrière à raison d’une photo par mois pendant un ou deux ans…
I saw what to do a lot of photos, what to renew my stock, but I did not stop, too complicated. And while pedaling, admiring this little bird pecking at the heart of a sunflower, admiring the light, the colors, the flowers near and the mountains in the distance, all that is the backdrop for our outing, I said to myself that I was going to write a very small text and go back at the rate of one photo per month for one or two years …

Mai 2020 – en vélo
May 2020 – by bike

Juin 2020
June 2020

Juillet 2020 – arrivée très discrète de Lolo
July 2020 – very discreet arrival of Lolo

Futur - Future

La libellule, août 2020
The dragonfly, August 2020

Septembre 2020, les réserves pour l’hiver
September 2020, winter reserves

Octobre 2020 le chantier de Séb
October 2020 the Séb site

 Je pourrais continuer encore un moment.
Je préfère m’arrêter
sur ce tapis de feuilles
qui invite au repos…

I could go on for a while.
I prefer to stop
on this carpet of leaves
that invites you to rest …

 

Ian, Roy ou Jacques

Comme souvent (comme toujours ?) le fil rouge de mes chroniques n’existe que  dans l’enchaînement de ce que je vis et de ce que je lis (y compris à l’occasion une notice).
As often (as always?) the common thread of my chronicles exists only in the chain of what happens to me and what I read (including, occasionally, a notice).

Illustrer mon petit mot hebdomadaire va devenir bien difficile. La plupart des photos ont été prises à l’occasion d’une visite du parc que j’ai faite pour vous lundi 16 août. Je ne vais pas vous montrer les plants de tomates que Paul arrache et que nous brûlerons pour éviter les contaminations dans les années à venir. La météo a été défavorable, trop de chaleur, de froid, de sécheresse et trop de pluie ! Heureusement d’autres légumes donnent à plein. Et puis cette saison difficile a vu revenir à la vie l’arbre de Judée dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois. Enfin, le revoilà en pleine forme.
Illustrating my little weekly word will become very difficult. Most of the photos were taken during a visit of the park I made for you on Monday August 16th. I’m not going to show you the tomato plants that Paul pulls up and that we will burn to avoid contamination for years to come. The weather was unfavorable, too much heat, cold, drought and too much rain! Fortunately, other vegetables give it full. And then this difficult season has seen the Judean tree come back to life, which I have already told you about several times. Finally, it’s back in fine fettle.

 

TROPHÉES DE CHASSE
HUNTING TROPHY

… avec mon appareil photo
Le 10 août, nous avons eu la chance de croiser cette vie sauvage.

… with my camera
On August 10, we had the chance to meet this wild life.

TROPHÉE DE STUPIDITÉ
STUPIDITY TROPHY


« Douche sonne » : shower rings (the bell)
Et sur l’autre notice, « rideau de douche » est traduit en allemand dans la version française.
And on the other leaflet, « shower curtain » is translated into German in the French version.

FIN DES TROPHÉES
END OF THE TROPHIES

Je tente un exercice inhabituel, la publication de ce texte qui circule sur le web depuis un bon moment déjà – merci à Hortensia de me l’avoir communiqué.
Ian Manook est connu sous des pseudonymes variés, Paul Eyghar, Manook, Roy Braverman – peut-être aussi Jacques Haret.
I am trying an unusual exercise, the publication of this text which has been circulating on the web for a long time already – thanks to Hortensia for having communicated it to me.
Ian Manook is known by various pseudonyms, Paul Eyghar, Manook, Roy Braverman – maybe also Jacques Haret.

