Grand écart


Paul me raconte ce qu’il vient d’entendre sur le JT : « de 1961 à 1976, 1 615 enfants groenlandais âgés de neuf ans ont été envoyés au Danemark dans des familles d’accueil pour être scolarisés, et acquérir la langue et la culture danoise (…) Ces enfants devaient revenir au Groënland pour devenir “l’élite” du pays… » En réalité, l’entreprise a tourné à la catastrophe, les enfants, d’une culture si différentes, ont été maltraités et incompris.
Paul tells me what he just heard on the news: « from 1961 to 1976, 1,615 nine-year-old Greenlandic children were sent to Denmark to foster families to attend school, and to acquire the language and Danish culture (…) These children had to return to Greenland to become the “elite” of the country … » But the experience turned to disaster, the children, of such a different culture, were mistreated and misunderstood.

Avant de retrouver sur internet le texte reproduit ci-dessus, je tape « Inuits enlevés par le Danemark en 1951 »… et c’est la mauvaise surprise : la liste des pays où les enfants ont été maltraités, le plus souvent légalement (ou le sont encore) est interminable. Le Groënland, donc, mais aussi l’Australie avec la récente affaire de pédophilie, sans oublier le sort réservé aux Aborigènes dont on enlevait les enfants pour les confier à des familles de Blancs. De même au Canada, ce sont les gens de ma génération qui ont été arrachés légalement à leur famille pour rentrer dans des pensionnats dont la devise était « kill the Indian in the child – tuez l’Indien dans l’enfant ». Dans son autobiographie écrite à quatre mains, « On nous appelait les sauvages », Dominique Rankin aidé de Marie-Josée Tardif raconte comment on a voulu lui faire oublier sa culture. L’Espagne de Franco volait les enfants des républicains, ou des couples non mariés, ou des mères célibataires, le Chili de Pinochet n’a pas fait mieux… Au Guatemala, le 8 mars 2017, plus de quarante jeunes filles ont été brûlées vives dans un incendie : elles avaient tenté de s’évader massivement « pour avoir voulu dénoncer l’exploitation sexuelles et les violences dont elles étaient victimes au sein même de leurs foyer d’accueil ». (Je n’en dis pas plus sur ce crime d’état terrifiant, je laisse à ceux qui ont le courage d’affronter ce récit le soin de s’informer davantage). En Suisse, confié à un orphelinat par sa mère trop pauvre, un jeune garçon y connaît malnutrition, sévices corporels et sexuels. « Jusqu’en 1981 en Suisse, 100 000 enfants de la pauvreté ont été placés de force dans des familles ou des institutions. » En Angleterre les services sociaux enlevaient les enfants à leur parents démunis, estimant que leur pauvreté les empêchait d’être de bons parents. Ken Loach a évoqué ce sujet dans le film « Ladybird ».
Before finding on the internet the text reproduced above, I type « Inuit kidnapped by Denmark in 1951 » … and it’s a bad surprise: the list of countries where children have been (or still are) most often legally abused is endless. Greenland, therefore, but also Australia with the recent pedophilia affair, without forgetting the fate reserved for the Aborigines whose children were taken away to be entrusted to families of Whites. Likewise in Canada,those of my generation were legally uprooted from their families to enter boarding schools whose motto was « kill the Indian in the child. » In his autobiography written with four hands, « We were called the savages », Dominique Rankin helped by Marie-Josée Tardif tells how they wanted to make him forget his culture. Franco’s Spain robbed the children of Republicans, or unmarried couples, or single mothers, Pinochet’s Chili did not do any better … In Guatemala, on March 8, 2017, more than forty young girls were burned alive in a fire: they had tried to escape massively « or having wanted to denounce the sexual exploitation and the violence of which they were victims even within their foster homes ». (I say no more about this terrifying crime of state, I leave it to those who have the courage to face this story to learn more). In Switzerland, a young boy was entrusted to an orphanage by his too poor mother, there he experienced malnutrition, physical and sexual abuse there. « Until 1981 in Switzerland, 100,000 children from poverty were forcibly placed in families or institutions. » In England social services removed children from their helpless parents, believing that their poverty prevented them from being good parents. Ken Loach raised this subject in the film « Ladybird ».

