Véronique

Je la revois sous les feux des projecteurs, assise devant un grand piano, quand je l’ai vue et surtout écoutée pour la première fois, à Grenoble. C’était il y a très longtemps. Elle aime pouvoir se tourner d’un coup vers le public : pour son premier concert chez nous on lui avait fourni un tabouret pivotant. Mais pour cette première soirée, si ancienne que j’ai même oublié ce qu’elle a bien pu chanter, dans cette grande salle obscure, la lumière sur son visage et ses cheveux flamboyants, je ne me doutais pas qu’on se tutoierait un jour.
I see her in the spotlight, sitting in front of a grand piano, when I saw her and especially listened to for the first time, in Grenoble. It was a long time ago. She likes to be able to turn suddenly to the public: for her first concert with us she had been provided with a swivel stool. But for this first evening, so old that I even forgot what she could have sung, in this big dark room, the light on her face and her flamboyant hair, I did not suspect that we would be using the familiar form a day.

Plus récemment, quand je commençais à prendre des cours de piano et qu’elle m’a dédicacé un jeu de partitions, je ne m’en doutais toujours pas.
More recently, when I started taking piano lessons and she dedicated a sheet music set to me, I still did not know it.

Une autre fois, à Pourchères, c’est elle qui était dans la salle et moi qui chantais sur scène, une de ces rares occasions où je chante en public.
Another time, at Pourchères, she was in the room and I was singing on stage, one of those rare occasions when I sing in public.

Il fallait bien qu’un jour, elle vienne dans notre salle à manger, et elle l’a fait deux fois. Après presque cinq ans, nous avions une grande envie de l’entendre encore et de la faire connaître aux habitués des Kalyneries Paulifauniques.
One day she had to come to our dining room and she did it twice. After almost five years, we had a great desire to hear her again and make her known to regulars of Kalyneries Paulifauniques.

Elles sont arrivées à l’heure dite et Babeth a immédiatement commencé à installer son déménagement. Quand on écoute un artiste sous un vague projecteur, on est satisfait de le voir en pleine lumière, on trouve ça bien. Mais quand Babeth a passé des heures à mettre au point ses éclairages, multipliant les essais, voilà autre chose ! Le jeu en valait la chandelle. Un noir brutal ou progressif, un peu de couleur, des éclairages discrets mais variés, rien n’est laissé au hasard. Ça n’a plus rien à voir avec le vague projecteur, pour notre plus grand plaisir.
They arrived on time and Babeth immediately began to install her move. When we listen to an artist under a vague projector, we are happy to see her in full light, we find it good. But when Babeth has spent hours developing her lights, multiplying the tests, that’s another thing! The game was worth the candle. A brutal or progressive black, a little color, discreet but varied lighting, nothing is left to chance. It has nothing to do with the vague projector, for our greatest pleasure.

Babeth n’a pas moins d’exigence pour la sono. Car il faut une sono, même devant trente-cinq personnes. En acoustique, le piano couvrirait la voix.
Babeth has no less requirement for the sound system. Because sono is necessary, even in front of thirty-five people. In acoustics, the piano would cover the voice.

Pendant les préparatifs, il y a ce moment où la chanteuse parle ou chante pour s’interrompre tout de suite et demander si ça va. On va mettre un peu plus ou un peu moins de piano, les réglages s’affinent. Ne pas oublier que quand le public sera installé, le son sera différent, un dernier ajustement est souvent nécessaire. J’aime tout particulièrement quand le concert fait semblant de démarrer. Il y a ce bout de chanson connue ou inconnue, puis ça s’arrête. J’ai toujours aimé être dans les coulisses.
During the preparations, there is this moment when the singer speaks or sings to stop immediately and ask if it’s okay. We will put a little more or a little less piano, the settings are refined. Do not forget that when the audience is installed, the sound will be different, a final adjustment is often necessary. I particularly like it when the concert pretends to start. There is this bit of known or unknown song, then it stops. I always liked being behind the scenes.

Nous allons et venons de notre côté. Le public n’est pas encore là, mais nous sommes déjà plusieurs, installés ici pour le week-end ou même plus longtemps.
We come and go on our side. The public is not there yet, but we are already several, settled here for the weekend or even longer.

Nous sommes rodés pour l’installation des chaises – tiens, pour une fois, je n’ai même pas fait semblant d’aider, je n’ai pas porté l’ombre d’une.
We are well used for the installation of chairs – for once, I did not even pretend to help, I did not wear the shade of one.

J’ai houspillé notre public, le spectacle commence à l’heure exacte.
I insisted a lot with our audience, the show begins at the exact time.

