Pour finir, la pluie


NEIGE

Avez-vous remarqué la neige sur la quatrième photo de ma précédente publication ? Ce qui était incongru pour moi ne l’était donc pas pour vous ?…
SNOW
Did you notice the snow on the fourth photo of my previous post? So what was incongruous for me was not for you? …

CAMION
Au mois de mai, je vous ai parlé des travaux de construction de Séb, des deux tiny houses qu’il a créées de ses mains. Il a aussi semé ici et là dans le parc du mobilier bien agréable pour se poser à l’ombre…
TRUCK
In May, I told you about Séb’s construction work, the two tiny houses he created with his own hands. He has also sown here and there in the park some very pleasant furniture to rest in the shade …

En juillet, il achète un nouveau camion : c’est le moment de transporter des matériaux, des isolants, du gravier pour aménager un petit parking, du bois de chauffage car il a trouvé une petite annonce intéressante…
In July, he buys a new truck: it’s time to transport materials, insulating material, gravel to arrange a small parking lot, firewood because he found an interesting classified ad ..

Puis il se lance dans la construction d’une nouvelle maison. Le seul moment où il demande de l’aide, c’est pour fixer les cloisons.
Then he embarkes on the construction of a new house. The only time he asks for help is fixing the bulkheads.

FORÊT
Je réponds au récent commentaire de Jérôme en ce qui concerne la forêt : dans la revue « les 4 saisons » (n° 244 de septembre-octobre 2020), j’ai trouvé l’article « acheter des forêts pour les protéger. » « Le Réseau pour les alternatives forestières (RAF), composé de professionnels de la forêt et du bois et de citoyens passionnés » s’oppose au fait de considérer la forêt comme un champ de carottes.
« L’état considère de plus en plus l’Office national des forêts (ONF) comme une entreprise : la forêt doit être rentable. »
FOREST
I am responding to Jérôme’s recent comment regarding the forest: in the magazine « les 4 saisons » (n ° 244 of September-October 2020), I found the text « buy forests to protect them. » « The Network for Forest Alternatives (RAF, Réseau pour les alternatives forestières), made up of forest and timber professionals and passionate citizens » opposes viewing the forest as a carrot field.
« The state increasingly sees the National Forestry Office (ONF, Office national des forêts) as a business: the forest must be profitable. »

L’article évoque aussi l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) dont un des administrateurs déclare :
« L’achat est le meilleur moyen d’imposer des règles de protection. »
The text also mentions the Association for the Protection of Wild Animals (Aspas, Association pour la protection des animaux sauvages), one of whose directors said:
« Buying is the best way to enforce rules of protection. »

Avenir Forêt dont a parlé Jérôme, c’est un « groupement forestier écologique » « qui cherche à regrouper des particuliers pour acheter des forêts gérées de manière durable (…). »
Avenir Forêt, which Jérôme spoke about, is an « ecological forestry group » « which seeks to bring together individuals to buy sustainably managed forests (…). »

ICIHERE
Elles sont trop belles, les aquarelles de Lolo !

The watercolors of Lolo are too beautiful!

Ce cosmos sulfureus est bien déplumé : c’est le moment de récolter ses graines. Cela fait deux ans je crois qu’il se sème tout seul, cette année il a fleuri au milieu des pommes de terre. Mais je souhaite le semer volontairement, où je voudrai…
This sulfureus cosmos is so much plucked: now is the time to harvest its seeds. It’s been two years, I think, it sowed itself, this year it bloomed among the potatoes. But I want to sow it voluntarily, wherever I want …

Ça n’arrête jamais !
Des salades minuscules se cachent dans les petits trous dans la paille. Prochaine récolte.
It never stops!
Tiny salads hide in the little holes in the straw. Next harvest.

La tiny à Lolo derrière un écran de verdure
Lolo’s tiny behind a green screen

13 juillet, 28 août : deux photos presque identiques mais tellement différentes ! Le gazon que Paul a semé à l’emplacement des cuves à eau est devenu herbe folle.
July 13, August 28: two photos almost identical but so different! The grass that Paul sowed where the water tanks were located has turned into wild grass.

AILLEURS
En mai, j’avais promis, je m’étais promis, d’enrichir la chronique de mes colères devenue « spécial Covid-19 » : pour ne pas vous infliger le même thème obsessionnel à chacune de mes publications. Mais les choses changent trop vite,
l’intérêt de communiquer ces informations c’est peut-être aussi pour leur caractère éphémère.
ELSEWHERE
In May, I had promised to you, I had promised myself, to enrich the chronicle of my anger that has become « special Covid-19 » : so as not to inflict the same obsessive theme on each of my publications. But things change too fast
the value of communicating this information is perhaps also for its transitory nature.