« Si j’ai aujourd’hui cinq pseudos et tous ces livres au compteur, c’est entièrement la faute de ma fille » déclare Patrick Manoukian, mais cette fois il s’agit de son vrai nom. Sa fille était en effet exaspérée qu’il lui fasse lire des textes jamais terminés, « de ne connaître la fin d’aucune histoire, le destin d’aucun personnage. Elle m’a menacé de plus rien lire tant que je n’aurais pas terminé quelque chose! »
« If I have five nicknames and all these books on the clock today, it’s all my daughter’s fault, » Patrick Manoukian says, but this time it’s his real name. His daughter was indeed exasperated that he made her read never finished texts, « to know the end of no story, the fate of no character. She threatened to read nothing more until I finished something! »

Je ne connaissais rien de Patrick Manoukian, ni sous son nom, ni sous ses pseudonymes. Il y aurait beaucoup de violences dans ses romans, il y en a tout au long du texte ci-dessous, il propose la violence pour s’opposer à Macron, et je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée. Faire pire que l’oppresseur risque de mener dans des contrées sinistres !
I didn’t know anything about Patrick Manoukian, neither under his name, nor under his pseudonyms. There would be a lot of violence in his novels, there is it throughout the text below, he proposes violence to oppose Macron, and I’m not sure that’s a good idea. Doing worse than the oppressor risks leading to grim lands!

Mais son texte me semble d’une grande lucidité. Il n’est pas réjouissant, il nous rappelle que nous devons nous battre, que le pire est à venir, c’est pour cela que je le diffuse, en espérant réveiller les consciences et favoriser je ne sais quel changement.
But his text seems to me to be very lucid. It’s not encouraging, it reminds us that we must fight, that the worst is yet to come, that’s why I’m broadcasting it, hoping to raise awareness and promote I do not know what change.


Je laisse la parole à Ian Manook :
I give the floor to Ian Manook:

Macron ne cédera rien parce qu’il n’est pas là pour gouverner. Il n’est même pas là pour être réélu et encore moins pour faire une carrière politique. Il se fout de tout ça, et donc il se fout de ce qu’on pense ou dit de lui, de sa cote de popularité, de son avenir politique, il se fout de tout ça. Macron est un condottiere mandaté par des commanditaires pour détricoter et privatiser tout ce qui est collectif et solidaire en France. Et sa récompense ne sera pas d’être réélu ou de prendre place dans le paysage politique français, sa récompense sera d’aller siéger dans tous les conseils d’administration des sociétés qu’il aura privatisées pour ses commanditaires.
Macron will not give in because he is not here to rule. He is not even there to be re-elected let alone to make a political career. He doesn’t give a damn about it all, and so he doesn’t care what you think or say about him, his popularity, his political future, he doesn’t give a damn about any of that. Macron is a condottiere mandated by sponsors to unravel and privatize everything that is collective and solidarity in France. And his reward will not be to be re-elected or to take place in the French political landscape, his reward will be to sit on all the boards of directors of the companies he has privatized for his sponsors.

Ce n’est rien d’autre qu’un homme de main qui obéit à des ordres et qui a agi en deux temps : en pourrissant l’État français de l’intérieur sous un Hollande complètement manipulé, et en prenant ensuite prétexte de ce pourrissement pour mener à bien son pillage en règle de l’état. Voilà pourquoi il se moque de tous ces scandales à répétition le concernant et concernant son gouvernement. Voilà pourquoi nous avons un gouvernement « de crise » composé sans vergogne à moitié de millionnaires, voilà pourquoi il garde un Président de l’Assemblée mis en examen, pourquoi sa ministre de la justice peut dire en rigolant qu’elle a juste oublié de déclarer trois appartements au fisc. Voilà pourquoi il met sans honte un voyou à la tête de la police et autorise à cette police des comportements de voyous. Voilà surtout pourquoi il ne cède et ne cédera devant aucune grève. Parce qu’il s’en fout. Il se fout de vous, il se fout du pays, il se fout de la misère et de la pauvreté, il se fout des éborgnés et des amputés par sa police. Il s’en fout. Il détricotera tout jusqu’au bout sans écouter personne, sans état d’âme, et ne pense qu’à la fortune personnelle que chaque action contre le bien public lui garantit.
He is nothing more than a henchman who obeyed orders and who acted in two stages: by rotting the French state from the inside under a completely manipulated Holland, and then using the pretext of this rotting to carry out its looting in order of the state. That is why he laughs at all these repeated scandals concerning him and his government. This is why we have a « crisis » government shamelessly made up of half millionaires, this is why he keeps a President of the Assembly indicted, why his Minister of Justice can say with a laugh that she just forgot to declare three apartments in the tax department. That is why he shamelessly puts a thug at the head of the police force and authorizes this police to behave like thugs. This is especially why he does not give in and will not give in to any strike. Because he doesn’t care. He does not care about you, he does not care about the country, he does not care about misery and poverty, he does not care about the crippled and amputees by his police. He does not care. He will unravel everything until the end without listening to anyone, without qualms, and thinks only of the personal fortune that each action against the public good guarantees him.