Sa voix. Son piano.
Je vais dire une platitude : je trouve qu’elle chante bien. Sa voix est chaude, riche, nuancée… Elle chante et elle raconte, on ne se lasse pas de l’écouter. Elle est si naturelle qu’on pourrait oublier où l’on est, tout le travail de préparation en amont, pour en arriver à un spectacle de cette qualité : on pourrait croire qu’elle improvise !
Elle est généreuse et passionnée, elle nous parle de la vie, de toutes sortes de vies, que ce soit celle de ce loup raplapla, celle de ce petit garçon aveugle ou qu’elle raconte « une histoire de nous » « bête comme un chou » et elle se demande « Comment faisons-nous / Pour en garder le goût ? »
Au piano, elle me fascine : j’aime voir courir ses doigts sur le clavier. On peut prendre toute la mesure non seulement de son talent, mais aussi de sa formation. Elle passe avec aisance d’un style à l’autre – et je suis très contente du public qui n’aura jamais commencé à applaudir avant la dernière note. Une belle complicité s’est créée.
Her voice. Her piano.
I will say a platitude: I think she sings well. Her voice is warm, rich, nuanced … She sings and she tells us, we never tire of listening to her. She is so natural that we could forget where we are, all the preparation work upstream, to arrive at a show of this quality: we could believe that she improvises!
She is generous and passionate, she talks to us about life, about all kinds of life, that of this wolf « raplapla », that of this little blind boy or that she tells « a story of us » « stupid like a cabbage », and she wonders « How do we do / To keep the taste? »
At the piano, she fascinates me: I like to see her fingers running on the keyboard. One can take all the measure not only of her talent, but also of her training. She moves easily from one style to another – and I’m very happy with the audience who will never have started applauding before the last note. A nice complicity has been created.

L’angle d’attaque d’un sujet est toujours original, toujours imprévu. Par exemple l’histoire de Vanina vue au travers de l’Histoire.
The angle of attack of a subject is always original, always unforeseen. For example the story of Vanina seen through history.

Ce n’est pas facile d’écouter Véronique Pestel. Ou plutôt il faut être très attentif, chaque mot a son importance, il ne faut rien rater ! Ses textes sont tellement denses et imagés, hors des sentiers battus, riches de sens.
Je suis allée chercher une chanson d’elle que je ne crois pas connaître, « la parole de l’autre », en voici deux fragments :
« Car qui parle est toujours une énigme vivante
Même quand on s’applique on ne comprend pas tout »
It’s not easy to listen to Véronique Pestel. Or rather one must be very attentive, every word has its importance, you must not miss anything! Her lyrics are so dense and pictorial, off the beaten track, rich in meaning.
I went for a song of her that I do not think I know, « the word of the other », here are two fragments:
« Because whoever speaks is always a living enigma

Even when we apply we do not understand everything »

« Et il ne faut pas croire qu’une parole forte
Peut se passer du cœur pour atteindre l’esprit »
« And do not believe that a strong word
Can do without the heart to reach the mind »

Nous vivons des émotions intenses et variées. S’il nous arrive d’être au bord des larmes, le rire est aussi de la partie.
We live intense and varied emotions. If we happen to be close to tears, laughter is also in the game.

Maintenant, je connais l’origine du mot les « alouas ».
Les alouas
Croire ou ne pas croire
La belle histoire
Dire ou ne pas dire
Les mots du pire
Now, I know the origin of the word « alouas ».
Les alouas
Believe or not believe
The beautiful story
Say or not say
The words of the worst

Voici de minuscules fragments, des pierres précieuses qui, isolées, perdent un peu de leur éclat bien sûr :

À chacun son handicap
À chacun son handicap
Disait un p’tit garçon
Qui  n’y voyait plus rien
À chacun son handicap
Si tu crois qu’t’en as pas
Moi je connais le mien

Le manque
Le temps d’écrire
me manque
me manque

Here are tiny fragments, precious stones which, isolated, lose a little of their brilliance of course:

Each one has his own handicap
Each one has his own handicap
A little boy said
He could not see anything
Each one has his own handicap
If you think you do not have one
I know mine

The lack
I miss time to write
I miss
I miss

Après le concert, après le buffet pendant lequel pour ma part j’ai pu discuter avec les uns et les autres, chacun a fini par retrouver son lit.
After the concert, after the buffet during which I could discuss with each other, everyone has finally found his bed.

Le lendemain, « Bonjour, bien dormi ? », autour du café on reprend pied dans une nouvelle journée. La magie n’a pas fini d’opérer. Une autre magie, c’est de côtoyer cette grande dame de la chanson que nous accueillons le mieux possible mais très simplement.
Une fois tout le matériel remis en place dans la voiture, les voilà reparties, un peu pressées, pour aller écouter Thibaud Defever et Monique Brun.
The next day, « Hello, sleep well? », drinking coffee we get back into a new day. The magic has not finished operating. Another magic is to be in contact with this great lady of the song whom we welcome the best possible but very simply.
Once all the material put back in place in the car, they left again, a little in a hurry, to go listen to Thibaud Defever and Monique Brun.

Tiens, nous ne leur avons même pas fait faire le tour du parc finalement, c’est vraiment dommage, les mois de mai et juin sont les plus beaux !
Well, we did not even go around the park finally, it’s a shame, the months of May and June are the most beautiful!

Et les photos ? Encore un petit état des lieux, le 17 juin
And the photos? Another little overview, June 17th

 

2 réflexions au sujet de « Véronique »

  1. Bonjour mes amis,

    Kaly ton histoire est très passionnante et drôle!!! Jajajaja!!! Tu t’es bien amusée, hein ? les photos sont fantastique. Gros bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>