Et en France aussi… Des enfants réunionnais ont été confiés à des familles des départements les moins peuplés… Creuse, Tarn ou Cantal… Même si ce fut une réussite pour certains, d’autres ont été détruits pour avoir été arrachés à leurs racines.
And in France too … Reunionese children were entrusted to families in the least populated departments … Creuse, Tarn or Cantal … Even if it was a success for some, others were destroyed for having been torn from their roots.

Voici comment en savoir plus si vous avez le courage de cliquer sur ce lien.
Here’s how to find out more if you are brave enough to click on this link.

Dans mes recherches, j’ai trouvé ces mots d’Agnès Maillard : « Il s’agit de l’exploitation de la pauvreté comme ressource naturelle et gratuite. » Merci, Agnès !
During my research, I found these words from Agnès Maillard: « It is about the exploitation of poverty as a free natural resource. » Thank you, Agnès!

Le jour où Paul m’a parlé de ces enfants groenlandais, j’ai passé la soirée à accumuler ces documents. Alors je partage ces récits avec vous, chers lecteurs, car il faut bien que ces pratiques soient dénoncées. Les plus faibles sont victimes des plus forts, convaincus de leur supériorité à cause de la couleur de leur peau ou de l’état de leur compte en banque, et incapables d’admettre que LEUR culture n’est pas la seule valable au monde.
The day Paul told me about these Greenlandic children, I spent the evening collecting these documents. So I share these stories with you, dear readers, because these practices must be exposed. The weakest are victims of the strongest, convinced of their superiority because of the color of their skin or the shape of their bank account, and unable to admit that THEIR culture is not the only valid one in the world.


Ce blog est pourtant destiné à parler de nos petites personnes, pourtant je m’autorise à raconter aussi les autres, que je ne connais pas, mais pas seulement. Je reviens chez nous.
This blog is however intended to speak about the small people we are, however I allow myself to tell also the others, whom I do not know, but not only. I’m coming home.

La semaine dernière, je vous ai posté mes vœux, et j’ai eu beaucoup de réponses.
Last week, I posted my greetings to you, and got a lot of responses.

Shuhui est repartie en Chine. Elle nous avait parlé au téléphone juste avant son départ, elle nous a écrit de là-bas – si loin. Pour le moment je ne sais pas si Ke est partie aussi, ou si elle est encore en France.
Shuhui returned to China. She had spoken to us on the phone just before she left, she wrote to us from there – so far. At the moment I do not know if Ke left too, or if she is still in France.

Je devrais poster des vœux à chaque nouvelle saison, quatre fois par an : en effet, je reçois des quantités de messages qui me font vraiment plaisir. Du Canada, de Suisse, d’Australie, des États-Unis, de Chine… et aussi de France bien sûr. Même s’il s’agit souvent d’un message bref, cela me change d’une boîte aux lettres presque toujours vide. Les échanges par courriels semblent bien démodés, si j’en recevais trop à une époque – j’avais du mal à les gérer – ils se sont raréfiés.
I should post greetings each new season, four times a year: in fact, I receive lots of messages that make me really happy. From Canada, Switzerland, Australia, the United States, China… and also France of course. Even though it is often a short message, it changes me from an almost always empty mailbox. Email exchanges seem old-fashioned, if I used to receive too many at one time – I had trouble managing them – they have become scarce.

J’ai d’ailleurs créé ce blog pour cette raison, parce que les réponses individuelles à tous ceux qui m’écrivaient, ce n’était plus possible. « Pas assez de temps ».
I also created this blog for this reason, because the individual responses to all those who wrote to me, this was no longer possible. « Not enough time. »

Amusant, la semaine dernière un(e) certain(e) Vistins a d’ailleurs voulu poster ce commentaire sur une chronique parue en juillet : « A une époque on appelait ce genre de rassemblement hétéroclite de pensées, de sentiments et autres fumées d’humeurs, un journal intime. 
Je vois pas l’intérêt de mettre ça sur le Net. Ou alors en privé, pour les copains et les copines. »
« Vistins » a tout à fait raison, ce rassemblement hétéroclite (…) de fumées, c’est pour les copains et les copines. Au départ je devais privatiser la chose par l’emploi d’un mot de passe que je n’ai jamais installé. Mon lectorat est tout petit et c’est bien comme ça.
Funny, last week somebody who seems to be called Vistins also wanted to post this comment on a column published in July: « At one time we called this kind of motley gathering of thoughts, feelings and other fumes of moods, a diary. I don’t see the point of putting this on the Net. Or in private, for friends . »
« Vistins » is absolutely right, this motley collection (…) of smoke is for friends. Initially I had to privatize the thing by using a password that I never installed. My readership is very small and that’s how it is.