Et il partira en laissant un pays épuisé et exsangue, trop sonné pour se défendre contre le plus violent des systèmes de finance ultralibérale qu’on puisse imaginer. Il laissera tomber tout le monde. Le pays comme ceux qu’il aura manipulés pour en faire ses pires factotums et qui, seuls, devront affronter la vengeance populaire. Voilà pourquoi il ne cède et ne cédera pas, et voilà pourquoi la seule façon de le faire céder est de nous montrer plus obstinés, plus jusqu’au-boutistes, plus tenaces et plus violents que lui. Nous ne pouvons plus rester sur le terrain politique. Le seul mouvement qui l’ait ébranlé, c’est celui des Gilets Jaunes, parce qu’il l’a désarçonné là, politiquement et sur le terrain, où il ne s’y attendait pas. En un an, il a neutralisé ce danger en le ramenant dans les mains de ceux qui défilent dans les clous, dans des couloirs et dans des nasses où ils acceptent pratiquement de se faire tabasser.
And he will leave, leaving a country exhausted and bloodless, too stunned to defend itself against the most violent of ultraliberal finance systems imaginable. He will let everyone down. The country like those he will have manipulated into his worst factotums and who alone will have to face popular revenge. This is why he does not and will not give in, and this is why the only way to make him give in is to be more stubborn, more hard-hitting, more determined and more violent than him. We can no longer stay in the political field. The only movement that has shaken him is that of the Yellow Vests, because it unsettled him there, politically and on the ground, where he did not expect it. In a year, he neutralized this danger by bringing it back into the hands of those who march through the nails (= straight into), in corridors and in traps where they practically agree to be beaten.

Il faut sortir des clous. Disperser le mouvement, redéfinir les manifestations. Sortir des clous et des nasses. Il faut qu’enfin se bougent ceux pour qui nous nous battons vraiment, étudiants et lycéens. Il faut reprendre les ronds-points, les ponts, les périphériques, éclater les défilés dans les villes et dans le pays. Le forcer à disperser et affaiblir ses milices. C’est une question de survie du pays. Il a déjà entrepris la privatisation des hôpitaux, de la SNCF, des gares, des aéroports, des barrages, de la Sécu. Il s’attaque à celle des routes, de la police, des universités, de la culture, de la justice. Cet homme ne veut plus d’état, sinon pour l’armée et la police, et nous savons tous qu’un tel état s’appelle une dictature.
It is necessary to get out of the nails. Disperse the movement, redefine the demonstrations. Get out of the nails and traps. Finally, we need to get moving for those we really fight for, students and high school students. We must take back the roundabouts, bridges, ring roads, break up the parades in the cities and in the country. Force him to disperse and weaken his militias. It is a question of the survival of the country. He has already undertaken the privatization of hospitals, SNCF, train stations, airports, roadblocks, and social security. He attacks that of roads, police, universities, culture, justice. This man does not want a state, except for the army and the police, and we all know that such a state is called a dictatorship.

Avec aussi des chats

Money for the public hospital - Fast!

