On ne voit bien qu’avec le coeur

 Béatrice sourit.
Marie a tout organisé depuis Prague. Sans dire à son amie chez qui elles allaient ! Elles ont pris un bus de Prague à Lyon, un long voyage qui dure toute la nuit… Elles ont séjourné quelques jours à Lyon, puis je suis allée les chercher à la gare le 8 août. Avec écrit “help x” sur un papier, elles m’ont tout de suite reconnue…

Nous leur avons montré où s’installer.
Nous avons tous mangé dehors, à l’ombre sous le platane.


Après le repas, elles ont tout de suite commencé à trier la récolte d’oignons de Paul, puis à nettoyer les parterres de fleurs.
Nous avons fait une petite promenade : ce jour-là, on voyait très bien le Mont Blanc.
Nous avons écouté des cd de folklore français et tchèque. Et nous les avons regardées danser.
Nous avions décidé de lancer beaucoup de travaux au Charbinat. Il fallait aussi prévoir l’entretien du parc, des fleurs, des fruits et légumes…
Marie et Béatrice ont travaillé sans se lasser, en plein soleil, à passer la tondeuse ou le brûleur thermique ! La récolte des légumes, leur préparation, le tri des pommes précoces, la récolte des prunes, des framboises, des mûres… rien ne les effrayait ! Le jardin donnait à plein.
Une fois les tables de carottes et de poireaux débarrassées des herbes envahissantes, elles ont défoncé l’allée sur laquelle plus rien ne repoussera avant longtemps. Les carrés de fleurs aussi ont embelli.


Et ce sont elles qui nous ont fait découvrir le serpolet : il envahit le parc, elles désirent en emporter, nous découvrons l’infusion savoureuse de cette plante.
Préparer un énorme gratin de blettes ou une ratatouille géante est un jeu d’enfant avec leur aide.

Toutes les deux sont très gentilles. Elles cherchent toujours à faire plaisir !
Alors un dimanche, elles acceptent de préparer un repas de spécialités tchèques.
Nous attendons notre nièce et sa fille. À la porte d’entrée se présente un jeune homme bronzé avec une tunique pas très nette. Notre fils Sébastien aurait dû être en Australie, mais le voilà ! Notre nièce était trop contente d’être sa complice.
Grande surprise, mais déjà, il y a quelques années, il était revenu ici quand nous le croyions à Montréal : nous finirons par ne plus être étonnés du tout de ses tours de magicien.
Béatrice et Marie ont préparé des bramboraks excellents.
En tchèque.
Et deux gâteaux excellents aussi avec pavot, prunes, pommes et raisin.

Pourtant, cuisiner devenait sportif. La cuisine a “glissé” dans la chaufferie.


Elles ont lessivé tout le mobilier entreposé dehors, puis les murs de la cuisine. Sébastien a démoli le sol.


Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo. Nous avons mangé et fait la vaisselle dehors.

Heureusement, nous avons pu avoir des moments de détente… entre deux coups de pinceau.
Je les ai emmenées à une ferme voisine où il est possible de trouver des produits régionaux. C’est l’occasion pour Marie de se faire faire des bisous par les jeunes vaches.
Il y a eu des soirées jeux de société, ici, ou chez nos voisins, un moment de musique, Paul à l’accordéon moi au piano. Bon. Un moment bref… Nous avons encore beaucoup à apprendre avant d’espérer pouvoir donner un concert.

J’étais heureuse de leur offrir le cd de mon ami Christopher Murray. Je lui ai même demandé de leur dédicacer sa photo. Ce n’est pas dans mes habitudes, mais il est peu connu en France, et c’est dommage. Cela lui a fait un effet étrange d’être connu à Prague !
Sébastien leur a fait découvrir Grenoble.

 

On ne voit bien qu’avec le cœur.
L’essentiel est invisible pour les yeux.
Ce qui ne se voit pas dans cette cuisine, c’est la ténacité, la patience, mais aussi les éclats de rire et la bonne humeur, le long et patient travail de tous qui a été nécessaire pour faire de cette vieille cuisine une pièce plus belle, pratique et confortable.

Le 24 août, Marie est partie pour l’Italie, Béatrice pour Prague.
Votre présence a été très agréable, et nous espérons vous revoir.
Peut-être plus tard ?

Merci à Joel, une fois encore !

The essential is invisible to the eyes.

Beatrice smiles.
Marie has organized everything from Prague. Without telling her friend where they were going ! They took a bus from Prague to Lyon, a long journey that takes all night… They spent a few days in Lyon, then I went to the station to pick up them on August 8. They immediately recognized me by the paper on which I wrote “help x”…

We showed them where to settle.
We all ate outside in the shade under the tree.
After the meal, they immediately began sorting Paul’s harvest of onions, then they cleaned the flowerbeds.
We took a short walk : that day, we had a great view of Mont Blanc.
We listened to cds of French and Czech folklore. And we watched them dance.

We decided to begin working in the kitchen at Charbinat. It was also necessary to look after  the park, the flowers, fruit and vegetables…

Mary and Beatrice worked tirelessly in the hot sun, using the mower and the burner heat !

 Harvest vegetables, prepare them, sort the early apples, harvest plums, raspberries, blackberries… nothing could scare them ! The garden gave a lot.
Carrots and leeks having been cleared of invasive weeds, they turned the soil so that nothing will grow back for a long time. The flower patches were also beautified.
They introduced us to the joys of wild thyme : it invades the park, they wanted to take some before returning home. They helped us to discover the delicious infusion of this plant.
Preparing a huge chard gratin or a giant ratatouille was a piece of cake with their help.

Both were very friendly. They always try to make things fun !
One Sunday, they accepted our offer to prepare a meal of Czech specialties.
Our niece and her daughter are coming today. At the front door a tanned young man arrives in a soiled shirt. We believed our son Sebastian to be in Australia, but here he was ! Our niece was so happy to be his accomplice.
We were surprised. A few years ago, he returned when we believed him to be in Montreal : eventually, we will not be surprised by all of his magic tricks.
Beatrice and Mary prepared excellent bramboraks.

In czech
And also two excellent cakes, with poppy, plums, apples and grapes.
However, cooking became “a sport”. The kitchen was moved into the boiler room.
They washed all the furniture stored outside, then the walls of the kitchen. Sébastien has demolished the floor.


We were very lucky with the weather. We could eat outside and wash the dishes.


Fortunately, we were able to have moments of relaxation… between different activities.
I took them to a nearby farm where it is possible to find local products. This was an opportunity for Mary to get kissed by young cows.


There were evenings games, here, or in our neighbors’ home, times of music, Paul playing accordion and me piano. Well. We still have much to learn before we can expect to perform a full concert.
I was happy to give them the cd from my friend Christopher Murray. I even asked him to autograph his photo. I’m not accostumed to doing that, but few people know him in France, and I regret this.  It was strange for him to be known in Prague !
Sébastien also drove Beatrice and Marie to Grenoble so they could discover the town.

 


One sees clearly only with the heart.
The essential is invisible to the eyes.
It’s impossible to see neither tenacity and patience, nor peals of laughter and cheerfulness in the photos of the kitchen. A lot of work was necesary to transform the old kitchen into a nice, convenient and comfortable place.

August 24, Marie left for Italy, Beatrice Prague.
Your presence was very pleasant, and we hope to see you again.
Maybe later ?

Once more : thank you, Joel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>