Impossible de deviner si l’envoi de Vistins est un vrai spam qui a échappé aux contrôles (Dom a installé de quoi les filtrer et leur nombre a nettement diminué) ou si quelqu’un que je ne connais pas est arrivé(s) sur mes pages par hasard.
Impossible to guess if the sending of Vistins is a real spam which has escaped controls (Dom installed enough to filter them and their number has decreased significantly) or if someone I do not know has arrived on my pages by chance.

Car si les courriels disparaissent petit à petit, en revanche les spams continuent de faire déborder nos BAL, et peut-être que ceci explique cela. Fatigués de trier les vrais messages, les gens abandonnent ce système d’échanges…
Because if the e-mails disappear little by little, on the other hand the spams continue to overflow our BAL, and perhaps that explains this. Tired of sorting out real messages, people abandon this exchange system …

Mon envoi de vœux a réveillé ma boîte mail et a donc permis d’avoir des nouvelles d’ici ou là.
My sending of greetings woke up my mailbox and therefore made it possible to have news from here or there.

Parmi celles-ci, un message de Tyler : je croyais qu’il pourrait faire ses études en Espagne, auprès de Sofia, mais il est au Canada : ça ne doit pas être facile. Cependant, comme le dit Sofia, il va finir ses études.
Among these, a message from Tyler: I thought he could study in Spain, with Sofia, but he is in Canada: it must not be easy. However, as Sofia says, he will finish his studies.

Je remercie vivement François pour ses expications concernant le développement personnel, et avec qui je souhaite trouver le temps d’approfondir davantage la question.
« Il y a de quoi vivre des expériences formidables ou traumatisantes » dit-il.
Encore un sujet que je souhaite connaître à fond !
I warmly thank François for his explanations concerning personal development, and with whom I would like to have time enough to deepen the question.
« There is enough to have great or traumatic experiences, » he says.
Another subject that I want to know thoroughly!

Lolo et Nathalie reçoivent le Grand Prix d’Originalité des vœux 20-20 ! Expression de l’humaine condition… Les facteurs ont du mérite…
Lolo and Nathalie receive the Grand Prix Originality of wishes 20-20! Expression of the human condition … The post employee is very kind!





Jérôme a un fort joli coup de pinceau et ce verdier nous plaît beaucoup.
Jérôme has a very nice brushstroke and we like this greenfinch very much.

Qui n’était pas une carte de vœux, je l’ai trouvé plié en beaucoup dans un livre abandonné par Ariane : un demi-billet de cent francs. Malheureusement, je n’ai pas trouvé le reste, autant dire qu’il n’a pas une grande valeur…
Which was not a greeting card, I found it folded in a lot in a book abandoned by Ariane: half a hundred franc note. Unfortunately, I did not find the rest, which is to say that it is not of great value …

Et pendant que je photographie tout ce qui m’entoure, ce tract des gilets jaunes appelant à la grêve et à la manifestation après-demain jeudi.
Ce tract propose :
- augmentation des salaires
- égalité salariale femmes hommes
- exonérations de cotisations sociales
- évasion fiscale
- suppression des niches fiscales
- suppression du bouclier fiscal
- réinstauration de l’impôt sur la fortune
- imposition de la rémunération du capital
And while I’m photographing everything around me, this leaflet of yellow vests calling for a strike and a demonstration the day after tomorrow Thursday.
This leaflet offers:
– salary increase
– equal pay for women and men
– exemptions from social security contributions
– tax evasion
– elimination of tax loopholes
– removal of the tax shield
– reinstatement of the wealth tax
– taxation of capital remuneration

Depuis qu’au lieu de conquérir de nouveaux acquis, les luttes cherchent seulement à ralentir leur disparition ! J’aimerais tant plus de justice et moins de pauvreté, partout sur la planète !
Since instead of conquering new achievements, the struggles only seek to slow their disappearance! I would like so much more justice and less poverty, everywhere on the planet!