Rappelez-vous : « On » nous disait d’applaudir les infirmiers tous les soirs à vingt heures, mais en même temps « on » continuait à démanteler l’hôpital. Rémo Gary ne s’y est pas trompé quand il dit : « j’ai accroché ça, ce 21 mars [2020] à 20h, devant ma maison. Cette banderole que je propose aux regards des passants de ma rue. C’est une sorte de télémilitantisme en live ! »
Remember: « They » told us to applaud the nurses every night at eight o’clock, but at the same time « they » kept dismantling the hospital. Remo Gary was right when he said, « I hung this up on March 21 [2020] at 8 p.m. in front of my house. This banner that I offer to the eyes of passers-by on my street. It’s a kind of live television activism! »

Rappelez-vous : « on » voulait forcer les infirmières à  travailler, même si elles étaient positives au covid, maintenant « on » les oblige à se faire vacciner… Je ne vois qu’une logique dans cette absence de logique : la figure hideuse du libéralisme.
Remember: « they » wanted to force nurses to work, even if they were positive for covid, now « they » force them to be vaccinated … I see only one logic in this lack of logic: the ugly figure of the liberalism.

La semaine dernière, mon coup de gueule a provoqué quelques réactions, celle de François que vous pouvez lire dans les commentaires, de Liliane, qui s’est fait vacciner à contre-cœur comme d’innombrables personnes, et qui reste hostile à l’obligation vaccinale… Malgré la gravité du sujet, j’ai eu avec Ilse des échanges passionnants : ses trois enfants et elle-même ont été malades du covid à différents degrés de gravité, et avec des séquelles de longue durée. Tous sont vaccinés maintenant, mais conscients qu’ils peuvent être encore contaminés et contaminants. Selon Ilse, « aujourd’hui notre pire ennemi n’est pas seulement le diabolique virus qui se transforme en permanence, mais le temps qui court. »
Last week, my fit of anger provoked some reactions, that of François that you can read in the comments, of Liliane, who was reluctantly vaccinated like countless people, and who remains hostile to the vaccine obligation… Despite the seriousness of the subject, I had fascinating discussions with Ilse: she and her three children were sick with covid to varying degrees of severity, and with long-lasting sequelae. All are vaccinated now, but aware that they may still be contaminated and contaminating. According to Ilse, « So today our worst enemy is not just the diabolical virus forever transforming but time running out. »

Elle me dit aussi que dans tous les cas, il faut toujours parler et écouter. « De ne pas se parler, de ne pas connaître l’autre, depuis la nuit du temps nous a amenés aux pires des tragédies. »
She also tells me that in any case, you always have to talk and listen. « Not talking to each other, not knowing each other, since the dawn of time has brought us to the worst of tragedies. »

Elle ne s’est pas posée en moralisatrice, alors que maintenant beaucoup sont intolérants, parfois même agressifs. Je vois là l’influence pernicieuse des médias. Heureusement, tout le monde n’a pas le comportement des moutons et cela fait du bien. J’ai particulièrement apprécié la façon posée dont Ilse m’a exprimé son point de vue.
She didn’t pose as a preacher, though now many are intolerant, sometimes even aggressive. I see this as the pernicious influence of the media. Fortunately, not everyone behaves like sheep and that feels good. I especially liked the calm way Ilse expressed her point of view to me.

 

Changeons-nous les idées, ce lundi je propose à Gaëlle de faire quelques pas. La nuit n’est pas loin : je laisse mon appareil photo sur la table ; le plus souvent je le prends avec moi, « au cas où », sait-on jamais, et le plus souvent il ne quitte pas son étui.
Let’s change our ideas, this Monday I suggest to Gaëlle to take a few steps. Night is not far away: I leave my camera on the table; more often than not I take it with me, « just in case », you never know, and more often than not it does not leave its case.