La semaine dernière, je parlais du rôle que joue la destruction des forêts dans la propagation de la pandémie : sur le site de la revue « Reporterre », Hervé Kempf va plus loin et son texte est fort intéressant, cliquez ici pour le lire.
Last week, I spoke about the role played by the destruction of forests in the spread of the pandemic: on the site of the review « Reporterre », Hervé Kempf goes further and his text is very interesting, click here to read it.

Zinnia

« Porter le masque, d’accord. Mais la précaution rigoureuse qui s’applique au Covid devrait aussi se déployer pour d’autres maux tout aussi néfastes. » H Kempf
« Wear the mask, okay. But the rigorous precaution that applies to Covid should also be deployed for other equally harmful ailments. » H Kempf

Pourquoi ne pas appliquer à d’autres maux les précautions si rigoureuses qu’il nous faut appliquer à l’égard du Covid-19, se demande l’auteur. Comment se fait-il que pas une mesure ne soit prise contre la déforestation ? La malbouffe nous rend obèses, diabétiques, plus sensibles au Covid-19, aucune mesure n’est prise pour une alimentation saine.
Why not apply the rigorous precautions we must apply against Covid-19 also to other evils, the author asks. How is it that no action is taken against deforestation? Junk food makes us obese, diabetic, more sensitive to Covid-19, no measures are taken for a healthy diet.

« Donc, le masque, d’accord. Mais à condition qu’il ne nous cache pas la réalité des autres menaces tout aussi importantes que celle que pose le Covid. Et que l’on agisse aussi sérieusement à leur propos qu’à celui du coronavirus. » H Kempf
« So the mask, okay. But on condition that it does not hide from us the reality of other threats just as important as that posed by the Covid. And that we act as seriously about them as we do about the coronavirus. » H Kempf

 

ENCORE AILLEURS — STILL ELSEWHERE

 

LA PLUIE ENFIN ! — THE RAIN FINALLY!
Jeudi 27 août, nous fermons portes et fenêtres dès que le soleil chauffe pour essayer de garder la maison fraîche. Le lendemain, nous gardons fermées portes et fenêtres pour ne pas refroidir la maison. Le temps est maussade, gris, triste, mais cette pluie tant espérée ressemble à un miracle longtemps attendu… Très vite les réserves d’eau sont pleines et la mare dévastée se remplit. Nous y voyons deux grenouilles qui ont bien du mal à se cacher maintenant.
Thursday August 27th, we close windows and doors as soon as the sun heats up to try to keep the house cool. The next day, we keep the doors and windows closed so as not to cool the house. The weather is gloomy, gray, sad, but this long-awaited rain looks like a long-awaited miracle … Very quickly the water reserves are full and the devastated pond fills up. We see there two frogs who are having a hard time hiding now.

C’est mouillé partout…
It’s wet everywhere …

Mais qui se cache derrière les branches du pommier ?
But who is hiding behind the branches of the apple tree?


4 réflexions au sujet de « Pour finir, la pluie »

  1. Bravo à Seb je suis impressionné par la rapidité de la construction de la nouvelle tiny.
    Très belle aquarelle de Laurent, j’aimerai avoir son talent, je suis à des années lumières de sa technique.
    J’ai acheté la revue America (N°13) que je découvre et qui est vraiment une mine de sujets de réflexion, et dont je trouve par un curieux hasard un écho à ta chronique.
    Au dessin avec D. Trump : En ouverture de l’article de Douglas Kennedy, il cite sa fille qui a déclaré le jour de l’élection de Donald Trump : « Voilà, on a élu un tyran ». Ce à quoi je n’ai pu qu’acquiescer (toujours D. Kennedy).
    Il y a un entretien avec Richard Powers que je n’ai pas encore lu dans sa totalité, mais qui évoque longuement sa sensibilité envers les forêts, et explique la genèse de son roman l’arbre-monde.
    une petite citation au passage :
    « `nou devons comprendre cette chose très simple : nous avons besoin des arbres, mais eux n’ont pas besoin de nous. Si vous voulez que l’humanité soit encore présente dans le futur, vous devez admettre cela, puis comprendre les lois de l’arborescence qui président à la vie depuis 400 millions d’années.

    • Oui Jérôme, Séb travaille vite en effet ! Quant à Laurent, il nous a confié qu’il s’embêtait royalement à l’école, où il a commencé son auto-formation en se cachant des enseignants !
      À propos de la revue America, du coup j’ai jeté un oeil : intéressante, on dirait qu’elle donne des États-Unis un regard moins bourré des préjugés (positifs ou négatifs) que celui que nous avons !
      Une lectrice de « l’arbre-monde » de Richard Powers dit que c’est un roman-manifeste. Pas étonnant de nos jours (à cause de la déforestation) si les arbres tiennent une si grande place dans la littérature !
      Merci pour ton message et pour la citation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>