En décembre, nous avons profité des jours de beau temps pour nous balader, et nous avons retrouvé Georges et Danielle, perdus de vue depuis longtemps, croisés ici et là, rarement, mais maintenant nous reprenons vraiment contact. Avec les enfants qui sont adultes depuis longtemps, et le temps qui passe si vite.
In December, we took advantage of the nice weather to have walks, and we met Georges and Danielle, lost for a long time, rarely seen here and there, but now we are really getting back in touch. With children who have been adults for a long time, and time flies so quickly.

Séb nous a aidés à organiser secrètement l’anniversaire de Gaëlle. Quand elle a vu ses amis arriver dans notre cambrousse, ça a été une sacrée surprise. Le lendemain, c’est Bernadette qui est arrivée, tôt le matin à cause d’un concours de circonstance. Puis Dom et son équipe, puis Jean-Paul et Cosette…
Séb helped us secretly to organize Gaëlle’s birthday. When she saw her friends arriving in our outskirts, it was quite a surprise. The next day, Bernadette arrived early in the morning because of an ad hoc competition. Then Dom and his team, then Jean-Paul and Cosette…

J’ai toujours adoré les surprises et Gaëlle n’en a pas manqué !
J’ai toujours adoré les surprises et Gaëlle n’en a pas manqué !
Nous avons fait découvrir le chemin des Bigues à Séb et Gaëlle : il ne pleuvait pas comme ce jour du mois de mai où nous avions fait la balade avec Enrico.
We showed off the Chemin des Bigues to Séb and Gaëlle: it was not raining like that day in May when we had the ride with Enrico.

Nous n’avons pas essayé de passer chez Annabelle et Arnaud car Séb et Gaëlle avaient beaucoup à faire à la maison.
We did not try to go to Annabelle and Arnaud because Séb and Gaëlle had a lot to do at home.

J’ai décidé peu après de m’accorder une pause avec ce blog : j’ai toujours beaucoup à dire, mais je ne peux pas dans la même chronique raconter des âneries et aborder les sujets sérieux qui me préoccupent tellement. Cela a fini par créer une pression telle que j’ai préféré cette brève coupure. Par ailleurs, le jour de Noël, Paul et moi étions chez ma sœur à Pierrelatte, à l’occasion d’un séjour de quelques jours chez mon père, et je n’avais pas de connexion. C’était l’occasion ou jamais de m’arrêter, sachant que ce ne serait pas long.
I decided soon after to give myself a break with this blog: I always have a lot to say, but I cannot in the same column tell nonsense and address the serious subjects that concern me so much. It ended up creating such pressure that I preferred this brief cut. Furthermore, on Christmas Day, Paul and I were at my sister’s house in Pierrelatte, during a few days’ stay with my father, and I had no connection. It was an opportunity or never to stop, knowing that it would not be long.

C’est l’époque où Séb a enfin, enfin !, obtenu les papiers officiels pour son Chamion. Il a travaillé plus longtemps que prévu à Lyon, il est venu à la maison finir les transformations nécessaires, et maintenant, il est trop content, quand il a un contrôle, de tendre les papiers réglementaires aux policiers.
It’s the time when Séb finally, finally !, obtained the official papers for his Chamion. He worked longer than expected in Lyon, he came home to finish the necessary transformations, and now he is too happy, when he has control, to hand the regulatory papers to the police.

L’aventure reprend pour lui, donc son blog aussi se réveille.
The adventure starts again for him, so his blog also wakes up.

Cela va faire un an que j’ai réveillé ce blog. Il a ses lecteurs réguliers et intéressés. Pour moi c’est un défi permanent, et j’espère que mon écriture s’améliore. Aujourd’hui, j’essaie de faire le grand écart entre les nouvelles importantes et les petits détails, les choses plaisantes et… et le reste.
It’s been a year since I woke up this blog. It has its regular and interested readers. For me it is an ongoing challenge, and I hope my writing improves. Today I’m trying to break the gap between the important news and the little details, the fun stuff and … and the rest.

2 réflexions au sujet de « Grand écart »

    • Je suis ravie que ça te plaise. Et, tu as vu, j’ai même présenté des excuses pour notre non-visite en décembre !
      Continue bien, cher ministre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>