Je n’ai pas l’énergie pour marcher longtemps, on profite du calme du soir, pas de pluie, c’est tranquille.
Soudain Gaëlle me montre quelque chose,  ! À moins de vingt mètres un chevreuil nous fixe avec autant d’attention que nous le fixons. J’ai laissé mon appareil photo ce soir, et pendant dix minutes nous allons suivre des yeux ce chevreuil qui nous suit des yeux. Au temps pour moi. Il est attentif mais pas inquiet. Nous ne bougeons pas, il finit par se détendre et s’éloigner à pas lents. Cela lui prend un bon moment.
I don’t have the energy to walk for long, we enjoy the calm of the evening, no rain, it’s peaceful.
Suddenly Gaëlle shows me something, there! Within twenty meters a deer is staring at us as closely as we are staring at it. I left my camera tonight, and for ten minutes we will follow with our eyes this deer following us with its eyes. My mistake. He is attentive but not worried. We don’t move, he eventually relaxes and slowly steps away. It takes it a long time.

Dans notre dos, de l’autre côté de la route, le poney au ventre rond lance un appel, à nouveau le chevreuil s’immobilise, toujours attentif, toujours pas inquiet. Puis il disparaît.
Behind our back, across the road, the round-bellied pony calls out, again the deer comes to a stop, still alert, still not worried. Then it disappears.

Il a eu la gentillesse de revenir le lendemain!
It was kind enough to come back the next day!

Nous reprenons notre route et :
« Oh, le chat des voisins ! Non, ce n’est pas le chat des voisins, il lui ressemble mais c’est un jeune chat ! Et il y en a un autre. »
We resume our journey and:
« Oh, the neighbors’ cat! No, it’s not the neighbors cat, it looks like it but it’s a young cat! And there is another one. »

Un peu perdus, très familiers, les minets se laissent approcher. Des voitures, une mobylette nous effraient, nous attrapons nos bestioles et je me mets au milieu de la route, une technique très efficace pour ralentir les véhicules. Les conducteurs se montrent compréhensifs, l’un d’eux s’arrête, le temps pour nous de contrôler la situation.
A little lost, very familiar, the twinks allow themselves to be approached. Cars, a moped scare us, we catch our critters and I stand in the middle of the road, a very effective technique for slowing vehicles down. The drivers are understanding, one of them stops, time for us to control the situation.

À peine arrivées à la maison, les chatons installés devant de la nourriture (ils apprécient sans être affamés), Gaëlle les photographie et les signale à la SPA, sur Pet Alert, tout autour…
Barely arrived at the house, the kittens installed in front of food (they enjoy without being hungry), Gaëlle photographs them and reports them to the SPA (Animal protection Society), on Pet Alert, all around …

Le lendemain, nous les gardons à l’intérieur pour ne pas qu’ils se perdent, et les deux diables passent des heures à faire toutes les bêtises possibles. Mais bientôt, nous les laissons libres d’entrer et de sortir, à la grande colère de Saskatoon – nous pardonnera-t-elle un jour ?
The next day, we keep them indoors so they don’t get lost, and the two devils spend hours doing whatever nonsense they can. But soon we’re letting them go in and out, much to Saskatoon’s anger – will she ever forgive us?

Plus tard, Franck vient faire un petit séjour à la campagne, Gaëlle va profiter de la voiture pour se faire reconduire à Lyon. Comme elle a donné un des chatons, elle le prend avec elle… Et c’est plus simple de prendre aussi l’autre, d’abord parce qu’elle a des chances de lui trouver une famille d’adoption à Lyon, et ensuite parce qu’ils seront bien, ensemble, le plus longtemps possible.
Later, Franck comes for a short stay in the countryside, Gaëlle will take advantage of the car to be driven back to Lyon. As she gave one of the kittens, she takes it with her… And it’s easier to also take the other, firstly because she’s likely to find it an adoptive family in Lyon, and then because they will be good together for as long as possible.

Coup de théâtre finalement ! Samedi soir, Gaëlle est contactée par une dame qui cherche ses chatons depuis lundi : elle a fini par découvrir Pet Alert, elle y a retrouvé ses petits compagnons ! J’ai du mal à y croire, mais quand, le dimanche après-midi, nous déposons les petits monstres dans leur maison retrouvée, ils reconnaissent les lieux : ils vont tout de suite voir s’il y a à manger.
Spectacular turn of events finally! Saturday evening, Gaëlle is contacted by a lady who has been looking for her kittens since Monday: she ended up discovering Pet Alert, she found her little companions there! I find it hard to believe it, but when, on Sunday afternoon, we drop the little monsters into their found house, they recognize the place: they immediately see if there is anything to eat.

Voilà une conclusion inattendue à cette aventure. Ces chatons habitent à deux ou trois kilomètres de l’endroit où nous les avons trouvés, ont-ils réellement fait à pattes tout ce chemin ? Il faut commencer par traverser la route qui contourne Morestel, une route très passante… Un voisin mal intentionné aurait-il voulu leur faire découvrir la vie sauvage ? Nous ne le saurons jamais.
This is an unexpected conclusion to this adventure. These kittens live two or three kilometers from where we found them, did they really walk all the way? You have to start by crossing the road that bypasses Morestel, a very busy road … Would a malicious neighbor have wanted them to discover wildlife? We’ll never know.

Avant de vous abandonner à vos activités, deux mots au sujet de Stéphanie : comédienne, elle a joué chez nous, c’était notre deuxième spectacle à domicile, un spectacle excellent, Jacky en riait encore une semaine plus tard ! Elle avait beaucoup d’autres projets, soigneuse animalière, organisatrice de séjours en Tanzanie… La voilà qui revient. Plus précisément je reçois de ses nouvelles dans ma boîte aux lettres. En Tanzanie, elle a rencontré Stanley qui est maintenant son mari. Elle a créé la fondation Tumbili.
Before giving up on your activities, two words about Stéphanie: actress, she played in our home, it was our second home show, an excellent show, Jacky was still laughing about it a week later! She had many other projects, animal healer, trip planner in Tanzania… Here she comes back. More precisely I receive her news in my mailbox. In Tanzania, she met Stanley who is now her husband. She created the Tumbili foundation.

« La fondation Tumbili est composée de membres français de l’association Tumbili Voyages et de membres Tanzaiens de différentes entreprises locales. »
« The Tumbili Foundation is made up of French members of the Tumbili Voyages association and Tanzaiens members of various local companies. »

Je vous invite très volontiers à vous informer sur cette fondation, Stéphanie et Stanley organisent des séjours solidaires pour des voyageurs engagés, il s’agit aussi de venir en aide à des enfants qui vivent dans la rue. Si vous souhaitez visiter la Tanzanie, pourquoi pas ? Et si vous souhaitez venir en aide à la fondation Tumbili, vous pouvez cliquer en bas de page, « click here », et participer à la campagne de crowdfunding – de financement participatif, si vous préférez !
I would very much like to invite you to learn more about this foundation. Stéphanie and Stanley organize solidarity trips for committed travelers, it is also about helping children who live in the street. If you want to visit Tanzania, why not? And if you want to help the Tumbili Foundation, you can click at the bottom of the page, « click here », and participate in the crowdfunding campaign!

Morgan, lui-même ancien enfant des rues, et qui consacrait sa vie à aider les autres enfants, est décédé accidentellement au mois de mars, il était un pilier de cette organisation.
Morgan, himself a former street child, and who devoted his life to helping other children, died accidentally in March, he was a pillar of this organization.

Il faudrait donner un sérieux coup de pouce à cette campagne de financement qui sera bientôt terminée : n’attendez pas si le cœur vous en dit. Les enfants de Moshi vous remercient.
This fundraising campaign, which will soon be over, should be given a serious boost: don’t wait if your heart tells you. Moshi’s children thank you.

 

La plupart des photos ne « collent » pas avec le sujet (comme souvent !).
Ce n’est pas toujours facile de trouver les bonnes illustrations.
Pourquoi n’ai-je pas publié plus de photos des jolis chatons ?
Je les ai photographiés très peu,
seulement pour transmettre l’information.
Je ne voulais pas m’attacher…

Most photos do not « fit » with the subject (as they often do!).
It is not always easy to find the right illustrations.
Why haven’t I posted more pictures of the cute kittens?
I photographed them very little,
only to convey information.
I don’t want to love them too much …